Des dizaines de personnes arrêtées dans une manifestation contre le service militaire
Rechercher

Des dizaines de personnes arrêtées dans une manifestation contre le service militaire

Des centaines de manifestants ont bloqué des routes pour protester contre la détention d'un membre de la communauté ultra-orthodoxe, qui n'a pas rempli ses obligations militaires

Des manifestants ultra-orthodoxes protestent contre l'arrestation d'un étudiant en yeshiva qui a failli a ses obligations militaires, dans le quartier de Mea Shearim, le 7 février 2017. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash 90)
Des manifestants ultra-orthodoxes protestent contre l'arrestation d'un étudiant en yeshiva qui a failli a ses obligations militaires, dans le quartier de Mea Shearim, le 7 février 2017. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash 90)

Des heurts ont opposé dans la nuit de mardi à mercredi des policiers israéliens à des centaines de juifs ultra-orthodoxes manifestant à travers le pays contre le service militaire, a indiqué un porte-parole de la police.

Les manifestations ont apparemment été déclenchées par l’arrestation d’un jeune ultra-orthodoxe qui a refusé de se présenter à un poste de recrutement de l’armée pour s’inscrire au service militaire.

Une cinquantaine de manifestants ont été arrêtés depuis mardi après-midi et au moins trois policiers ont été blessés par des jets de pierres, a dit le porte-parole, Micky Rosenfeld à l’AFP.

Le service militaire, de deux ans et huit mois pour les hommes et deux ans pour les femmes, est obligatoire en Israël, sauf exception comme pour les Arabes israéliens.

La conscription des ultra-orthodoxes, c’est-à-dire des juifs vivant dans une stricte observance des lois du judaïsme, est régulièrement à l’origine de heurts avec les policiers.

Une partie des ultra-orthodoxes considèrent le service militaire comme une source de tentations pour les jeunes, sortis du monde fermé de la prière et de l’étude religieuse.

Les étudiants religieux à temps plein dans les yeshivot (écoles ultra-orthodoxes) peuvent demander un report ou une exemption, mais ils doivent s’enregistrer au bureau de recrutement.

Les femmes ultra-orthodoxes sont exemptées si elles le demandent et peuvent effectuer un service civil.

Certains ultra-orthodoxes refusent totalement de coopérer avec les autorités et sont arrêtés en tant qu’objecteurs de conscience, et c’est le cas du jeune homme de 24 ans, qui a suscité cette manifestation.

Il a été arrêté au début de la semaine dans une autre manifestation, et une fois en garde à vue, la police a découvert qu’il était déserteur.

Des manifestants ultra-orthodoxes protestent contre l'arrestation d'un étudiant en yeshiva qui a failli a ses obligations militaires, dans le quartier de Mea Shearim, le 7 février 2017. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash 90)
Des manifestants ultra-orthodoxes protestent contre l’arrestation d’un étudiant en yeshiva qui a failli a ses obligations militaires, dans le quartier de Mea Shearim, le 7 février 2017. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash 90)

Dans le quartier de Bar-Ilan dans la capitale, les manifestants ont bloqué la route à plusieurs reprises et ont perturbé la circulation dans plusieurs voies d’accès. La police a arrêté 15 personnes sur les lieux. D’autres manifestants ont tenté de bloquer la rue Shivtei Israël mais ont été dispersés par la police.

À Beth Shemesh, 5 manifestants ont été arrêtés pour trouble à l’ordre public et obstruction des voies.

Sur la Route 4, une artère principale de la région du Goush Dan, la circulation a également été perturbée après que des manifestants ont bloqué le carrefour Nitznanim. La police a été appelée sur place pour déloger les manifestants et éviter que la route ne soit bloquée.

Quinze manifestants ont été arrêtés à Bnei Brak après qu’ils ont tenté de bloquer le carrefour entre les rues Jabotinsky et Rabbi Akiva. La police a demandé aux automobilistes d’éviter de passer par là et d’emprunter des autres itinéraires.

Les manifestants ultra-orthodoxes ont également perturbé la circulation du la Route 443, au niveau de l’échangeur de Shilat, près de Modiin.

« La manifestation est un droit démocratique, et la police israélienne l’autorise. Mais les troubles à l’ordre public sont un délit pénal », a déclaré la police dans un communiqué.

Le site d’information Ynet a indiqué que l’organisation qui a coordonné ces manifestations, la Commission pour la sauvegarde du monde de la Torah, a déclaré dans un communiqué qu’elle continuera à s’élever contre le service militaire.

Le groupe a indiqué qu’il suivait les enseignements du rabbin Shmouel Auerbach, le chef de file du mouvement lituanien ultra-orthodoxe, qui avait appelé ses fidèles à descendre dans la rue pour manifester contre l’enrôlement.

« La communauté de ceux qui craignent Dieu se tiennent en rempart, et, sans compromis, refuse catégoriquement de coopérer avec les plans du régime visant à assimiler la population harédi à la société israélienne et ses mœurs licencieuses et hérétiques ».

La réforme adoptée en 2014 à la Knesset, qui vise à supprimer les dispenses et augmenter progressivement le nombre de recrues ultra-orthodoxes, a suscité une opposition virulente de la part de nombreuses communauté religieuses, qui considèrent l’armée comme une menace pour leur mode de vie.

À la fin du mois de novembre, la Knesset a approuvé un amendement à la loi sur l’égalité du service militaire, faisant drastiquement marche arrière sur les réformes de 2014 et abolissant les pénalités imposées sur les quotas annuels de recrues ultra-orthodoxes n’étaient pas atteints.

L’équipe du Times of Israël a participé à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...