Des efforts de rapprochements Hamas/Egypte négociés par Ryad ?
Rechercher

Des efforts de rapprochements Hamas/Egypte négociés par Ryad ?

Pendant une rencontre au Caire, le Hamas a démenti soutenir l’EI au Sinaï et a minimisé ses relations avec les Frères musulmans

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Khaled Mashaal sur CNN en 2012. (Crédit : capture d'écran CNN)
Khaled Mashaal sur CNN en 2012. (Crédit : capture d'écran CNN)

Une rencontre entre des officiels égyptiens et des représentants du groupe terroriste du Hamas a été le résultat d’une médiation saoudienne, aurait déclaré un dirigeant politique du Hamas.

Le Hamas a envoyé dimanche une équipe de hauts fonctionnaires au Caire, y compris le chef adjoint du bureau politique Moussa Abu Marzouk, pour rencontrer le ministre des Renseignements égyptien Khaled Fawzi dans une tentative pour rétablir des liens tendus.

La rencontre suivait des accusations de l’Egypte selon lesquelles le groupe de Gaza soutenait la branche de l’Etat islamique (EI) dans la péninsule du Sinaï et que le Hamas, ainsi que les Frères musulmans égyptiens, étaient responsables de l’assassinat le 29 juin 2015 du procureur égyptien en chef Hisham Barakat.

Ahmed Yousef, un haut responsable politique du Hamas, a déclaré au site d’informations AlKhaleejOnline que l’Arabie saoudite était intervenue pour réparer les relations aigres entre les deux parties.

« Le Gardien des deux saintes mosquées, le roi Salmane ben Abdelaziz, a via ses contacts grandement aidé à apaiser l’atmosphère tendue entre le Hamas et l’Egypte », a déclaré Yousef au site d’informations.

Le roi Salmane ben Abdelaziz ,le 9 décembre 2013 (Crédit : domaine public/Wikimedia commons)
Le roi Salmane ben Abdelaziz ,le 9 décembre 2013 (Crédit : domaine public/Wikimedia commons)

Le site d’informations jordanien Albosala a également cité une source déclarant que la rencontre était la conséquence d’une médiation officielle organisée par l’Arabie saoudite.

Le Hamas a récemment déplacé son allégeance vers les Saoudiens et s’est éloigné de l’Iran, le soutien de longue date du groupe terroriste et rival principal du royaume du Golfe.

En janvier, le chef du bureau politique du Hamas Khaled Meshaal aurait rejeté une offre iranienne pour restaurer le soutien financier complet au groupe de Gaza. L’Iran a demandé au Hamas de déclarer officiellement son allégeance à l’Iran à la suite de l’exécution par l’Arabie saoudite du chef chiite Nimr al-Nimr en début de mois.

L’article a annoncé que Meshaal était réticent à s’engager dans une telle action, craignant que le Hamas ne perde son soutien parmi les États arabes sunnites.

Le chef du Hamas, Khaled Mashaal, en visite en Tunisie en septembre 2014. (Crédit : AFP/ SALAH HABIBI)
Le chef du Hamas, Khaled Mashaal, en visite en Tunisie en septembre 2014. (Crédit : AFP/ SALAH HABIBI)

Meshaal a effectué une rare visite en Arabie saoudite en juillet dernier, où il a rencontré le roi saoudien Salmane ben Abdelaziz et d’autres hauts fonctionnaires à Riyad.

Une source du Hamas a déclaré à Reuters que « la délégation avait discuté de l’unité palestinienne et de la situation politique dans la région. Cette rencontre développera avec bon espoir des relations entre le Hamas et l’Arabie saoudite. »

Les relations entre le groupe terroriste de Gaza et l’Iran ont été secouées depuis que l’organisation palestinienne s’est exprimée contre le président syrien Bashar el-Assad, un allié iranien crucial, et a abandonné ses quartiers généraux à Damas dans l’explosion de la guerre civile du pays en 2011.

Le Hamas dément aider l’EI au Sinaï, se distance des Frères musulmans

Pendant la rencontre au Caire, le Hamas a vigoureusement démenti toute implication dans l’assassinat du procureur égyptien Hisham Barakat et a demandé les preuves liant le groupe à cet incident, a déclaré une source du Hamas au site d’informations alQuds.

Le groupe terroriste de Gaza a également diminué ses liens avec les Frères musulmans égyptien.

« Bien que nous soyons influencés par et sommes apparus des livres, des principes et de l’héritage des Frères musulmans, nous n’utilisons pas cette relation pour nuire à l’Egypte. Nous sommes un mouvement de résistance et nous n’intervenons pas dans les affaires égyptiennes internes. Le jour n’arrivera pas où nous deviendrons une partie de la structure organisationnelle des Frères musulmans, » a déclaré la délégation du Hamas aux Egyptiens.

Le Hamas a également souligné qu’il travaillerait avec l’Egypte pour empêcher « les terroristes d’infiltrer la bande de Gaza via des tunnels et d’y prendre refuge, » selon l’article.

Des Palestiniens travaillant à l'entrée d'un tunnel utilisé pour passer des produits en contrebande entre l'Egypte et la bande de Gaza après avoir été inondée avec de l'eau de mer par l'armée égyptienne, à Rafah dans le sud de la bande de Gaza le 1er octobre 2015 (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)
Des Palestiniens travaillant à l’entrée d’un tunnel utilisé pour passer des produits en contrebande entre l’Egypte et la bande de Gaza après avoir été inondée avec de l’eau de mer par l’armée égyptienne, à Rafah dans le sud de la bande de Gaza le 1er octobre 2015 (Crédit : Abed Rahim Khatib / Flash90)

Israël, aux côtés du gouvernement égyptien, a accusé le Hamas de prêter main forte à l’EI dans la péninsule du Sinaï.

En février, le général Yoav Mordechai, directeur israélien de la coordination des activités du gouvernement dans les territoires, avaot déclaré que des agents de l’EI entraient dans Gaza via les tunnels depuis l’Egypte pour recevoir des soins médicaux dans la bande de Gaza. En retour, avait déclaré Mordechai, l’EI fournit aux terroristes régnant sur Gaza de l’argent et des armes.

Avi Issacharoff, Judah Ari Gross et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...