Des élus du Labour ont participé à un rassemblement contre l’inaction de Corbyn
Rechercher

Des élus du Labour ont participé à un rassemblement contre l’inaction de Corbyn

Les députés sont accusés d’avoir participé à une attaque politique contre le chef du parti ; la manifestation appelait à lutter contre l'antisémitisme

David Lammy (2 à droite), membre du Parti travailliste britannique, se joint aux membres de la communauté juive qui manifestent contre le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn et l'antisémitisme au sein du parti travailliste devant les chambres du Parlement britannique dans le centre de Londres le 26 mars 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Tolga AKMEN)
David Lammy (2 à droite), membre du Parti travailliste britannique, se joint aux membres de la communauté juive qui manifestent contre le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn et l'antisémitisme au sein du parti travailliste devant les chambres du Parlement britannique dans le centre de Londres le 26 mars 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Tolga AKMEN)

Des législateurs britanniques du parti travailliste, qui ont participé à un rassemblement de protestation critiquant le dirigeant Jeremy Corbyn pour son échec à lutter contre l’antisémitisme au sein de son parti, ont été critiqués à leur tour par des membres du parti. Certains ont même appelé à leur destitution.

Certains des députés ont été victimes d’insultes sur les réseaux sociaux alors que les accusations selon lesquelles le rassemblement visait davantage à attaquer Corbyn qu’à plaider pour une action contre la discrimination commencent à se faire entendre, a signalé mercredi le journal The Guardian.

Au cours de l’événement de lundi, environ 1 500 manifestants se sont massés devant le parlement britannique. C’était un rassemblement sans précédent organisé par le leadership britannique juif, généralement hostile à la publicité, et les participants arboraient des pancartes disant « Non à l’antisémitisme », alors que la pression augmentait sur le parti et son leader.

Le blog soutenant Corbyn, Skwakbox, a envoyé un courriel à cinq députés travaillistes qui étaient présents au rassemblement, exigeant de savoir quelles mesures ils avaient prises contre d’autres formes de racisme, ce qui semblait indiquer que leur participation était politique plutôt que fondée sur des principes.

En réponse, plus de 40 députés et personnalités politiques ont publié une lettre ouverte mardi sur le site internet du Huffington Post accusant Skwakbox d’avoir intimidé ceux qui avaient pris part à la manifestation.

David Lammy, député de Tottenham, était l’un des participants au rassemblement de protestation contre l’antisémitisme. Une page Facebook privée pour les membres du Parti travailliste dans sa circonscription a reçu un certain nombre de messages appelant à son remplacement, a indiqué le The Guardian.

Des membres de la communauté juive organisent une manifestation contre Jeremy Corbyn, chef du parti travailliste de l’opposition britannique, et contre l’antisémitisme au sein du parti travailliste, devant les chambres du Parlement britannique dans le centre de Londres, le 26 mars 2018. (AFP/Tolga Akmen)

Une lettre ouverte du Conseil des Députés des Juifs britanniques, la principale organisation représentative des Juifs britanniques, et le Conseil des dirigeants juifs ont accusé lundi le vétéran de gauche de prendre parti pour les antisémites « encore et encore ».

La lettre affirme que Corbyn a été « trouvé à plusieurs reprises aux côtés de personnes ayant des opinions ouvertement antisémites », mais [qu’à chaque fois il] « prétend ne jamais les avoir entendu ou lu ».

Ce qui a déclenché la protestation a été un commentaire sur Facebook datant de 2012 qui a récemment été révélé.

Corbyn avait offert son soutien à un artiste de rue dont la fresque dans l’est de Londres représentait un groupe d’hommes d’affaires et de banquiers, dont certains juifs, comptant de l’argent autour d’une planche ressemblant à un jeu de Monopoly posée en équilibre sur le dos d’hommes au teint foncé. La peinture murale a été enlevée depuis. Dimanche, Corbyn a déclaré qu’il avait tort de soutenir la « liberté artistique » du peintre sans regarder de plus près l’image.

Kalen Ockerman's mural 'The Enemy of Humanity' (photo credit: YouTube screen shot)
La fresque de Kalen Ockerman : « L’Ennemi de l’Humanité » (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Dans un communiqué publié lundi alors que les protestataires commençaient à se rassembler, Corbyn s’est engagé à être « un opposant militant à l’antisémitisme », affirmant à la communauté juive : « dans ce combat, je suis votre allié et le serai toujours. »

Les allégations d’antisémitisme au sein du parti travailliste ont augmenté depuis que Corbyn, un socialiste pro-palestinien, a été élu chef du principal parti d’opposition britannique en 2015.

Certains dans le parti affirment que Corbyn, un critique de longue date des actions israéliennes contre les Palestiniens, a permis que les abus ne soient pas contrôlés.

Lors de ce qui a été décrit comme une réunion du cabinet fantôme « émouvant » mardi, Corbyn a chargé la nouvelle secrétaire générale travailliste Jennie Formby de prendre des mesures contre l’antisémitisme dans le parti et d’en faire sa priorité, a annoncé la BBC.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...