Des familles israéliennes s’installent dans 2 bâtiments contestés à Hébron
Rechercher

Des familles israéliennes s’installent dans 2 bâtiments contestés à Hébron

20 familles s'installent dans les maisons de Rachel et Leah dans la ville de West Bank, quatre jours après avoir été expulsées de Machpela House où elles ont siégé pendant 8 mois

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Les colons pénètrent dans les maisons contestées Rachel et Leah à Hébron le 26 mars 2018. (Gracieuseté de l'organisation Harhivi)
Les colons pénètrent dans les maisons contestées Rachel et Leah à Hébron le 26 mars 2018. (Gracieuseté de l'organisation Harhivi)

Une vingtaine de familles a emménagé dans deux propriétés contestées dans la ville de Hebron en Cisjordanie lundi soir, affirmant avoir légalement acheté les bâtiments et avoir reçu la permission des officiels de la défense pour y entrer.

Le déménagement dans les bâtiments, nommé par les habitants des implantations « les maisons de Rachel et Leah », a été organisé par le mouvement Harhivi, le même groupe qui a mené le squat illégal dans la maison controversée de Machpela pendant huit mois avant que l’armée n’évacue le complexe jeudi dernier.

Là aussi, les familles juives ont prétendu avoir acheté le bâtiment à des propriétaires palestiniens, mais la Haute Cour de Justice a jugé l’achat incomplet, sanctionnant leur évacuation jusqu’à ce que les habitants des implantations puissent pleinement prouver l’acquisition.

Shlomo Levinger, un porte-parole de Harhivi, a déclaré au Times of Israël que les maisons Rachel et Leah avaient été achetées il y a cinq ans et que son organisation avait reçu l’autorisation des responsables de la défense, ces derniers jours, d’entrer dans les bâtiments.

Beaucoup de familles qui occupaient la Maison Machpela adjacente à la Tombe des Patriarches étaient parmi celles qui ont emménagé dans les maisons de Rachel et Leah lundi soir.

Levinger a refusé de dire si la décision de son organisation de quitter pacifiquement la Maison Machpela il y a quatre jours avait un lien avec l’approbation du ministère de la Défense pour leur déménagement dans les maisons Rachel et Leah.

Un nombre similaire d’habitants des implantations avaient squatté les maisons Rachel et Leah en janvier 2016, mais ils avaient été évacués dés le lendemain après que des fonctionnaires de l’Administration civile – l’organisme du ministère de la Défense autorisant les achats de biens en Cisjordanie – avaient jugé leur acquisition invalide.

L’armée a depuis empêché toute entrée dans les bâtiments, qui sont également situés près de la tombe des patriarches.

Un porte-parole de l’administration civile a déclaré que les familles avaient récemment reçu du ministère ce que l’on appelle un « permis de transaction ». Ils en sont encore aux premiers stades de l’achat et un tel document ne suffit pas à prouver leur pleine propriété.

Les familles de Machpela House détenaient également le même document et ont été finalement obligées de quitter le complexe.

Le site sacré a été une source particulière de tension dans la ville car ses populations juives et musulmanes le vénèrent et pour eux il s’agit du lieu de repos final des personnages bibliques Abraham, Sarah, Isaac, Rebecca, Jacob et Léa.

Un porte-parole de Tsahal a déclaré que l’armée était au courant de l’entrée et travaillait à vérifier les revendications des habitants des implantations auprès des responsables de la défense.

Dans une déclaration saluant le déménagement, l’organisation Harhivi a déclaré que les habitants étaient « bénis de pouvoir continuer, dans la pratique, le chemin d’Abraham dans la rédemption de la Terre d’Israël ».

« Face à tous les défis et ceux qui essaient de faire dérailler notre expansion continue dans la ville de nos ancêtres, nous déclarons que tout Israël, en ce jour, fait un pas historique dans la rédemption de la terre », a ajouté l’organisation des habitants des implantations.

Les membres de La Paix maintenant ont fustigé l’entrée des habitants des implantations dans les maisons de Rachel et de Leah la qualifiant de « chutzpah sans pareil. »

L’ONG de gauche a affirmé que les résidents étaient encore aux premiers stades de l’achat et n’avaient aucune preuve de propriété. Le groupe a appelé les forces de sécurité à évacuer les bâtiments et à ne pas attendre que la Haute Cour rende une décision sur la question, ce qui pourrait prendre des mois.

Plusieurs centaines d’habitants des implantations israéliens vivent à Hébron, parmi des dizaines de milliers de Palestiniens. En octobre, le ministère de la Défense a approuvé des permis pour agrandir l’enclave des habitants des implantations avec plus de 31 nouvelles maisons, le premier bâtiment approuvé en 15 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...