Rechercher

Des filtres à dialyse pour traiter les eaux usées et les bouses de vaches du Golan

Une fois assainie, l’eau est ensuite réutilisée pour l’irrigation dans le Golan - quelques villages limitrophes la consomment aussi comme eau potable

Le filtre à eau de NUFiltration. (Crédit : NUFiltration / Facebook)
Le filtre à eau de NUFiltration. (Crédit : NUFiltration / Facebook)

Le professeur Yoram Liass de l’université de Tel Aviv a eu une idée innovante pour traiter les eaux usées des villages et les bouses de vaches du plateau du Golan : recycler des filtres à dialyse, qui ont, dans leur première fonction, servi à détoxifier le sang de malades dont les reins ne fonctionnent plus.

Un reportage du Figaro publié ce mois-ci indique ainsi qu’aujourd’hui 2 560 filtres à dialyse déployés au Centre de traitement des eaux résiduelles de Meitzar, dans le Golan, dans le nord du pays, assurent cette fonction.

Le projet a pu être déployé après que Mino Negrin, déjà investi dans le secteur, a, en 2011, acheté le brevet de Yoram Liass et fondé la société NUFiltration. Après quatre années de recherche et développement, l’entreprise a pu commencer à traiter l’eau avec ce procédé.

« Cette méthode de filtration, sans aucun produit chimique, permet de retenir toutes les contaminations microbiologiques et toutes les particules en suspension dans l’eau », a expliqué l’entrepreneur au quotidien français.

Ainsi, les eaux usées des 6 000 habitants et les déjections des 5 000 vaches des alentours du Centre de traitement des eaux sont aujourd’hui traitées.

« Nous avons besoin d’une eau de qualité pour ne pas polluer les nappes phréatiques », a expliqué le PDG de NUFiltration, alors que « toute l’eau produite dans la région y reste ».

Une fois assainie, l’eau est ensuite réutilisée pour l’irrigation dans le Golan – quelques villages limitrophes la consomment aussi comme eau potable. Sur place, l’énergie utilisée pour traiter l’eau provient du biogaz de la ferme.

Le procédé joue ainsi un grand rôle écologique, alors qu’il coûte environ dix fois moins cher en énergie que la réutilisation des eaux usées. Il représente également une solution alternative à l’eau du robinet pour irriguer.

Alors qu’un filtre à dialyse a une durée de quatre à cinq ans, à condition qu’il soit très bien entretenu, quelque 100 000 filtres par an – soit 10 % de ce qui est utilisé dans les hôpitaux israéliens, indique le Figaro – sont ainsi recyclés par NUFiltration.

Le projet s’inscrit ainsi dans une logique d’économie circulaire.

Une dizaine d’installations similaires existe dans le pays.

NUFiltration a aussi déployé son savoir-faire dans le filtrage d’eau dans le cadre de projets humanitaires, notamment dans des pays en développement au Cameroun, au Vietnam, aux Philippines ou encore au Cambodge.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...