Des haredim portent plainte contre la police pour l’usage de « skunk spray »
Rechercher

Des haredim portent plainte contre la police pour l’usage de « skunk spray »

Les plaignants ont déclaré que le dispositif anti-émeute à l'odeur nauséabonde, utilisé pour disperser les foules et dissuader les militants, était une forme de punition collective

La police pulvérise de l'eau pour tenter de disperser une manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre la conscription de membres de leur communauté, à l'entrée de Jérusalem le 23 octobre 2017. (Crédit :  AFP / Ahmad Gharabli)
La police pulvérise de l'eau pour tenter de disperser une manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre la conscription de membres de leur communauté, à l'entrée de Jérusalem le 23 octobre 2017. (Crédit : AFP / Ahmad Gharabli)

Plusieurs hiérosolymitains haredim ont déposé une requête devant la Haute cour de Justice pour empêcher la police d’utiliser du skunk spray, un composant chimique à l’odeur nauséabonde, initialement développé pour être utilisé contre des émeutiers palestiniens.

L’an dernier, la police a commencé à utiliser ce spray contre les manifestants ultra-orthodoxes qui protestent contre le service militaire.

Selon le site ultra-orthodoxe Behadrei Haredim, quatre plaignants ont déclaré que l’usage de skunk dans des quartiers densément peuplés constitue une punition collective et « une violation des droits de l’Homme ».

Deux d’entre eux ont affirmé que leurs commerces ont subi des dégâts estimés à plusieurs milliers de shekels après l’aspersion sur plusieurs manifestants. Une troisième personne s’est plainte que la police a diffusé du spray sur son balcon alors qu’il observait la manifestation. Il a affirmé que le liquide a pénétré dans sa maison, causant des dégâts et blessant l’un de ses petits-enfants.

Les ultra-orthodoxes, membres de la radicale Faction de Jérusalem, fondée par le défunt rabbin Shmuel Auerbach, organisent régulièrement des manifestations contre l’enrôlement des membres de sa communauté au sein de l’armée israélienne.

Ils obstruent des chaussées et affrontent la police. Une cinquantaine de militants ont été arrêtés après une manifestation au début du mois, au cours de laquelle les manifestants ont tenté de bloquer une artère principale.

« Ce n’est pas comme de la pluie – ils vaporisent sur nous directement, délibérément », a décrit un étudiant en yeshiva l’an dernier au quotidien Haaretz.

« Quiconque est touché est propulsé de quelques mètres en arrière et retombe. J’en ai reçu dans le dos quelques fois. Et je ne parle pas même pas de l’odeur atroce, qui est indescriptible, mais il ne fait aucun doute qu’ils tentent délibérément de vous blesser. »

Une vidéo diffusée l’an dernier sur les réseaux sociaux montrent un passant touché par des aspersions du skunk et propulsé de quelques mètres pendant une manifestation aux abords de la gare centrale de bus de Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...