Des Israéliens caillassent des voitures palestiniennes en Cisjordanie
Rechercher

Des Israéliens caillassent des voitures palestiniennes en Cisjordanie

Le chef des implantations appelle à des "opérations de représailles" militaires contre l'AP après que des soldats et des civils ont été blessés devant une base de Tsahal

Yossi Dagan (3e à gauche), chef du Conseil régional de Samarie, sur les lieux d'une attaque au couteau dans le nord de la Cisjordanie, le 11 octobre 2018. (Roi Hadi)
Yossi Dagan (3e à gauche), chef du Conseil régional de Samarie, sur les lieux d'une attaque au couteau dans le nord de la Cisjordanie, le 11 octobre 2018. (Roi Hadi)

Plus d’une dizaine de jeunes résidents d’implantations ont été filmés jeudi en train de lancer des pierres sur des voitures palestiniennes arrêtées à un poste de contrôle de l’armée israélienne installé après une attaque au couteau dans la journée qui a fait deux blessés dans le nord de la Cisjordanie.

Les images filmées par un agent de terrain pour l’ONG de gauche de défense des droits de l’homme Yesh Din montrent une quinzaine de jeunes Israéliens quittant le sommet d’une colline adjacente à l’implantation de Yitzhar, à bord de deux véhicules quand un fourgon de police arrive sur les lieux.

Les deux véhicules israéliens vus dans la séquence vidéo parviennent à s’échapper sans être arrêtés par les autorités.

Selon Yesh Din, les jeunes sont ensuite revenus au sommet d’une colline voisine, d’où ils ont continué à lancer des pierres sur les Palestiniens. L’ONG a affirmé que les soldats de Tsahal sur les lieux n’avaient rien fait pour les arrêter. L’armée n’a pas fait de commentaires dans l’immédiat.

L’incident s’est produit quelques heures après que deux personnes ont été blessées lors d’une attaque au couteau devant une base militaire proche. Un soldat israélien a été modérément blessé, avec des coups de couteau au visage et au haut du corps. Une civile de 26 ans a été légèrement blessée par un ricochet de coups de feu tirés sur le terroriste qui a pris la fuite.

Yossi Dagan (3e à gauche), chef du Conseil régional de Samarie, sur les lieux d’une attaque au couteau dans le nord de la Cisjordanie, le 11 octobre 2018. (Roi Hadi)

En réponse aux coups de couteau – la deuxième attaque en Cisjordanie cette semaine – des dirigeants d’implantations ont exhorté le gouvernement à renforcer ses mesures contre le terrorisme, l’un d’entre eux demandant instamment une action « comme en temps de guerre ».

« Nous n’accepterons pas un “lot” d’attaques terroristes jour après jour », a déclaré Yossi Dagan, chef du Conseil régional de Samarie, où les deux attaques ont eu lieu. Il a ajouté que les résidents israéliens de Cisjordanie « ont droit à la sécurité au même titre que les citoyens israéliens dans tout autre endroit de l’Etat ».

Dagan a appelé le Premier ministre Benjamin Netanyahu à ordonner « des opérations militaires de représailles contre les bases terroristes de l’Autorité palestinienne ». L’ère des traitements chirurgicaux est révolue, l’armée israélienne doit agir contre l’Autorité palestinienne, qui les finance, les incite et les envoie ».

Il a également déclaré que le gouvernement devrait accélérer le rythme de la construction des implantations et approuver immédiatement 1 000 nouveaux logements, en réponse au terrorisme et comme un moyen de « briser leur motivation ».

Le ministre de l’Agriculture, Uri Ariel, assiste à une réunion du parti HaBayit HaYehudi à la Knesset, à Jérusalem, le 11 décembre 2017 (Yonatan Sindel / Flash90)

Jeudi après-midi, les soldats de Tsahal étaient à la recherche du terroriste, qui s’est d’abord échappé à pied, puis aurait été récupéré par une voiture qui s’est dirigée vers la ville palestinienne d’Hawara.

Le ministre de l’Agriculture, Uri Ariel, a demandé au Premier ministre de convoquer le cabinet de sécurité à la suite de cette attaque.

« Nous devons immédiatement restaurer la dissuasion afin de mettre fin au bain de sang juif « , a écrit Ariel, membre du parti pro-implantations HaBayit HaYehudi, sur Twitter.

« Nous devons réagir avec fermeté, notamment en détruisant les maisons, en expulsant les familles des terroristes et en révoquant tous les “avantages” et les “primes” qu’ils reçoivent immédiatement », a-t-il déclaré.

Lors de la première attaque de cette semaine, un terroriste palestinien a abattu dimanche deux de ses collègues israéliens – Kim Levengrond Yehezkel et Ziv Hajbi – et en a blessé une troisième, Sara Vaturi, dans le parc industriel Barkan du nord de la Cisjordanie, où il était employé.

Ashraf Walid Suleiman Naalowa, un Palestinien soupçonné d’avoir perpétré un attentat terroriste meurtrier le 7 octobre 2018 dans la zone industrielle de Barkan au nord de la Cisjordanie. (Autorisation)

Le suspect, Ashraf Naalowa, a réussi à s’enfuir de la scène de crime sans se faire arrêter. La chasse au terroriste présumé est entrée dans sa cinquième journée jeudi.

Selon les autorités, Naalowa, qui aurait laissé une lettre de suicide avant l’attentat, est prêt à affronter les soldats lorsqu’ils approcheront de lui dans un échange de tirs qui pourrait être fatal.

Judah Ari Gross et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...