Des manifestants ultra-orthodoxes perturbent le Yom HaZikaron à Jérusalem
Rechercher

Des manifestants ultra-orthodoxes perturbent le Yom HaZikaron à Jérusalem

La police a dispersé les manifestants à l'intersection Kikar Hashabat de la capitale avant que la nation ne marque une minute de silence pour les soldats tombés au combat

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Mercredi à Jérusalem, la police a dispersé des dizaines de manifestants extrémistes ultra-orthodoxes qui, selon eux, prévoyaient de perturber la minute de silence observée dans tout le pays pendant la sirène du Yom HaZikaron en l’honneur des Israéliens tombés au champ d’honneur.

Les agents déployés à l’intersection de Kikar Hashabbat ont évacué les manifestants de la route et ont saisi leurs pancartes, a déclaré la police dans un communiqué.

Il n’y a eu ni blessés ni arrestations.

Des slogans en hébreu sur les pancartes disaient, « Un sioniste n’est pas un juif et un juif n’est pas un sioniste » ainsi que la phrase « et Mardochée ne se prosternera pas ni ne fera preuve de respect », une référence au livre biblique d’Esther, dans lequel Mardochée ne se prosterna pas devant le méchant Haman. La phrase est utilisée comme une proclamation de la part des ultra-orthodoxes antisionistes qui affirment qu’ils refusent d’accepter l’autorité de l’État.

Une pancarte brandie par des manifestants ultra-orthodoxes lors du Yom HaZikaron. Le slogan dit « et Mordechai ne s’est pas agenouillé et ne s’est pas prosterné. » (YouTube)

Le Yom HaZikaron annuel d’Israël comprend le son des sirènes de raid aérien à travers le pays, pendant une minute la veille du jour commémoratif, et de nouveau pendant deux minutes le lendemain matin.

La chaîne de télévision Hadashot a rapporté que des militants ultra-orthodoxes ont également fait circuler un clip vidéo montrant un mannequin vêtu de l’uniforme de Tsahal grillé sur un barbecue.

Le texte défilant sur l’écran déclare : « En l’honneur du Yom HaZikaron, les ultra-orthodoxes se souviennent des Hardakim [terme péjoratif pour les soldats ultra-orthodoxes] qui ont trahi le peuple juif et vendu leur âme à Satan ».

Rien n’indique qui a produit le clip vidéo, qui semble aussi ridiculiser les barbecues traditionnels de la fête de l’indépendance des Israéliens.

Les Israéliens ultra-orthodoxes bénéficient depuis des décennies d’une exemption générale du service militaire. Les tentatives de répondre aux besoins des recrues ultra-orthodoxes ont connu un certain succès, passant de quelque 300 recrues ultra-orthodoxes chaque année il y a dix ans à quelque 3 000 l’an dernier.

Mais de nombreux soldats ultra-orthodoxes sont encore victimes de harcèlement, de menaces et d’agressions lorsqu’ils rentrent chez eux en permission dans des quartiers ultra-orthodoxes.

Capture d’écran d’une vidéo montrant un homme grillant au barbecue un mannequin vêtu de l’uniforme d’un soldat de Tsahal. (Hadashot news)

L’affrontement à Jérusalem a eu lieu deux jours après que quatre policiers ont été légèrement blessés alors que des centaines de Juifs ultra-orthodoxes ont manifesté devant le bureau de recrutement de Tsahal dans la capitale. Les manifestants s’étaient rassemblés sur les rumeurs de l’arrestation d’une jeune femme du quartier de Har Nof pour tentative de désertion, a rapporté le site d’information ultra-orthodoxe Behadrei Haredim.

Les tensions sont fortes au sein de la population ultra-orthodoxe par rapport à la législation proposée par les députés de cette communauté pour exempter les étudiants de yeshiva du service militaire obligatoire. Après avoir atteint l’âge de 18 ans, les hommes doivent servir pendant 32 mois et les femmes pendant 24 mois. Ce projet de loi menaçait de faire tomber le gouvernement plus tôt ce mois-ci après que des querelles intestines ont vu des partis se lancer des ultimatums concurrents pour rester dans la coalition.

Une pancarte portée par des manifestants ultra-orthodoxes lors du Yom HaZikaron. Le slogan se lit comme suit : « Et est-ce que je ne hais pas ceux qui se révoltent contre vous ? Je les déteste complètement, ils sont mes ennemis. » (YouTube)

En septembre, la Cour suprême de justice a rejeté une loi antérieure qui exemptait du service militaire les hommes ultra-orthodoxes engagés dans des études religieuses, au motif qu’elle portait atteinte au principe de l’égalité devant la loi.

Le tribunal a suspendu sa décision pendant un an pour permettre la mise en place d’un nouvel arrangement, donnant au gouvernement la possibilité d’adopter une nouvelle loi.

La question de l’enrôlement des ultra-orthodoxes a été controversée en Israël – autour d’un débat vieux de plusieurs décennies sur la question de savoir si les jeunes hommes ultra-orthodoxes étudiant dans les yeshivas devraient être appelés au service militaire obligatoire comme le reste de la population juive d’Israël.

Alors que les Israéliens ultra-orthodoxes peuvent encore obtenir des exemptions d’enrôlement, ils sont tenus de se présenter aux bureaux d’enrôlement afin de signer un sursis de service. Certains groupes plus extrêmes demandent à leurs adhérents de ne même pas signer les papiers de sursis, ce qui conduit à des arrestations pour désertion.

Des manifestations contre le projet ultra-orthodoxe ont également eu lieu à Beit Shemesh et à Jérusalem, où les manifestants se sont souvent heurtés à la police, ce qui a conduit à des arrestations.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...