Des milliers de personnes ont assisté à la Marche des vivants menée par Rivlin
Rechercher

Des milliers de personnes ont assisté à la Marche des vivants menée par Rivlin

Plus de 12 000 personnes de 40 pays différents ont participé à la marche entre Auschwitz et Birkenau, accompagnées de hauts responsables israéliens

שידור חי ממצעד החיים

שידור חי מפולין: נשיא המדינה מוביל את ״מצעד החיים" כשלצידו ראשי מערכות הביטחון, הרמטכ"ל, המפכ"ל, ראש המוסד וראש השב"כ

Posted by ‎Reuven Ruvi Rivlin - ראובן רובי ריבלין‎ on Thursday, 12 April 2018

Quelque 12 000 personnes – des survivants de l’Holocauste, des adolescents ou encore de hauts responsables israéliens – originaires de 40 pays différents ont participé jeudi à la Marche des vivants en Pologne.

Le président israélien Reuven Rivlin a mené le groupe tout au long des trois kilomètres de marche depuis le camp de concentration d’Auschwitz jusqu’au camp d’extermination de Birkenau, qui a abrité des chambres à gaz nazies et des fours crématoires pendant la Seconde Guerre mondiale.

Dans la délégation israélienne se trouvaient également le chef d’état-major de l’armée, le général Gadi Eizenkot, le chef du Mossad, Yossi Cohen, le chef du service de sécurité intérieure du Shin Bet, Nadav Argaman, et le commissaire de police israélien, Roni Alsheich.

Eizenkot, qui dirigeait la délégation militaire des « Témoins en uniforme », composée d’une vingtaine d’officiers et de trois survivants de l’Holocauste, a souligné l’importance de cet évènement lors d’un discours à son groupe lors de leur atterrissage à Varsovie.

« Moi, chef d’état-major de l’armée et chef de la délégation de Tsahal en Pologne, je dis : ‘Plus jamais ça !’ », a-t-il affirmé.

Selon certaines rumeurs, Eizenkot aurait pu se retirer du voyage en raison de la situation sécuritaire à la frontière nord, à la suite d’une frappe aérienne attribuée à Israël sur une base aérienne syrienne lundi.

Des jeunes juifs du monde entier ont participé à la Marche des vivants au camp d’Auschwitz-Birkenau en Pologne le 11 avril 2018 (Yossi Zeliger / Flash90)

S’adressant également à la délégation avant la marche, M. Alsheich a parlé des responsabilités que portent ceux au service du pays.

« Les officiers de police assurent l’existence morale de la société israélienne, qui n’est pas moins importante que la protection des frontières du pays, et parfois même plus importante », a-t-il déclaré. « Nous sommes le contraire des hommes en uniforme nazi qui ont commis et permis ce crime terrible. »

Rivlin était accompagné lors de la marche par le président polonais Andrzej Duda, malgré les tensions entre les deux pays concernant une législation polonaise qui impose des amendes voire jusqu’à trois ans de prison à quiconque attribuerait la « responsabilité ou la coresponsabilité à la nation ou à l’Etat polonais des crimes commis par le Troisième Reich allemand. »

Rivlin a déclaré à Duda jeudi que, pendant que des Polonais aidaient à sauver les Juifs durant l’Holocauste, d’autres avaient participé à leur extermination.

« Il ne fait aucun doute que de nombreux Polonais ont combattu le régime nazi, mais nous ne pouvons pas nier le fait que la Pologne et les Polonais ont aidé à leur extermination », a déclaré M. Rivlin lors d’une conférence de presse conjointe avec Duda à Cracovie.

« La Pologne a permis la mise en œuvre de l’horrible idéologie génocidaire de Hitler et a été témoin de la vague d’antisémitisme suscitée par la loi que vous avez adoptée », a ajouté le président.

Le président polonais Andrzej Duda (à droite) et le président israélien Reuven Rivlin (à gauche) arrivent à Oswiecim le 12 avril 2018 lors de la Marche des vivants, une marche annuelle de commémoration de l’Holocauste entre les anciens camps de la mort d’Auschwitz et de Birkenau (Janek Skarzynski / AFP)

Le président a noté qu’Israël honorait les Polonais qui ont donné leur vie pour sauver des Juifs, mais a souligné l’antisémitisme généralisé qui existait dans la Pologne à l’époque de l’Holocauste. Il a également affirmé que de nombreux Polonais avaient participé à l’extermination des Juifs.

« Les gens ont assassiné puis hérité [de la propriété des morts]. Ici, il y avait une base [de l’antisémitisme] qui permettait aux nazis de faire ce qu’ils voulaient, non seulement en Pologne mais dans toute l’Europe », a déclaré Rivlin.

Un groupe d’ambassadeurs auprès des Nations unies ont également participé à la marche de jeudi, dont le voyage a été organisé par le Mouvement sioniste américain et par Danny Danon, ambassadeur israélien auprès de l’ONU.

« Alors que nous assistons à une recrudescence de l’antisémitisme dans le monde et à des tentatives dangereuses de réécrire l’histoire, nous devons plus que jamais veiller à ce que les souvenirs des survivants soient transmis à la génération suivante », a déclaré Danon. « En se joignant à cette marche significative, les ambassadeurs des Nations unies du monde entier se prononcent contre l’antisémitisme et envoient un message à tous ceux qui colportent la haine. »

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les nazis ont tué environ 1,1 million de personnes dans le camp d’Auschwitz-Birkenau – principalement des Juifs, mais aussi des Russes, des Roms, des Polonais et d’autres étrangers.

La Marche des vivants a été lancée en 1988 comme un événement biennal, avant de se dérouler finalement chaque année. Au total, plus de 260 000 personnes de 52 pays différents ont participé à cette commémoration.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...