Des musulmans appellent à tuer les Juifs sur le mont du Temple de Jérusalem
Rechercher

Des musulmans appellent à tuer les Juifs sur le mont du Temple de Jérusalem

La police a dispersé la foule sur le lieu saint après les prières du vendredi matin ; le Hamas avait appelé à la mobilisation à la mosquée Al-Aqsa contre l'“occupation sioniste”

Illustration : Des musulmans palestiniens scandent des slogans contre les forces de sécurité israéliennes (hors champ) sur le mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 11 août 2019. (Ahmad Gharabli/AFP)
Illustration : Des musulmans palestiniens scandent des slogans contre les forces de sécurité israéliennes (hors champ) sur le mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 11 août 2019. (Ahmad Gharabli/AFP)

Vendredi matin, des centaines de musulmans ont scandé des slogans appelant à tuer des Juifs devant la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple à Jérusalem, ce qui a conduit la police à disperser la foule.

Les slogans ont commencé alors que les fidèles quittaient la mosquée après les prières, a rapporté la Treizième chaîne israélienne.

Personne n’a été blessé lors des affrontements avec la police, qui a interrompu la marche improvisée où les cris ont été entendus.

Dans les images prises lors de la marche, on peut entendre de nombreux hommes crier en arabe : « Juifs, souvenez-vous de Khaybar, l’armée de Mahomet est de retour. »

Ce message se rapporte à un événement qui s’est produit au VIIe siècle, lorsque des musulmans ont massacré et expulsé des Juifs de la ville de Khaybar, située dans l’actuelle Arabie saoudite.

Ils ont aussi crié : « Avec l’esprit et le sang, nous sauverons Al-Aqsa » et « Juifs, l’armée d’Al-Aqsa revient. »

Les autorités ont déclaré que les agents de police ont interrompu une procession qui comportait ce qu’ils ont appelé des chants « nationalistes » sur le lieu saint, après que quelque 8 000 personnes eurent terminé les prières du matin.

« La police ne permettra pas une conduite désordonnée au mont du Temple et agira pour empêcher tout trouble ou appel nationaliste », a déclaré la police.

Le groupe terroriste du Hamas avait appelé mercredi les Palestiniens à se « mobiliser » lors des prières de vendredi contre la « souillure » de la mosquée Al-Aqsa et du tombeau des patriarches de Hébron par « l’occupation sioniste ». Le groupe a dit que les autorités israéliennes doivent être averties que « nos lieux saints sont une ligne rouge qui ne peut être tolérée ».

Vendredi, elle s’est félicitée des troubles dans l’enceinte, avec un porte-parole qui a dit lors des prières du matin « soutenez notre peuple dans sa campagne contre l’occupation sioniste et contrecarrez ses plans racistes ».

Les forces de sécurité israéliennes passent devant le sanctuaire du Dôme du Rocher, alors qu’elles arrivent au complexe du mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 11 août 2019, après que des affrontements aient éclaté pendant les fêtes juives et musulmanes de l’Aïd al-Adha et de Tisha BeAv, qui coïncidaient. (Ahmad Gharabli/AFP)

Au début de ce mois, la police a arrêté une dizaine de visiteurs musulmans dans le complexe après avoir troublé l’ordre public.

Le site est le plus saint du judaïsme en tant que site où se situaient les deux Temples bibliques, et le troisième plus saint pour les musulmans, qui le désignent comme l’enceinte de la Mosquée Al-Aqsa ou le Noble Sanctuaire.

Il est le théâtre d’affrontements périodiques entre les fidèles musulmans et la police.

En vertu du traité de paix de 1994 entre les deux pays, Israël reconnaît la Jordanie comme le gardien du mont du Temple et des lieux saints de Jérusalem.

Certains militants juifs ont fait pression pour qu’Israël autorise la prière juive sur le mont du Temple, dans le cadre de l’engagement du pays en faveur de la liberté de religion.

Mais tout débat ou même toute rumeur concernant des changements à apporter à l’arrangement du statu quo sur le lieu saint se heurte généralement à une vive protestation du monde musulman, qui accuse Israël de tenter de « judaïser » le site ou d’en élargir l’accès aux pèlerins juifs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...