Des pièces de monnaie vieilles de 2 000 ans découvertes en Cisjordanie
Rechercher

Des pièces de monnaie vieilles de 2 000 ans découvertes en Cisjordanie

Des archéologues de l'Université Bar-Ilan ont trouvé une pièce de la Grande Révolte à Khirbat Jibit et une autre de la Révolte de Bar-Kokhba, révélant une présence juive au nord

En haut : une pièce de monnaie d'environ 134-135 CE trouvée dans le Wadi Rashash. En bas : une pièce datant d'environ 67-68 de notre ère, trouvée à Khirbat Jib'it. Arrière-plan : Wadi Rashash en Cisjordanie. (Crédit: Tal Rogovsky, Yechezkel Blumstein / courtoisie)
En haut : une pièce de monnaie d'environ 134-135 CE trouvée dans le Wadi Rashash. En bas : une pièce datant d'environ 67-68 de notre ère, trouvée à Khirbat Jib'it. Arrière-plan : Wadi Rashash en Cisjordanie. (Crédit: Tal Rogovsky, Yechezkel Blumstein / courtoisie)

Deux pièces de monnaie rares datant des révoltes juives contre les Romains ont été récemment découvertes par des archéologues israéliens dans la région de Binyamin en Cisjordanie.

La première pièce a été découverte sur le sol du site archéologique de Khirbat Jibit, au sud de la ville de Douma, en Cisjordanie. Elle date de la Grande Révolte, la première guerre judéo-romaine en Judée, selon les chercheurs de l’université Bar-Ilan.

La pièce Khirbat Jibit a été frappée vers 67-68 de notre ère, selon le Dr Dvir Raviv, qui a dirigé l’enquête. Elle porte sur une face une feuille de vigne et l’inscription en hébreu Herut Zion (la liberté de Sion). L’autre côté est décoré d’une amphore et de l’inscription « Year Two ».

À un kilomètre au nord, une deuxième pièce de monnaie a été trouvée dans une grotte sur les falaises de Wadi Rashash, datant de la révolte de Bar-Kokhba, la dernière grande guerre menée entre les Juifs et les Romains.

Selon M. Raviv, la deuxième pièce a été frappée vers 134-135 de notre ère et porte une branche de palmier, peut-être un lulav – l’une des plantes rituelles utilisées pendant la fête juive de Souccot – et une couronne entourée de l’inscription LeHerut Yerushalayim (pour la liberté de Jérusalem).

L’autre face de la pièce de Wadi Rashash est décorée d’un instrument de musique, probablement une lyre selon Raviv, ainsi que de l’inscription « Shimon », le nom du chef rebelle Shimon Ben Kosevah, plus connu sous le nom de Bar-Kokhba.

Vue du site archéologique de Khirbat Jib’it en Cisjordanie. (Yonatan Granit/Autorisation)

Des tessons de céramique qui ont été apportés dans la grotte par des réfugiés et des rebelles juifs pendant la révolte ont également été découverts.

La grotte Araq en-Naasaneh dans le Wadi a-Daliyeh, à quelque six kilomètres au sud de la grotte Wadi Rashash, était auparavant considérée comme la grotte refuge la plus au nord de la révolte de Bar-Kokhba dans le désert de Judée.

L’archéologue Dr. Dvir Raviv (autorisation)

« La pièce de monnaie Bar-Kokhba de Wadi Rashash indique la présence d’une population juive dans la région jusqu’à 134/5 de l’ère commune, contrairement à une affirmation précédente selon laquelle l’établissement juif dans les hautes terres au nord de Jérusalem a été détruit pendant la Grande Révolte et n’a pas été habité par la suite », a déclaré Raviv.

« Cette pièce est également la première preuve que la région d’Acrabatta, le district de Judée se trouvant le plus au nord pendant la période romaine, était contrôlée par l’administration de Bar-Kokhba. »

Le site de la pièce de Khirbat Jibit a vu la découverte de bains rituels, de complexes de cachettes, de récipients en pierre calcaire et de grottes funéraires. Tous ces éléments appartenaient à une colonie juive qui a existé sur le site jusqu’à la révolte, quelque 70 ans plus tard, selon les archéologues.

Khirbat Jib’it et Wadi Rashash sont situés à environ 30 kilomètres au nord-est de Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...