Des projets militaires classifiés reçoivent le Prix israélien de la sécurité
Rechercher

Des projets militaires classifiés reçoivent le Prix israélien de la sécurité

Le président qualifie les lauréats d'exemples de "chutzpah israélienne" ; le ministre de la Défense salue les lauréats, ainsi que la normalisation avec le Bahreïn et les EAU

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

De gauche à droite, le ministre de la Défense Benny Gantz, le président Reuven Rivlin, le chef d'état-major de Tsahal Aviv Kohavi et l'ancien conseiller à la sécurité nationale Yaakov Amidror remettent le Prix israélien de la sécurité à la résidence du président, à Jérusalem, le 13 septembre 2020. (Kobi Gideon/Service de presse du Premier ministre)
De gauche à droite, le ministre de la Défense Benny Gantz, le président Reuven Rivlin, le chef d'état-major de Tsahal Aviv Kohavi et l'ancien conseiller à la sécurité nationale Yaakov Amidror remettent le Prix israélien de la sécurité à la résidence du président, à Jérusalem, le 13 septembre 2020. (Kobi Gideon/Service de presse du Premier ministre)

Trois projets de défense classifiés ont reçu la plus haute récompense israélienne en matière de sécurité dimanche soir, lors d’une cérémonie organisée par le président Reuven Rivlin et les plus hauts responsables de la défense du pays.

M. Rivlin a fait l’éloge des lauréats, déclarant qu’ils étaient l’exemple même de la « chutzpah israélienne », ou du bon sens.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a également salué les lauréats, déclarant que le prix représentait l’appréciation du pays pour leur travail « dans l’ombre » au nom du pays.

Dans ses commentaires, M. Gantz a également fait l’éloge de l’accord de normalisation émergent avec le Bahreïn, qui fait suite à un accord similaire avec les Émirats arabes unis, qui seront tous deux signés mardi à Washington.

« Je félicite le Premier ministre, qui part ce soir pour Washington. Avec vous, membres des services de sécurité, nous allons tirer parti de la normalisation et de l’avancement des liens avec divers pays de la région afin de former un front contre les menaces mutuelles et de permettre une coopération économique qui renforcera la sécurité et aidera l’économie israélienne à sortir de cette crise », a-t-il déclaré.

« Nous ferons cela tout en préservant les avantages militaires d’Israël dans la région », a ajouté M. Gantz, faisant allusion aux inquiétudes concernant un projet de vente d’avions de chasse F-35 aux EAU.

Au fond, de gauche à droite : le directeur général du ministère de la Défense Amir Eshel, le chef du Mossad Yossi Cohen, celui du Shin Bet Nadav Argaman, le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi et l’ancien conseiller à la sécurité Yaakov Amidror se tiennent derrière le ministre de la Défense Benny Gantz, et le président Reuven Rivlin à la résidence de celui-ci à Jérusalem, le 13 septembre 2020. (Kobi Gideon/Service de presse du Premier ministre)

La nature des trois projets qui ont remporté le prix cette année reste largement confidentielle. Les équipes gagnantes étaient composées d’une combinaison de représentants de l’armée, de l’agence d’espionnage du Mossad, du service de sécurité du Shin Bet, du ministère de la Défense et d’entrepreneurs de la défense.

En outre, un prix a été décerné à un haut responsable du Mossad pour l’ensemble de son œuvre.

Ce prix, qui porte le nom du commandant de la milice pré-étatique Hagana d’Israël, Eliyahu Golomb, est remis chaque année à des personnes et des projets considérés comme ayant apporté une contribution significative à la sécurité du pays.

« Les projets gagnants sont, en deux mots, des chutzpah israéliennes », a déclaré M. Rivlin.

« Ce n’est pas seulement la capacité de haut niveau, ce n’est pas seulement la réflexion hors des sentiers battus, ce n’est pas seulement le travail d’équipe, c’est surtout toujours, toujours être en avance sur l’ennemi, le laisser dans notre sillage », a-t-il dit.

Une des équipes gagnantes était dirigée par le Mossad, le contractant de défense Rafael, l’armée de l’air israélienne et l’unité de renseignement visuel de l’armée, l’unité 9900.

« Dans le cadre de ce projet, les forces israéliennes ont acquis des capacités spécialisées, une percée technologique a été réalisée, et une vision, une créativité et une détermination exceptionnelles ont été affichées », a félicité le ministère de la Défense.

Un projet mené par les industries aérospatiales israéliennes, avec l’aide de l’armée de l’air, du département de recherche et développement du ministère de la défense, de Rafael, et de l’entrepreneur de défense Elbit Systems fait également partie des lauréats.

« Le projet a été réalisé avec le plus grand courage et la plus grande détermination, en surmontant des lacunes sans précédent dans les connaissances technologiques, et en permettant un bond en avant dans les capacités de l’armée israélienne », a salué le ministère.

Le troisième projet à recevoir le prix cette année était une initiative conjointe du Shin Bet et du renseignement militaire.

« Le projet comprenait des avancées innovantes dans un certain nombre de domaines et a apporté une contribution significative à la sécurité de l’État », a commenté le ministère.

En outre, un agent du Mossad, qui ne peut être identifié que par la première lettre de son nom en hébreu – « Aleph » – a reçu un prix pour l’ensemble de sa carrière pour sa « contribution de plusieurs années à la sécurité de l’État et pour son initiative [dans le développement] de nombreuses solutions technologiques, tout en faisant preuve d’un talent, d’une créativité, d’une curiosité et d’un courage exceptionnels », a déclaré le ministère.

Les prix ont été remis aux lauréats lors d’une cérémonie à la résidence du président à Jérusalem, en présence de Reuven Rivlin, Benny Gantz, du directeur général du ministère de la Défense, le général de division (rés.) Amir Eshel, du chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi, du chef du Mossad Yossi Cohen, du chef du Shin Bet Nadav Argaman et de l’ancien conseiller à la sécurité nationale Yaakov Amidror.

Les lauréats du prix Golomb pour la sécurité de l’année dernière sont les agents du Mossad à l’origine de l’opération de vol des archives nucléaires de l’Iran, ainsi que l’équipe de l’armée qui a localisé et détruit un certain nombre de tunnels d’attaque transfrontaliers creusés par le groupe terroriste du Hezbollah du Sud-Liban vers Israël ; une unité technologique du Shin Bet qui a développé un algorithme avancé pour « détecter les activités hostiles et prévenir les dommages graves à la sécurité de l’État » ; et une équipe des entreprises de défense Rafael et Elbit, de l’armée de l’air israélienne et du ministère de la Défense qui a développé un missile air-sol avancé, connu en hébreu sous le nom de Barad Kal, signifiant « grêle légère », ou plus communément sous le nom de SPICE 1000.

Le prix de la sécurité est remis chaque année par le président depuis 1958. Bien que le prix soit parfois décerné pour l’ensemble d’une carrière, les lauréats sont généralement responsables de la création d’une nouvelle technologie ou d’une opération spécifique.

Au fil des ans, la récompense a été décernée à la fois à des personnes, comme Uzi Gal qui l’a reçu en 1958 pour la création de la mitraillette Uzi, et à des équipes entières, comme le groupe responsable du développement du système anti-missile TROPHY qui protège les chars et les véhicules blindés de transport de troupes israéliens, qui a remporté la distinction en 2014.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...