Des supporters de Beitar arrêtés après avoir perdu face à un club arabe
Rechercher

Des supporters de Beitar arrêtés après avoir perdu face à un club arabe

Les supporters de Jérusalem ont lancé des pétards et des bombes fumigènes sur le terrain après avoir perdu 3-0 lors d'un match éliminatoire contre Bnei Sakhnin

Des supporters du Beitar Jerusalem au stade Teddy de Jérusalem, le 23 juillet 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des supporters du Beitar Jerusalem au stade Teddy de Jérusalem, le 23 juillet 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La police a arrêté sept supporters du club de football Beitar Jerusalem dimanche soir dans la capitale, lorsque les fans de l’équipe ont provoqué des perturbations mineures après un match chargé de tensions raciales contre le club arabe Bnei Sakhnin.

Beitar a perdu 3-0 contre Bnei Sakhnin pendant un match au stade Teddy de Jérusalem.

Après avoir perdu le match éliminatoire sous haute tension contre le seul club arabe de ligue 1 en Israël, les fans très nationalistes de Beitar ont lancé des pétards et des bombes fumigènes sur le terrain.

15 autres fans de Beitar ont été escortés hors du stade de Jérusalem pour avoir participé aux émeutes, a rapporté la radio militaire.

Une vidéo du match a montré des accrochages entre les fans et la police dans les tribunes et une personne au visage ensanglanté conduite hors du terrain par la police et un médecin.

Au cours de ces dernières années, les matchs entre Sakhnin et Beitar ont exigé jusqu’à 600 officiers de police, des gardes de sécurité privés et des détectives en civil, afin d’empêcher les manifestations d’hostilité et de racisme chez les fans.

Après le match, le député Oren Hazan (Likoud) a accusé la police d’avoir fait un usage excessif de la force afin réprimer l’émeute et a déclaré qu’il demanderait une discussion sur la question à la Knesset.

« La quantité de fans dans les accrochages n’était pas négligeable, mais c’est la première fois que je vois que la police a attisé les tensions et a utilisé une force excessive contre les supporters » a-t-il dit, selon le site de nouvelles de droite Israel National News.

Le match a eu lieu moins d’une semaine après que les joueurs de Bnei Sakhnin et leurs entraîneurs aient été impliqués dans une bagarre après un match avec leurs homologues de Maccabi Tel-Aviv suite à un match nul au stade de Doha, fief du Club arabe.

Notant l’hostilité de la foule et l’exacerbation des tensions ethniques, le capitaine de Maccabi a déclaré à la presse qu’il ne savait pas s’il jouait en Israël ou à Ramallah, attirant la critique de la part d’au moins un dirigeant israélo-arabe.

Bnei Sakhnin est le seul club arabo-israélien de « Premier League », la première division de l’Association de football d’Israël. Son stade de football et complexe sportif dernier cri a été construit avec des dons de millions de dollars du Qatar en 2005.

Le club a une rivalité traditionnelle avec Beitar Jérusalem, dont certains partisans sont connus pour leurs chants anti-arabes pendant les matchs. En 2012, des fans ont agressé un certain nombre de travailleurs arabes dans un centre commercial à proximité après un match contre Bnei Sakhnin au stade Teddy.

Beitar est la seule équipe israélienne majeure à ne pas employer de joueurs arabes et le comportement de ses supporters a mis le club en difficulté avec les autorités de la ligue à un certain nombre d’occasions. Le fan club La Familia est connu pour avoir des liens étroits avec des groupes prêchant la haine tels que Lehava.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...