Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Deux personnes inculpées de terrorisme pour l’attentat contre une mosquée d’Herzliya

Les deux jeunes hommes, âgés de 16 et 19 ans et originaires de Tel Aviv, voulaient lyncher des Arabes israéliens, mais ont finalement choisi d'attaquer la mosquée

Cocktails Molotov préparés par deux Israéliens accusés d’avoir incendié la mosquée Sidna Ali à Herzliya, dans le centre d'Israël, le 29 janvier 2023. (Crédit : Ministère de la Justice)
Cocktails Molotov préparés par deux Israéliens accusés d’avoir incendié la mosquée Sidna Ali à Herzliya, dans le centre d'Israël, le 29 janvier 2023. (Crédit : Ministère de la Justice)

Ce vendredi, deux suspects – l’un des deux étant mineur – ont été inculpés pour terrorisme suite à l’incendie d’une mosquée à Herzliya, dans le centre d’Israël.

Selon un communiqué du ministère de la Justice, les deux jeunes hommes, originaires de Tel Aviv et âgés de 16 et 19 ans, ont été interpellés par la police, ces derniers jours, pour avoir attaqué la mosquée Sidna Ali, en janvier, avec des cocktails Molotov, en représailles aux attentats terroristes palestiniens.

Les suspects sont accusés de complot en vue de commettre des actes terroristes et un incendie criminel.

Le toit de la mosquée est couvert de suie depuis les faits.

L’acte d’accusation estime que les deux hommes souhaitaient initialement lyncher un Arabe israélien, mais se sont ravisés et s’en sont pris à la mosquée.

En mai 2021, un homme arabe avait été victime d’une agression raciste particulièrement cruelle de la part d’une quinzaine d’hommes, dans les environs d’Herzliya, dans un contexte d’intenses violences intercommunautaires liées aux combats à Gaza entre les terroristes palestiniens et l’armée israélienne.

Toujours selon l’acte d’accusation déposé vendredi, les deux hommes ont, dans un premier temps, envisagé de s’en prendre à la célèbre mosquée Hassan Bek de Jaffa, qu’ils souhaitaient attaquer aux premières heures du 29 janvier.

Mais leur activité suspecte a été remarquée par un passant, qui a menacé d’appeler la police.

Les deux hommes ont alors pris la fuite et recherché d’autres « mosquées » sur l’application de navigation Waze, grâce à laquelle ils sont tombés sur la mosquée Sinda Ali.

Avant de s’y rendre, ils auraient acheté des bouteilles et du carburant dans une station-service de Tel Aviv, de manière à arriver avec des cocktails Molotov prêts à l’emploi.

L’acte d’accusation indique par ailleurs que tandis que l’un des accusés jetait deux cocktails Molotov sur le toit de la mosquée, l’autre le filmait grâce à son téléphone.

Ensuite, le deuxième homme aurait lui aussi lancé un cocktail Molotov, avant de prendre la fuite avec son complice.

Un des cocktails Molotov a mis le feu au toit, n’occasionnant que des dégâts de faible importance.

Le suspect qui a filmé l’incident a envoyé la vidéo à son complice, qui l’a mis en ligne sur TikTok accompagné du commentaire « Message au Hamas, le peuple d’Israël va se venger et ce n’est que le début ».

Le message comprenait également un enregistrement vocal difficilement audible.

À l’appui de sa demande d’incarcération, le procureur de Tel Aviv, Tal Eliyahu, a expliqué que si la mosquée avait pris feu, cela aurait pu ouvrir la voie à « une flambée de violences graves pour la société israélienne, pour des motivations religieuses et nationalistes ».

Vue aérienne d’une casse automobile où des voitures ont été incendiées par des partisans du mouvement pro-implantation dans la ville palestinienne de Huwara, près de Naplouse, en Cisjordanie, le 27 février 2023. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)

Le Shin Bet a noté une nette augmentation des intentions de s’en prendre à des Arabes depuis le saccage par des résidents d’implantations de la ville cisjordanienne d’Huwara, en février dernier, suite à un attentat terroriste meurtrier. Les hommes avaient incendié des voitures et des maisons, et un Palestinien est mort dans des circonstances toujours peu claires.

Les attentats terroristes palestiniens en Israël et en Cisjordanie, ces derniers mois, ont fait 14 morts et plusieurs blessés graves.

On estime à 84 le nombre de Palestiniens tués depuis le début de l’année, la plupart lors d’attentats ou d’affrontements avec les forces de l’ordre, mais certains étaient des civils innocents et d’autres ont été tués dans des circonstances qui font encore l’objet d’enquêtes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.