Discours de Trump sur l’état de l’Union : Les parents d’Otto Warmbier applaudis
Rechercher

Discours de Trump sur l’état de l’Union : Les parents d’Otto Warmbier applaudis

Le jeune juif américain décédé peu de temps après avoir été libéré après plus d'un an en prison en Corée du Nord, avait illustré la menace incarnée par Pyongyang

Fred et Cindy Warmbier applaudis durant le discours de l'état de l'Union au capitole américain de Washington, le 30 janvier 2018 (Crédit :  AFP/Nicholas Kamm)
Fred et Cindy Warmbier applaudis durant le discours de l'état de l'Union au capitole américain de Washington, le 30 janvier 2018 (Crédit : AFP/Nicholas Kamm)

La famille d’un Juif emprisonné par la Corée du Nord et qui avait plus tard succombé à ses blessures contractées durant son incarcération ont assisté au discours de l’état de l’Union prononcé par le président américain Donald Trump à Washington.

Trump a mentionné Otto Warmbier durant son allocution alors qu’il évoquait la menace posée par Pyongyang qui, selon lui, « pourrait très bientôt menacer » le sol américain, et il a applaudi ses parents et ses frères et soeurs.

Warmbier, étudiant à l’université de Virginie, visitait la nation asiatique recluse à l’occasion d’un voyage universitaire organisé pour la nouvelle année au mois de janvier 2016.

Il avait été arrêté juste avant de quitter l’aéroport international de Pyongyang. Durant son séjour, il avait été brièvement arrêté pour avoir volé une affiche de propagande à un étage strictement réservé au personnel à l’hôtel international Yanggakdo, où il logeait.

Presque deux mois après, il était apparu lors d’une conférence de presse organisée, clairement sous la contrainte et avait fait la confession publique de son acte en pleurant, implorant le pardon.

En juin 2017, il était revenu aux Etats-Unis dans le coma et il était mort plusieurs jours plus tard. Sa famille et Trump avaient clamé qu’il avait été torturé.

Otto Warmbier arrivant devant un tribunal pour son procès à Pyongyang, en Corée du Nord, le 16 mars 2015. (Crédit : Xinhua / Lu Rui via Getty Images / JTA)

« Il suffit d’observer le caractère dépravé du régime nord-coréen pour comprendre la nature de la menace nucléaire qu’il est susceptible de poser aux Etats-Unis et à nos alliés », a dit Trump vers la fin de son discours de 80 minutes.

« Otto Warmbier était un étudiant qui travaillait dur à l’université de Virginie et il était un étudiant formidable », a-t-il ajouté.

« Alors qu’il se préparait à aller faire des études en Asie, Otto a rejoint un voyage en Corée du Nord. A la conclusion de ce dernier, ce jeune homme merveilleux a été arrêté et accusé de crimes contre l’état. Après un procès scandaleux, la dictature a condamné Otto à 15 ans de travaux forcés avant de le rendre à l’Amérique au mois de juin dernier – horriblement blessé et à l’agonie. Il est décédé quelques jours après son retour ».

La mère de Warmbier, Cindy, a fondu en larmes alors que le Congrès réservait deux standing ovations à la famille. Le père de Warmbier, Fred, et son frère et sa soeur, Austin et Greta, ont également assisté à ce discours annuel historique.

Fred et Cindy Warmbier sont applaudis durant le discours de l’Etat de l’Union à Washington, le 30 janvier 2018 (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

« Des gens incroyables. Vous êtes les témoins puissants d’une menace posée au monde et votre force nous inspire tous. Merci beaucoup. Ce soir, nous promettons d’honorer le souvenir d’Otto avec toute notre résolution américaine », a dit Trump.

Warmbier, originaire de Wyoming, dans l’Ohio, était actif au sein de la communauté juive à l’université de Virginie et s’était rendu en Israël par le biais d’un voyage financé par Taglit en 2014.

Le rabbin Jake Rubin, directeur du centre juif Brody à l’université de Virginie, avait qualifié Warmbier « d’une des personnalités les plus intellectuellement curieuses qu’il m’ait été donné de rencontrer » durant un service de commémoration organisé au lycée de Wyoming, à proximité de Cincinnati, peu après le décès de l’étudiant.

Un négociateur impliqué dans la libération de Warmbier avait indiqué que la judéité du jeune homme avait été tactiquement cachée alors qu’il se trouvait en prison parce qu’il était accusé par Pyongyang d’avoir agi au nom de l’église méthodiste unie.

« La famille a choisi, à juste titre, de ne pas partager cette information pendant qu’il était en captivité […] parce qu’ils ne voulaient pas embarrasser [la Corée du Nord] en expliquant qu’il était en fait juif », et ne pouvait donc pas être affilié à une église », avait expliqué l’année dernière Mickey Bergman au Times of Israel.

Trump a également évoqué une autre personne torturée par le régime, Ji Seong-ho, qui est parvenu à fuir en Chine.

« L’histoire de Seong-ho témoigne du désir ardent de toute âme humaine de vivre dans la liberté », a-t-il expliqué.

Les tensions entre Washington et la Corée du Nord ont connu un pic ces derniers mois et les Etats-Unis ont demandé des sanctions plus lourdes contre le pays dans un contexte de menaces mutuelles d’attaques nucléaires.

« La chasse sans relâche aux missiles nucléaires de la Corée du nord pourrait très vite menacer notre pays », a dit Trump.

Au mois de novembre, Trump avait évoqué Warmbier lorsqu’il avait déclaré que Pyongyang était un parrain du terrorisme.

La Corée du Nord a nié les affirmations de torture et a accusé Trump d’exploiter la mort de Warmbier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...