Dubaï : Des officiels inspecteront le bateau frappé par une explosion
Rechercher

Dubaï : Des officiels inspecteront le bateau frappé par une explosion

Selon un article, des experts auraient averti que l'Iran pouvait gravement nuire à l'économie israélienne en ciblant des intérêts maritimes et les importations

Photo d'illustration : Un cargo amarré  au port de Dubaï, le 3 janvier 2010. (Crédit :  AP Photo/Kamran Jebreili, File)
Photo d'illustration : Un cargo amarré au port de Dubaï, le 3 janvier 2010. (Crédit : AP Photo/Kamran Jebreili, File)

Une délégation de responsables sécuritaires israéliens a été envoyée à Dubaï pour inspecter le navire frappé par une explosion dans le Golfe persique, a fait savoir Haaretz dimanche.

Le cargo israélien MV Helios Ray a jeté l’ancre à Dubaï, samedi matin. L’explosion survenue la veille n’a pas immobilisé le bateau et il n’y a pas eu de blessés dans l’équipage, mais il s’est trouvé dans l’obligation de rejoindre le rivage pour des réparations.

Selon l’article, les responsables de la sécurité pensent que Téhéran est à l’origine de cette attaque. Ils avertissent depuis longtemps que l’Iran pourrait choisir de prendre pour cible les intérêts maritimes israéliens, entraînant de graves dégâts pour l’économie en entravant l’importation de produits.

Selon l’article, environ 90 % des importations et des exportations de produits, depuis et vers Israël, se font par voie maritime et un renforcement des menaces pourrait entraîner les entreprises à décider que le risque ou que les coûts en assurances n’en valent pas la peine.

Le Helios Ray, qui reliait l’Arabie saoudite à Singapour, est arrivé au port de Dubaï après avoir été attaqué dans le Golfe d’Oman, le 27 février 2021. (Capture d’écran : MarineTraffic.com)

L’endroit où s’est produit l’explosion, au large de l’Iran et à l’entrée du Golfe persique, avait été le théâtre d’une série d’explosions sur des navires en 2019 – que la marine américaine avait attribuées à l’Iran – dans un contexte de tensions entre les leaders des pays. Des accusations – qui avaient été lancées après le retrait par Trump des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire qui, en 2015, avait été signé par les puissances mondiales – et qui avaient été démenties par Téhéran.

Trump avait réimposé de lourdes sanctions à la république islamique après s’être retiré unilatéralement du pacte.

Les responsables de la sécurité ont considéré l’attaque contre ce bateau israélien, vendredi, comme le franchissement d’une ligne rouge de la part de l’Iran et ils soutiennent l’idée de représailles israéliennes, selon un article paru samedi.

Kan News a déclaré que les autorités israéliennes avaient la certitude que Téhéran était à l’origine de l’explosion. Des discussions de haut-rang sur le dossier devraient avoir lieu dimanche.

« Nous réfléchissons à une réponse appropriée », ont indiqué de hauts-responsables à Ynet. « Nous n’accepterons pas ce qu’il s’est passé sans rien dire ».

Le ministre de la Défense Benny Gantz pendant une visite dans le village druze de Julis, dans le nord d’Israël, le 23 février 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a pour sa part estimé devant les caméras de Kan qu’il y avait « une probabilité » que l’Iran soit à l’origine de l’explosion.

Gantz a déclaré que la proximité entre le lieu de l’incident et la république islamique soulevait des inquiétudes sur l’éventuel responsable de l’attaque, ajoutant qu’une enquête n’avait pas encore été terminée.

« Nous devons continuer à enquêter », a-t-il souligné. « Les Iraniens cherchent à nuire aux Israéliens et aux infrastructures israéliennes. La proximité avec l’Iran entraîne de fait la probabilité qu’il s’agisse d’une initiative iranienne. Nous continuons rigoureusement à enquêter sur le dossier ».

Selon la Treizième chaîne, les responsables de la sécurité pensent que l’attaque a été commise par les Gardiens iraniens de la révolution qui auraient tiré deux missiles en direction du navire.

Une firme de renseignements maritimes, dont le siège est en Grande-Bretagne, Ambrey Intelligence, a publié vendredi sur Twitter une compilation de photos qui présenteraient les dégâts infligés au bateau – des clichés dont la véracité n’a pas pu être confirmée.

Aurora Intel, un réseau qui donne des informations et des mises à jour sur la base de renseignements open-source sur Twitter, a aussi posté des photos qui proviendraient du navire endommagé.

L’explosion de vendredi est survenue dans un cadre de vives tensions entre l’Iran et l’administration américaine qui a mené sa première action militaire, jeudi soir, contre les milices soutenues par l’Iran, en Syrie, en réponse aux forces américaines au Moyen-Orient.

Il y a eu des informations contradictoires sur le fait que l’Iran savait, ou non, que le bateau était israélien.

Haaretz et la Treizième chaîne ont fait savoir que l’Iran savait que le navire était israélien, mais le propriétaire de ce dernier et d’autres sources d’information ont dit que c’était improbable.

Dryad Global, une firme de renseignements maritimes, a déclaré que l’explosion semblait provenir « d’activités asymétriques des militaires iraniens ».

Les dégâts commis sur le bateau israélien touché par une explosion dans le Golfe d’Oman, le 26 février 2011. (Capture d’écran : Treizième chaîne)

Alors que l’Iran presse les Etats-Unis à lever ses sanctions, le pays pourrait « tenter de mettre en place une diplomatie forcée par le biais de ses moyens militaires », a fait savoir Dryad.

Ces dernières semaines, alors que le président américain Joe Biden et son administration ont cherché à se réengager auprès de l’Iran, Téhéran a renforcé ses violations de l’accord sur le nucléaire pour accroître ses pressions sur Washington. L’accord, le JCPOA, avait défini que Téhéran limiterait ses activités d’enrichissement de l’uranium en échange de la levée de sanctions.

L’Iran a aussi reproché à l’Etat juif une série d’attaques récentes et notamment une explosion mystérieuse qui, l’été dernier, a détruit une usine d’assemblage de centrifugeuses avancées sur le site nucléaire de Natanz et le meurtre de Mohsen Fakhrizadeh, un haut-scientifique iranien qui avait fondé le programme nucléaire militaire de la république islamique il y a deux décennies.

Une base de données des Nations unies a fait savoir que le propriétaire du vaisseau était une firme basée à Tel Aviv, Ray Shipping Ltd.

Abraham Ungar, 74 ans, qui se présente sous le nom de « Rami », est le fondateur de Ray Shipping Ltd.. Il est connu pour être l’un des hommes les plus riches de l’Etat juif après avoir fait fortune dans le transport maritime et dans la construction. Selon la presse israélienne, Ungar serait un proche de Yossi Cohen, chef de l’agence d’espionnage du Mossad.

Ungar a indiqué qu’il ne savait pas exactement ce qui avait touché le vaisseau mais qu’il s’agissait probablement d’un « missile ou d’une mine ».

« Les autorités israéliennes vont enquêter là-dessus avec moi », a-t-il dit au site Ynet. « Je ne pense pas que cela ait délibérément ciblé un navire israélien. Cela ne m’est jamais arrivé auparavant ».

Ungar a indiqué que cette explosion était probablement liée aux attaques précédentes menées contre les navires dans le secteur.

« Je pense que cela fait partie du jeu entre l’Iran et les Etats-Unis, c’est pour ça qu’ils frappent des navires occidentaux », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...