Dubaï s’engage à distribuer des vaccins aux « pays émergents »
Rechercher

Dubaï s’engage à distribuer des vaccins aux « pays émergents »

L'initiative s'inscrit, selon le gouvernement, dans les efforts de l'OMS et de son système Covax destiné à permettre une distribution équitable des vaccins

Un homme s’apprête à recevoir une dose de vaccin contre le coronavirus dans un centre de vaccination du Centre financier international de Dubaï, le 3 février 2021. (Crédit : Karim SAHIB / AFP)
Un homme s’apprête à recevoir une dose de vaccin contre le coronavirus dans un centre de vaccination du Centre financier international de Dubaï, le 3 février 2021. (Crédit : Karim SAHIB / AFP)

Dubaï a annoncé dimanche le lancement d’une initiative pour « accélérer » la distribution des vaccins contre le coronavirus à travers le monde, en particulier vers « les pays émergents », après que l’OMS a appelé à ne pas abandonner les États les plus pauvres.

Depuis le début de la pandémie, les Émirats arabes unis, riche pays du Golfe composé de sept principautés dont Dubaï et qui cherche à étendre son influence diplomatique, a largement communiqué sur son assistance humanitaire internationale, déployée de l’Europe à l’Amérique du Sud.

« Dubaï a lancé aujourd’hui (dimanche) Dubai Vaccines Logistics Alliance (Alliance logistique pour les vaccins) afin d’accélérer la distribution des vaccins contre la COVID-19 dans le monde entier par l’intermédiaire de l’émirat », ont annoncé les autorités dans un communiqué.

« La distribution sera particulièrement axée sur les marchés émergents, où les populations ont été durement touchées par la pandémie », ont-elles ajouté sans préciser le nombre de doses de vaccins qui seront envoyées.

Selon les autorités, cette alliance va reposer sur les fleurons du transport de Dubaï tels que la compagnie aérienne Emirates, le réseau international de ports de DP World ou encore les aéroports de cette cité-État devenue ces dernières années un hub du commerce et de la circulation mondialisée.

L’initiative s’inscrit, selon le gouvernement, dans les efforts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de son système Covax destiné à permettre une distribution équitable des vaccins anti-COVID.

Le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus au Louvre d’Abu Dhabi, le 19 novembre 2019. (Crédit : Jonathan Gibbons/Reaching the Last Mile Forum via AP Images)

Vendredi, le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé à ne pas « garder les vaccins pour nous », réclamant plus de solidarité des pays riches envers les moins favorisés.

« Le nationalisme vaccinal ne doit pas être toléré dans notre combat commun pour vaincre la COVID », lui a fait écho dimanche via Twitter Anwar Gargash, ministre d’État émirati aux Affaires étrangères.

Le pays, qui a connu une forte augmentation des contaminations depuis le début de l’année, a été parmi les premiers à lancer en décembre une vaste campagne de vaccination de sa population de près de 10 millions d’habitants.

Avec plus de trois millions de doses administrées, il se classe deuxième derrière Israël en termes de pourcentage de la population vaccinée, estime le site allemand de recueil de données Statista.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...