Ecoles : Fin de l’enseignement en capsules en CM1 et autres assouplissements
Rechercher

Ecoles : Fin de l’enseignement en capsules en CM1 et autres assouplissements

Les ministres autorisent également la tenue d'examens en présentiel dans les universités et les collèges, et abaissent le taux de vaccinés imposé dans les lycées

Photo d'illustration : Des élèves portent le masque pour retourner à l'école à  Yad Mordechai, le 7 mars 2021. (Crédit :  Flash90)
Photo d'illustration : Des élèves portent le masque pour retourner à l'école à Yad Mordechai, le 7 mars 2021. (Crédit : Flash90)

Les ministres ont voté jeudi l’assouplissement des mesures de restriction concernant le coronavirus dans les écoles, en supprimant l’obligation pour les élèves de CM1 d’apprendre dans des classes à effectifs réduits.

Les ministres ont également mis fin à l’obligation pour les élèves de présenter une déclaration de santé signée par leurs parents pour entrer en classe, tout en autorisant les universités et les collèges à organiser tous les contrôles et examens en présentiel.

Par ailleurs, le pourcentage d’élèves de Première et Terminale qui doivent être vaccinés ou guéris de la COVID-19 pour pouvoir suivre des cours complets a été ramené de 90 % à 65 %, le mélange de « capsules » pendant les cours d’éducation physique et les activités extrascolaires en plein air a été autorisé et davantage d’élèves d’écoles professionnelles peuvent suivre des cours en présentiel.

Les règles actualisées seront en vigueur jusqu’au 13 avril.

Lorsqu’ils n’assistent pas aux cours en personne, les élèves suivent des cours par le biais d’une interface vidéo. Ces derniers mois, des mesures de confinement avaient conduit à la fermeture de l’ensemble du système éducatif, à l’exception des établissements d’enseignement spécialisé.

Des élèves de première année et leurs parents dans une classe avant la rentrée à l’école Orot Etzion, dans l’implantation d’Efrat en Cisjordanie, le 30 août 2020. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

Avant que les ministres n’approuvent ces changements, les données du ministère de la Santé citées par le site d’information Ynet montraient que 99 % des enfants ayant reçu jusqu’à présent un vaccin COVID-19 n’avaient subi que de légers effets secondaires.

« Il y a des raisons d’être optimiste, de sourire, il y a des raisons d’espérer. Même quand il y a des critiques, nous relançons l’activité dans le système éducatif », a déclaré Chezy Levy, directeur général du ministère de la Santé, plus tôt jeudi lors d’un point de presse.

Il s’est également réjoui de la baisse continue de la morbidité, tout en notant que quelque 2,5 millions d’enfants et environ 900 000 Israéliens de plus de 50 ans n’étaient toujours pas vaccinés.

Le directeur-général du ministère de la Santé Chezy Levy lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 21 juin 2020. (Crédit : Flash90)

« Malgré le taux élevé de vaccination, nous sommes toujours exposés à la morbidité et à l’infection », a déclaré Levy, cité par la Douzième chaîne.

Autre signe de la diminution du nombre de cas de virus, l’armée israélienne a mis fin jeudi à sa mission dans la ville de Bnei Brak, la plus touchée.

Alors qu’à un moment donné, on comptait quelque 26 000 cas actifs dans la ville ultra-orthodoxe située à l’extérieur de Tel Aviv, ce nombre n’est plus que de 28, selon la Douzième chaîne.

Cela est dû à la vaste campagne de vaccination et probablement à l’aide des nombreux résidents qui ont été infectés auparavant et sont donc immunisés.

Des troupes du Commandement du front intérieur ont été envoyées à Bnei Brak l’année dernière pour coordonner et gérer les installations de dépistage ainsi que les enquêtes épidémiologiques et autres. Elles y gèrent une installation depuis la deuxième vague d’infections en septembre dernier.

La police ferme des synagogues à Bnei Brak, le 1er avril 2020. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

L’armée a organisé une cérémonie pour marquer l’occasion.

Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, 274 nouveaux cas ont été enregistrés mercredi et 157 autres depuis minuit dans tout Israël, ce qui porte à 835 486 le nombre d’infections depuis le début de la pandémie.

Le nombre de décès s’élève à 6 279, dont neuf mercredi.

Le nombre de cas actifs a encore diminué pour atteindre 4 459. Il y avait 280 cas graves, dont 152 personnes sous respirateur.

Le taux de positivité des tests mercredi était de 0,5 %. Un taux identique a été enregistré mardi, le plus bas depuis mai dernier, alors qu’Israël émergeait de la vague initiale de la pandémie, bien que beaucoup plus de tests soient maintenant effectués chaque jour.

Le ministère a déclaré que plus de 5,3 millions d’Israéliens ont reçu au moins une injection de vaccin et plus de 4,9 millions ont reçu les deux doses.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...