Elargissement du cabinet : Gantz fustige une démarche de « corruption politique »
Rechercher

Elargissement du cabinet : Gantz fustige une démarche de « corruption politique »

"Sois un homme. Mets une fin à tout ça", a clamé le chef de Kakhol lavan à l'adresse du Premier ministre

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz durant une conférence de presse au siège du parti à Tel Aviv, le 10 avril 2019 (Crédit : Flash90)
Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz durant une conférence de presse au siège du parti à Tel Aviv, le 10 avril 2019 (Crédit : Flash90)

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz a accusé lundi le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’avoir recours à la « corruption politique » dans sa tentative d’élargir le nombre de postes du cabinet qu’il offrirait à ses partenaires de coalition, afin de les convaincre de rejoindre le gouvernement.

« Pouvez-vous croire que nous allons parler aujourd’hui d’augmenter le nombre de ministres ? C’est encore un outil dans la mallette de la corruption politique. Le seul objectif est le gain politique. Quiconque accepte ceci accepte un pot-de-vin politique », a déclaré Gantz lors de la réunion hebdomadaire de son parti.

« Dans quelques semaines, nous débattrons du projet de loi sur l’immunité qui transformera le Parlement israélien en rien de moins qu’un refuge pour les criminels », a-t-il ajouté.

« Je le dis à Bibi – sois un homme. Mets une fin à tout ça. Tu as été trop loin. nous nous battrons pour cela au Parlement, dans la rue, dans les places publiques, les écoles, dans les médias, pour protéger la démocratie pour tous. Nous ne laisserons pas cela se produire », a poursuivi Gantz.

Il a exhorté les Israéliens à descendre dans la rue pour protester.

Yair Lapid s’est fait l’écho de Benny Gantz.

« Ce que nous voyons, ce ne sont pas des négociations de coalition, c’est un accord de corruption. Chaque parti, chaque ministre vient et dit ce qu’il veut, les budgets, les ministères, et il dit qu’il les leur donnera s’ils promettent de le protéger des poursuites. C’est de la corruption, c’est vendre l’Etat pour se protéger », a déclaré Lapid.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...