Rechercher

En pleine crise économique, les prix du lait et du fromage vont augmenter de 4,95 %

Le prix du lait n'augmentera pas jusqu'en mai 2023, selon un accord conclu - il reviendra automatiquement à cette date à son prix initial d'avant la hausse

Du lait en vente dans un supermarché Rami Levy à Jérusalem, le 17 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Du lait en vente dans un supermarché Rami Levy à Jérusalem, le 17 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Conseil israélien de l’industrie laitière a approuvé dimanche une augmentation de 4,95 % du prix du lait et des autres produits laitiers à prix réglementé tels que le fromage et le beurre – un dernier coup porté aux consommateurs israéliens confrontés à l’inflation du coût des marchandises.

Des informations ont laissé entendre que le conseil d’administration avait initialement envisagé une hausse de 14 %. Toutefois, les négociations entre l’office des produits laitiers, le ministère des Finances et le ministère de l’Agriculture ont finalement abouti à un compromis de 4,95 %.

Le prix du lait sera gelé à son taux le plus élevé jusqu’en mai 2023, date à laquelle il reviendra automatiquement à son prix initial d’avant la hausse, même si la perspective d’une nouvelle augmentation n’est pas écartée à l’avenir.

Bien qu’ils vivent avec des niveaux d’inflation environ deux fois moins élevés que la plupart des pays en développement, les consommateurs israéliens ont ressenti le poids de la hausse des prix dans presque tous les secteurs de la consommation.

L’indice des prix à la consommation a connu une hausse inattendue de 1,1 % au mois de juillet et de 5,2 % par rapport au mois de juillet 2021 – c’est un taux annuel d’augmentation sans précédent en l’espace de 14 ans, selon le dernier rapport qui a été publié par le Bureau central de statistiques (CBS), mais toujours inférieur au taux de 8,5 % enregistré aux États-Unis et à la moyenne de l’OCDE qui était de 9,6 % au mois de mai, le dernier mois recensé.

Des Israéliens achetant des produits laitiers dans le supermarché Rami Levy à Jérusalem. La hausse du prix du fromage blanc avait suscité de nombreuses protestations, le 16 juin 2011. (Crédit : Nati Shohat/FLASH90)

Le prix des produits laitiers en Israël est un sujet sensible. Il suscite des réactions qui ont souvent un effet boule de neige et il a entraîné, dans le passé, des mouvements massifs de protestation contre le coût excessif de la vie.

En 2011, la « révolte du fromage blanc » avait entraîné une baisse des prix des produits laitiers dans les supermarchés et des réformes politiques visant à faire baisser les prix à la consommation.

Trois ans plus tard, d’autres manifestations de grande envergure avaient encouragé les Israéliens à quitter le pays après que les consommateurs ont remarqué que le « Milky », un yaourt au chocolat recouvert de chantilly, était vendu à un prix inférieur à l’étranger.

La question de l’augmentation du coût de la vie en Israël est une priorité à l’approche des prochaines élections législatives en novembre. Selon une enquête récente de l’Institut israélien pour la Démocratie (IDI), 44 % des Israéliens interrogés ont déclaré que le programme économique et le plan mis en œuvre pour contrer la hausse du coût de la vie des partis se présentant lors du scrutin seraient déterminants lors de leur vote, le 1er novembre.

Selon l’IPC, le coût des fruits frais a augmenté de 8,5 %, celui des transports de 3,3 % et celui de la culture et des loisirs de 1,2 %. Les cartables, les produits d’hygiène et les cosmétiques ont notamment connu une hausse. Les prix des vêtements et les chaussures, pour leur part, ont essuyé une chute de 4 %.

En ce qui concerne le logement, qui n’est pas pris en compte dans l’IPC, les prix sont en hausse dans toutes les régions à l’exception de celles du sud d’Israël. C’est à Jérusalem et dans le nord du pays que l’augmentation a été la plus forte, le mois dernier. Toutefois, tout le territoire du pays a connu une augmentation a deux chiffres au cours de l’année passée.

Des shekels israéliens. (Crédit : Orel Cohen/FLASH90)

Le prix moyen d’un appartement est dorénavant de 1 880 900 shekels au deuxième trimestre 2022, ce qui représente une hausse de 80 000 shekels par rapport au premier trimestre, a noté le CBS.

À Tel Aviv, le prix moyen d’un appartement dépasse maintenant les 4 000 000 de shekels. À Ramat Gan, Kfar Saba et à Jérusalem, les prix moyens ont passé la barre des 2 500 000 shekels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...