Erdan : on a tiré sur le conducteur bédouin parce qu’il « n’a pas écouté la police »
Rechercher

Erdan : on a tiré sur le conducteur bédouin parce qu’il « n’a pas écouté la police »

Le ministre de la Sécurité intérieure estime que l’accident où Yaqoub Mousa Abu al-Qian et Erez Levi ont été tués aurait pu être évité

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, lors d'un débat à la Knesset, le 6 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, lors d'un débat à la Knesset, le 6 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En plein débat sur l’accident qui a provoqué la mort d’un Bédouin qui conduisait une voiture et celle d’un policier, qui a été percuté par celle-ci, le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, a estimé mercredi que l’accident aurait pu être évité si Yaqoub Mousa Abou al-Qian avait suivi les instructions des policiers.

L’accident s’est produit dans la matinée du 18 janvier, lorsque la police est arrivée pour démolir des maisons dans le village bédouin d’Umm al-Hiran, que l’Etat cherche à détruire afin de pouvoir construire une nouvelle ville juive.

Alors que les policiers s’approchaient du village, Abu al-Qian, 47 ans, enseignant et père de 12 enfants, a emballé quelques objets dans son 4X4 et est parti de chez lui, en disant à ses amis qu’il ne voulait pas être le témoin de la destruction de sa maison.

Peu de temps après, le véhicule a heurté un groupe d’officiers, tuant le sergent Erez Levi. Abu al-Qian a été abattu par la police.

Yaqoub Mousa Abu al-Qian (Crédit : autorisation)
Yaqoub Mousa Abu al-Qian (Crédit : autorisation)

Réagissant à une proposition de la Liste arabe unie visant à mettre en place une enquête parlementaire sur l’accident, Erdan a déclaré à la Knesset que le comportement d’Abu al-Qian avait conduit la police à croire qu’il menait une attaque.

« Abu al-Qian était au volant avec ses phares éteints, il n’a pas écouté les instructions des officiers et a commencé à accélérer, a déclaré Erdan. Ces éléments ont levé les incertitudes de la police sur ses intentions. »

Le véhicule qui a tué un policier israélien dans le village bédouin d'Umm al-Hiran dans le désert du Negev, dans le sud d'Israël, le 18 janvier 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le véhicule qui a tué un policier israélien dans le village bédouin d’Umm al-Hiran dans le désert du Negev, dans le sud d’Israël, le 18 janvier 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Une vidéo qui a été publiée dans les heures qui ont suivi l’incident montre que les policiers ont tiré avant qu’Abu al-Qian n’accélère et que, contrairement aux affirmations de la police, les phares de la voiture étaient allumés.

Immédiatement après l’accident, la police et Erdan ont affirmé qu’Abu al-Qian était un terroriste, inspiré par le groupe terroriste Etat islamique.

Erez Levi, policier de 34 ans, a été tué dans une attaque à la voiture bélier présumée dans le village bédouin d'Umm al-Hiran, dans le désert du Néguev, le 18 janvier 2017. (Crédit : police israélienne)
Erez Levi, policier de 34 ans, a été tué dans une attaque à la voiture bélier présumée dans le village bédouin d’Umm al-Hiran, dans le désert du Néguev, le 18 janvier 2017. (Crédit : police israélienne)

Bien qu’il ait par la suite admis qu’il était « possible » qu’il se soit trompé, Erdan a ajouté qu’il ne s’excuserait que si un rapport du département des Enquêtes internes de la police rattaché au ministère de la Justice prouvait qu’il avait fait une erreur.

Selon les médias hébreux le mois dernier, l’enquête n’a trouvé aucune preuve confirmant la thèse que l’incident était une attaque terroriste. Cette même enquête a également déterminée que les policiers n’ont pas suivi le protocole. Il a même été signalé que des policiers se sont aussi tirés les uns sur les autres et que ces tirs ont presque provoqué un tir amical.

Le député arabe Ayman Odeh blessé par une balle en caoutchouc pendant des affrontements dans le village bédouin non reconnu d'Umm al-Hiran, le 18 janvier 2017. (Crédit : porte-parole de la Liste arabe unie)
Le député arabe Ayman Odeh blessé par une balle en caoutchouc pendant des affrontements dans le village bédouin non reconnu d’Umm al-Hiran, le 18 janvier 2017. (Crédit : porte-parole de la Liste arabe unie)

En présentant une proposition de loi visant à établir une enquête parlementaire, Ayman Odeh, le dirigeant de la Liste arabe unie, lui-même blessé lors des démolitions à Umm el-Hiran, a déclaré mercredi que seule une enquête indépendante pourrait établir une présentation objective des faits.

« Nous exigeons de savoir qui a pris la décision d’employer la violence pour évacuer le village, qui a pris la décision de mener l’opération dans l’obscurité, qui a tué Abu al-Qian, qui l’a empêché de recevoir des soins médicaux, et qui a décidé de blâmer immédiatement Abu al-Qian et les résidents d’Umm el-Hiran », a déclaré Odeh à la Knesset.

Erdan a déclaré que l’enquête était en cours et qu’il refusait de faire un autre commentaire sur l’incident jusqu’à la fin de l’enquête. Il a cependant critiqué Odeh pour avoir « utilisé l’incident pour inciter aux mensonges et à la haine et d’avoir créé un fossé entre les communautés ».

Un policier israélien en train de protéger les bulldozers qui détruisent des maisons dans le village bédouin d'Umm al-Hiran, dans le désert du Néguev, le 18 janvier 2017 (Crédit : AFP Photo / Menahem Kahana)
Un policier israélien en train de protéger les bulldozers qui détruisent des maisons dans le village bédouin d’Umm al-Hiran, dans le désert du Néguev, le 18 janvier 2017 (Crédit : AFP Photo / Menahem Kahana)

Lundi, le ministre de l’Agriculture Uri Ariel a présenté les premières excuses d’un responsable israélien.

« S’il y a eu une erreur à Umm al-Hiran, je m’excuse profondément », a déclaré Ariel lors d’un déplacement dans la ville bédouine de Rahat. « Nous attendrons les résultats de l’enquête du département des Enquêtes internes de la police, mais il y a des voix attestant des erreurs graves qui ont été commises – je veux transmettre mes excuses à la famille. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...