Rechercher

Etude israélienne : Accoucher sous péridurale favoriserait les rapports avec le bébé

Une étude faite à l’hôpital Soroka sur plus de 230 mères a révélé que les femmes n'ayant pas bénéficié d'anesthésie étaient plus susceptibles de souffrir de dépression post-partum

Image illustrative d'une mère souffrant de dépression post-partum. (Crédit: iStock by Getty Images)
Image illustrative d'une mère souffrant de dépression post-partum. (Crédit: iStock by Getty Images)

Une étude faite sur des centaines de femmes après leur accouchement, a révélé que le lien mère-enfant était affecté chez celles qui n’avaient pas eu recours à la péridurale lors de l’accouchement.

L’étude menée à l’hôpital Soroka a récemment été publiée dans le Journal of Clinical Anesthesia, une revue à comité de lecture.

Elle a révélé une augmentation de 30 % des plaintes concernant le lien initial entre la mère et le bébé chez les femmes qui n’ont pas eu recours à l’analgésique comparativement à celles qui l’ont reçu. L’étude porte également sur les préoccupations concernant le traitement futur du bébé, la peur de le blesser et la dépression.

Le professeur Eyal Sheiner, président du département d’obstétrique et de gynécologie de Soroka et coauteur de l’étude, a déclaré à la Douzième chaîne que « le lien affectif est très important pour la vitalité de la mère et surtout du nouveau-né. »

L’étude a suivi 234 femmes ayant accouché à la maternité du centre hospitalier universitaire Soroka en 2020, dans laquelle 126 (53,8 %) femmes ont reçu une péridurale.

Les femmes ont été invitées à remplir deux questionnaires, l’un sur le lien post-partum pour évaluer le lien mère-nourrisson et l’autre pour évaluer le risque de dépression post-partum.

Les chercheurs ont également pris en compte les complications de la grossesse et les données sociodémographiques.

Ils ont déclaré que le lien mère-nourrisson « était significativement plus élevé chez les femmes ayant reçu une péridurale » et que la péridurale était « indépendamment associée à un meilleur lien mère-nourrisson. »

L’étude a également démontré une tendance à un risque plus faible de dépression post-partum chez les femmes ayant bénéficié de la péridurale.

La péridurale, qui consiste en une injection dans la partie inférieure de la moelle épinière, est l’option la plus usitée pour soulager la douleur pendant l’accouchement.

Selon la Douzième chaîne, outre la tendance récente des femmes à choisir de ne pas avoir recours à la péridurale, il arrive que même celles qui le souhaitent ne puissent pas l’obtenir en raison d’une pénurie d’anesthésistes.

En 2020, un peu plus d’un quart des femmes ayant accouché à Soroka l’ont fait sans péridurale, a indiqué l’étude.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...