Explosion de bombes le long de la barrière de Gaza ; Israël riposte
Rechercher

Explosion de bombes le long de la barrière de Gaza ; Israël riposte

L'armée a ciblé les positions du Hamas en réponse à l'attaque le long de la frontière du nord de la bande de Gaza ; rapports contradictoires publiés sur les victimes palestiniennes

Les forces israéliennes devant la barrière de sécurité de la frontière entre Israël et le sud de la bande de Gaza. Illustration. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Les forces israéliennes devant la barrière de sécurité de la frontière entre Israël et le sud de la bande de Gaza. Illustration. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Un certain nombre d’engins explosifs improvisés ont explosé le long de la barrière de sécurité entourant le nord de la bande de Gaza jeudi, poussant l’armée israélienne à riposter avec des tirs de chars, a indiqué l’armée.

Aucun blessé israélien n’a été signalé lors de l’attaque par engin explosif improvisé. L’armée a refusé de préciser à quel point les troupes israéliennes étaient proches de l’explosion.

Pour le moment, il n’était pas possible de savoir quel groupe terroriste dans la bande de Gaza a déclenché les explosifs.

Cependant, conformément à sa politique consistant à tenir le groupe terroriste Hamas, qui dirige la bande de Gaza, responsable de tout acte de violence émanant de l’enclave côtière, l’armée a déclaré qu’elle avait visé plusieurs positions militaires de l’organisation.

« Les troupes de Tsahal ont riposté en tirant depuis un tank sur des positions appartenant au groupe terroriste du Hamas », a déclaré l’armée.

Pour l’instant, il n’est pas possible de préciser si les bombardements israéliens ont causé des pertes palestiniennes. Certains médias locaux ont signalé que deux personnes, vraisemblablement membres du Hamas, avaient été tuées, tandis que d’autres affirmaient que cette information était incorrecte.

Un poste d’observation du Hamas situé à l’est de Jabaliya a essuyé plusieurs tirs israéliens, dont l’un a causé des dégâts, mais pas de blessés, a dit une source de sécurité gazaouie.

Sur Twitter, le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a appelé les autorités locales à l’informer de toute personne blessée ou tuée.

Les médias palestiniens ont indiqué que les cibles étaient des sites d’observation du Hamas près de la ville de Gaza et de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza.

Une vidéo, apparemment de Beit Hanoun, a montré le moment où une bombe israélienne a atteint une cible, avec de la fumée et en envoyant des débris dans l’air.

Le nombre de sites touchés par la frappe de représailles n’a pas été précisé.

Les engins explosifs improvisés sont depuis longtemps une source de préoccupation pour les troupes de l’armée israélienne stationnés près de Gaza, car ils sont relativement faciles et peu coûteux à produire et peuvent être déclenchés de loin. À la lumière de la menace, l’armée a un certain nombre de protocoles sur la façon de traiter les objets suspects près de la barrière de sécurité afin que les explosifs puissent être désarmés ou détruits dans le cadre d’une explosion contrôlée.

Quatre soldats israéliens avaient été blessés le 17 février dans l’explosion d’un engin disposé le long de la barrière israélienne, provoquant une vigoureuse réponse israélienne et rappelant la menace permanente d’une nouvelle confrontation à plus ou moins long terme dans le territoire sous blocus israélien et égyptien.

Lors d’une manifestation violente, des membres du groupe terroriste le Comité de la résistance populaire palestinienne se sont approchés de la barrière frontalière et y ont placé un drapeau palestinien. Le jour suivant, lorsque les troupes de la Brigade Golani et du Corps de génie du combat se sont approchés de la clôture pour enlever le drapeau, un engin piégé a explosé, blessant des soldats, dont deux grièvement.

En réponse à cette attaque et à une roquette tirée depuis Gaza qui a frappé une maison dans le sud d’Israël samedi soir, Tsahal a mené une série de frappes contre 18 cibles dans la bande de Gaza, notamment à l’entrée d’un tunnel d’attaque à Gaza, avait déclaré Avigdor Liberman.

Suite à l’attaque à l’engin explosif improvisé en février, les hauts responsables de la défense ont publié des déclarations en arabe et en hébreu visant la population de Gaza, mettant en garde les habitants de ne pas s’approcher de la barrière.

L’armée israélienne aurait assoupli la réglementation sur l’ouverture du feu en réponse aux tensions accrues, permettant aux soldats d’utiliser un tir mortel pour empêcher des attaques similaires de la barrière frontalière à l’avenir. Des tireurs d’élite ont également été stationnés le long de la frontière à cette fin, et d’autres unités de l’armée ont renforcé les effectifs le long de la barrière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...