Facebook interdit une firme israélienne qui dit « influencer inconsciemment »
Rechercher

Facebook interdit une firme israélienne qui dit « influencer inconsciemment »

Elliot Shefler, le co-fondateur et directeur général de The Spinner, a déclaré à la BBC que l'entreprise allait continuer à offrir le service

Capture d'écran d'une vidéo de The Spinner. (Capture d'écran: YouTube)
Capture d'écran d'une vidéo de The Spinner. (Capture d'écran: YouTube)

Facebook a interdit une entreprise israélienne qui affirmait pouvoir « influencer inconsciemment » les gens car elle aurait recours à de faux comptes sur des réseaux sociaux.

Le géant des réseaux sociaux a publié une lettre de mise en demeure à The Spinner, en lui interdisant l’accès à Facebook et Instagram, a fait savoir la BBC vendredi.

Selon le site internet, The Spinner fournit « un service qui vous permet d’influencer inconsciemment une personne spécifique, en contrôlant le contenu interne des sites qu’il ou elle consulte régulièrement ».

« La personne ciblée est exposée de manière répétée à des centaines d’articles qui sont placés et présentés comme du contenu éditorial », lisait-on dans un message sur la page du site.

Parmi les campagnes d’influence que l’entreprise propose, on peut retrouver l’initiation à la sexualité, la proposition en mariage et faire revenir un ex.

Cette photo de dossier du 16 juillet 2013 montre un panneau au siège social de Facebook à Menlo Park, Californie. (AP Photo/Ben Margot)

Elliot Shefler, le co-fondateur et directeur général de The Spinner, a déclaré à la BBC que l’entreprise allait continuer à offrir le service et qu’elle n’excluait pas d’utiliser à nouveau Facebook.

Dans une lettre adressée à Shefler par le cabinet juridique Perkins Cole, Facebook a déclaré que The Spinner violait ses termes et ses politiques de publicité en semblant utiliser de « faux comptes et de fausses Pages Facebook » pour cibler les utilisateurs avec des publicités. Il a déclaré que les comptes de The Spinner avaient été retirés.

« Facebook exige que vous cessiez cette activité immédiatement », aurait-on demandé dans le courrier.

Dans un entretien avec Forbes l’année dernière, Shefler a déclaré qu’il utilisait des algorithmes développés par une agence en lien avec l’armée israélienne, sans donner de détails.

The Spinner envoie « un lien qui semble innocent » à une personne par message texte et, une fois que l’on clique sur le lien, un cookie est installé sur le téléphone.

« A partir de là, la cible sera stratégiquement bombardée avec des articles et des messages conçus spécifiquement pour lui ou elle », selon son site internet.

L’entreprise a déclaré que ses services étaient légaux et qu’elle a recours à des campagnes de publicité classique pour cibler les gens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...