Faisant miroiter de l’argent, Israël pousse les universités à séduire les étudiants étrangers
Rechercher

Faisant miroiter de l’argent, Israël pousse les universités à séduire les étudiants étrangers

Le conseil de l'Enseignement supérieur affecte 300 M de shekels sur un programme de 6 ans pour promouvoir les formations en anglais

Des étudiants pendant leur pause à l'université de Haïfa, le 11 avril 2016 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)
Des étudiants pendant leur pause à l'université de Haïfa, le 11 avril 2016 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Le conseil de l’Enseignement supérieur en Israël cherche à attirer des étudiants internationaux, juifs et non juifs, dans ses universités pour promouvoir la diversité et un échange d’idées plus fertile dans ses facultés.

Le conseil a alloué quelque 300 millions de shekels sur six ans pour augmenter le nombre d’étudiants étrangers dans ses universités et ses facultés. L’idée est de rendre les universités locales plus compétitives par rapport aux universités à l’étranger et de renforcer l’image de marque d’Israël en tant que pays d’excellence universitaire internationale. Cela aidera également à lutter contre les boycotts et à accroître les liens diplomatiques, sociaux et économiques avec les pays étrangers, a déclaré le conseil.

« Lorsque vous avez des personnes de milieux différents, vous vous ouvrez à une variété de cultures et de pensées, et cela vous enrichit », a déclaré la professeure Yaffa Zilbershats, la présidente du conseil, dans une interview. « Cette ouverture enrichira ceux qui viennent de l’étranger, mais aussi ceux qui sont ici ».

Les données recueillies par l’OCDE montrent que, dans le monde développé, le nombre moyen d’étudiants étrangers dans les universités représente 9 % du corps étudiant total. Les États-Unis sont l’un des pays qui attirent un pourcentage élevé d’étudiants étrangers des pays tels que l’Inde, la Chine et Israël, qui ensuite restent la-bas et trouvent des emplois localement.

En Israël, le nombre d’étudiants étrangers est inférieur à 1,4 % du nombre total d’étudiants.

Le professeure Yaffa Zilbershats, présidente du conseil pour l'Enseignement supérieur en Israël (Crédit : Autorisation)
Le professeur Yaffa Zilbershats, présidente du conseil pour l’Enseignement supérieur en Israël (Crédit : Autorisation)

« Nous sommes à la traîne par rapport au monde développé à ce sujet », a déclaré Zilbershats, car les universités et les facultés locales n’ont pas d’infrastructure en place pour accepter les étudiants étrangers et pour faciliter leur intégration dans le programme d’études locales. L’objectif du conseil est d’amener le nombre total d’étudiants étrangers en Israël à environ 6 % en six ans.

Le conseil a déclaré qu’il attribuerait un demi-million de shekels aux universités et aux facultés qui proposent des cours et des programmes en anglais, en formant des enseignants pour enseigner en anglais et en tendant la main aux étudiants étrangers exceptionnels en post-doctorat. Ils devraient également établir un programme de mentorat et un système de soutien pour ces étudiants.

« Pour certaines organisations qui ont déjà ces installations en place, la transition sera facile », a déclaré Zilbershats, prévoyant que certaines universités auront un programme pour étudiants étrangers en place dès l’année scolaire à venir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...