Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Fin de l’enquête sur l’ex-chef du Mossad, Yossi Cohen, soupçonné de don illicite

La Procureure Générale a suivi les recommandations des services compétents (procureur de l'Etat et police) pour mettre un terme à l'enquête

(À gauche) Le chef du Mossad Yossi Cohen lors d’une cyberconférence à l’Université de Tel Aviv, le 24 juin 2019; (À droite) James Packer lors d’une conférence de presse du projet Studio City à Macao, le 27 octobre 2015. (Crédit : Flash90; AP Photo/Kin Cheung)
(À gauche) Le chef du Mossad Yossi Cohen lors d’une cyberconférence à l’Université de Tel Aviv, le 24 juin 2019; (À droite) James Packer lors d’une conférence de presse du projet Studio City à Macao, le 27 octobre 2015. (Crédit : Flash90; AP Photo/Kin Cheung)

La Procureure Générale Gali Baharav-Miara a mis fin à l’enquête policière sur l’ex-chef du Mossad, Yossi Cohen, une enquête qui avait été ouverte après la découverte en 2021 qu’il avait reçu un don de 20 000 dollars de la part du magnat australien des affaires James Packer à l’occasion du mariage de sa fille en 2016.

Selon le service de la Procureure Générale, la décision fait suite aux recommandations des services du procureur de l’État Amit Aisman et du chef de la branche des enquêtes et des renseignements de la police, le général Yigal Ben Shalom, de mettre fin aux investigations.

Cohen avait reconnu avoir reçu cet argent de Packer en 2016 pour le mariage de sa fille, alors qu’il dirigeait l’agence de renseignements.

L’enquête de la police avait été révélée plusieurs mois après la fin de son mandat à la tête du Mossad, au mois de juin 2021.

Il avait précédemment affirmé avoir accepté les fonds après avoir consulté le conseiller juridique de l’institution et il avait précisé s’être engagé à les rembourser – ce qu’il aurait fait au mois d’avril dernier.

Le communiqué émis par Baharav-Miara a noté que l’enquête de la police avait confirmé que le conseiller juridique de l’agence d’espionnage de l’époque avait bien donné la permission à Cohen d’accepter le cadeau de Packer. Mais même si Cohen avait eu le feu vert, ce type de dossier aurait pu être potentiellement considéré comme un abus de confiance de la part d’une personnalité publique, selon le communiqué.

Il n’y a pas eu de commentaire de la part de Cohen sur la décision prise par Baharav-Miara de mettre un terme à l’enquête.

La Procureure générale Gali Baharav-Miara participant à une conférence à l’université de Haïfa, le 15 décembre 2022. (Crédit : Shir Torem/Flash90)

Cohen avait été nommé chef du Mossad en 2016 par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, lui-même accusé d’avoir accepté des cadeaux de Packer dans trois dossiers pour corruption qui lui valent d’être actuellement jugé. Netanyahu n’a cessé de clamer son innocence.

Après avoir quitté le Mossad, la télévision israélienne avait fait savoir que Cohen était soupçonné d’avoir partagé des informations classifiées avec une hôtesse de l’air avec laquelle il entretenait une relation de proximité depuis deux ans. Le reportage avait précisé, à l’époque, que l’incident faisait l’objet d’un réexamen de la part du bureau du procureur-général.

Cohen avait aussi été accusé de s’être impliqué dans une querelle entre deux hommes d’affaires, Ram Ungar et Michael Levi, concernant les droits de distribution des véhicules du constructeur automobile sud-coréen Kia. Ungar avait fait un don de 1,1 million de shekels à la synagogue qui se trouvait en face de l’habitation de Cohen, avait signalé le site d’information The Marker.

Toutefois, l’incident avec l’hôtesse de l’air et le don fait à la synagogue ne devraient probablement pas faire l’objet d’une enquête policière totale, a annoncé la Treizième chaîne.

Cohen, 61 ans, avait été recruté au Mossad à l’âge de 22 ans alors qu’il faisait ses études à Londres. Il avait grimpé les échelons de la hiérarchie jusqu’à prendre la tête de l’agence, malgré une courte apparition au poste de Conseiller à la sécurité nationale de Netanyahu.

Cohen, connu sous le nom du « modèle » au sein de l’agence, était une personnalité publique inhabituelle pour un chef des services d’espionnage. Il avait supervisé les opérations secrètes menées contre le programme nucléaire contre l’Iran et il avait aussi aidé à orienter les liens clandestins entre Israël et les pays arabes.

Cohen a indiqué ne pas exclure de chercher à devenir Premier ministre un jour – même s’il ne se consacre pas activement à cette ambition.

Il a aussi nié toute relation politique hors-la-loi entre lui-même et Netanyahu lorsqu’il était chef du Mossad, et que ce dernier était Premier ministre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.