Rechercher

Fin d’un exercice conjoint en mer Rouge pour les marines israélienne et US

L'exercice naval conjoint aura duré quatre jours, permettant aux deux armées d'améliorer leur coopération, avec l'appui de drones et de l'intelligence artificielle

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des navires de la marine israélienne naviguent aux côtés de drones américains dans le golfe d’Aqaba, selon une image publiée par les militaires, le 22 septembre 2022. (Crédit : Armée israélienne)
Des navires de la marine israélienne naviguent aux côtés de drones américains dans le golfe d’Aqaba, selon une image publiée par les militaires, le 22 septembre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Israël et les États-Unis viennent de mettre un point final à leur exercice naval conjoint de quatre jours dans le golfe d’Aqaba, en mer Rouge, avec notamment des drones navals américains.

Au cours de l’exercice – nommé « Bouclier numérique » – des navires habités de la 915e Flotte de la marine israélienne et de l’unité Snapir ont navigué aux côtés de systèmes sans pilote de la Force opérationnelle 59 de la 5e Flotte américaine, selon les déclarations des deux forces armées.

L’armée israélienne a déclaré que l’exercice avait vocation à « renforcer la coopération » et faire usage de « l’intelligence artificielle comme outil opérationnel ».

Selon le Commandement central des forces navales américaines (NAVCENT), l’exercice s’est également concentré sur « l’amélioration de la sensibilisation aux systèmes sans pilote et à l’intelligence artificielle, en soutien aux opérations d’arraisonnement des navires ».

« La coopération de plates-formes habitées et non habitées est une opportunité sans précédent d’élargir le périmètre d’action maritime en intégrant d’autres départements militaires, avec pour objectif commun d’assurer la sécurité régionale et celle des principales routes maritimes », a déclaré le général de brigade Daniel Hagri, dans des propos fournis par Tsahal.

« L’intégration de systèmes sans pilote, avec nos partenaires, fait progresser nos propres mécanismes d’intégration. En fin de compte, nous renforçons les liens et créons de nouvelles capacités avec nos partenaires régionaux pour améliorer la sécurité maritime », a déclaré le lieutenant-commandant William Ricketts de la Force opérationnelle 59, dans des propos publiés par NAVCENT.

Plus tôt ce mois-ci, l’Iran avait tenté de s’emparer de deux Saildrone Explorers américains en mer Rouge, le même type de drones navals que ceux utilisés lors de cet exercice, ainsi que d’un Devil Ray T-38.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...