FMI : Les pays arabes doivent réduire l’écart en matière de santé et d’éducation
Rechercher

FMI : Les pays arabes doivent réduire l’écart en matière de santé et d’éducation

La directrice du FMI a précisé que l'institution avait octroyé cette année un crédit supplémentaire à huit pays arabes, "avec un montant total de 26 mds de dollars pour la région"

Le dirigeante du Fonds monétaire international Kristalina Georgieva s'exprime lors d'une conférence de presse sur le COVID-19 à Washington, le 4 mars 2020. (NICHOLAS KAMM / AFP)
Le dirigeante du Fonds monétaire international Kristalina Georgieva s'exprime lors d'une conférence de presse sur le COVID-19 à Washington, le 4 mars 2020. (NICHOLAS KAMM / AFP)

Le FMI a exhorté mercredi les pays arabes à réduire les écarts en matière de santé et d’éducation au sein de leur population tout en soulignant qu’il se tenait prêt à fournir une aide supplémentaire.

« Là où c’est nécessaire, nous fournissons du financement », a déclaré la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, lors d’un événement virtuel organisé dans le cadre du G20, présidé cette année par l’Arabie saoudite.

Elle a précisé que le Fonds monétaire international avait octroyé cette année un crédit supplémentaire à huit pays arabes, « avec un montant total de 26 milliards de dollars pour la région » et qu’il est disposé à en « faire plus ».

Pour autant, elle a appelé ces pays à agir dès aujourd’hui car « en dépit de beaucoup de progrès, les résultats en matière de santé et d’éducation dans cette région ne sont pas aussi bons que ceux de pays similaires ailleurs ».

Elle a souligné en particulier un « écart d’efficacité ».

Si les pays arabes orientaient mieux leurs dépenses, ils pourraient « combler un tiers de l’écart en matière de santé et d’éducation sans aucune nouvelle dépense », a-t-elle insisté.

La patronne du FMI a toutefois délivré un satisfecit à certains pays qui dépensent de manière appropriée pour lutter par exemple contre les effets de la pandémie de Covid-19.

Elle a en particulier cité le cas de la Jordanie qui a imposé un confinement très rapidement, des tests à grande échelle et à des prix abordables tout en prenant des mesures pour atténuer l’impact économique telles qu’un allègement fiscal immédiat aux entreprises et des aides financières aux travailleurs les plus vulnérables.

Elle a aussi noté les progrès de l’Arabie saoudite en matière d’inclusion des femmes au sein du marché du travail, avec l’adoption d’une législation anti-discrimination au travail.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...