Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Gantz : la libération des otages devrait être prioritaire sur les combats à Gaza

L'ex-ministre membre du cabinet de guerre reproche à Netanyahu d'avoir laissé la politique influencer les négociations sur les otages et veut qu'Israël se concentre sur le Hezbollah

Benny Gantz, leader du parti HaMahane HaMamlahti, lors d'un vote sur le recrutement militaire des ultra-orthodoxes aux premières heures du 11 juin 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Benny Gantz, leader du parti HaMahane HaMamlahti, lors d'un vote sur le recrutement militaire des ultra-orthodoxes aux premières heures du 11 juin 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Israël devrait accepter de se retirer de la bande de Gaza et arrêter sa guerre contre le Hamas pour obtenir la libération des otages, a déclaré jeudi le président du parti Kakhol lavan, Benny Gantz.

Démissionnaire de la coalition gouvernementale du Premier ministre Benjamin Netanyahu la semaine dernière pour des motifs liés à sa gestion de la guerre, Gantz a laissé entendre aux Douzième et Treizième chaines, comme à Kan, que le bébé et l’enfant en bas âge enlevés le 7 octobre avaient été tués en captivité avec leurs jeunes parents.

« Je veux que les otages rentrent chez eux », a déclaré Gantz lorsque la Douzième chaîne lui a demandé si la demande du Hamas d’un cessez-le-feu permanent était acceptable. « Si ça permet de faire évoluer la situation du côté des combats, de faire revenir nos otages, de mener à bien ce qui doit l’être dans la bande de Gaza dans un an ou deux, alors non, ce n’est pas un problème. »

« Je veux que les otages rentrent chez eux et je veux la sécurité. Après, on fera ce qui doit être fait. »

Plus Israël « atermoie » sur la question des otages et plus le prix à payer est élevé », a déclaré Gantz à la Treizième chaîne. « Sinwar est bien tranquille dans son tunnel : il ne se soucie pas vraiment de son peuple, alors que la pression sur Israël ne fait qu’augmenter. »

Il a répondu à Kan « je crois que oui », lorsqu’on lui a demandé si Israël savait ce qui est arrivé à Shiri, Yarden Bibas et leurs deux jeunes enfants, Ariel et Kfir, qui avaient respectivement 4 ans et 9 mois lorsqu’ils ont été enlevés dans leur maison du kibboutz Nir Oz le jour du carnage perpétré par le Hamas.

La population sera informée « le moment venu », a-t-il déclaré.

La famille Bibas – le père Yarden, Ariel, quatre ans, la mère Shiri et le bébé Kfir – a été enlevée par des terroristes du Hamas au kibboutz Nir Oz le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)

Des représentants de la famille Bibas ont reproché à Gantz et Kan d’avoir diffusé ces déclarations « irresponsables », qui ont pris la famille au dépourvu.

« Ce soir, nous avons été témoins de l’irresponsabilité d’un politicien et de médias qui ont pris le parti de dire des choses sans tenir compte des proches, sans information préalable ni concertation », ont-ils déclaré.

« La famille est en contact permanent avec les services de renseignement, et nous continuons d’espérer de bonnes nouvelles. »

Lors de son interview à la Douzième chaine, l’ex-ministre membre du cabinet de guerre a souligné que les combats à Gaza – qui durent désormais depuis plus de huit mois, depuis le massacre perpétré par le Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre – ne devraient plus être la priorité d’Israël.

Il a expliqué que, selon lui, le gouvernement et l’armée devaient avant tout s’occuper des otages, dont 116 seraient toujours en captivité à Gaza, et du front nord, sur lequel le groupe terroriste du Hezbollah soutenu par l’Iran mène des attaques quasi quotidiennes depuis le 8 octobre dernier.

« La situation sécuritaire dans le sud est sous contrôle : l’armée israélienne y a une totale liberté opérationnelle », a expliqué Gantz. « Vis-à-vis du sud, nous avons l’obligation morale – plus importante que toute autre considération – de faire revenir les otages. »

« Que l’on ne se méprenne pas, le vrai problème de l’État d’Israël n’est pas celui de la victoire complète sur trois bataillons », a-t-il dit en réaction à l’affirmation – maintes fois répétée – de Netanyahu selon laquelle Israël aracherait une « victoire totale » dans la bande de Gaza.

La vraie victoire sera celle de l’unité de la société israélienne, même face à des décisions difficiles, a déclaré Gantz. « La reconstruction des communautés détruites du nord et du sud seront nos véritables victoires. »

« Du point de vue militaire, les efforts devraient être concentrés au nord », a-t-il ajouté. Soit par la voie d’un accord, soit par des moyens militaires s’il le faut, mais il nous faut avant tout nous organiser. »

Ces interviews ont été diffusées au moment même où des incendies faisaient rage, dans le nord d’Israël, suite à des tirs de roquettes et de drones depuis le Liban dans la journée de jeudi.

Le groupe terroriste du Hezbollah soutenu par l’Iran redouble d’activité depuis mercredi, depuis la frappe qui a tué un de ses commandants, en tirant des centaines de roquettes et de drones sur Israël. Après huit mois d’hostilités dont l’intensité va crescendo, ces attaques mettent les parties en présence au bord du gouffre.

« Personne n’a envie de voir le Liban à feu et à sang, pas même le Hezbollah », a-t-il déclaré à la Douzième chaîne, « mais c’est ce qui arrivera s’il n’arrête pas. »

Le chefde Kakhol lavan, Benny Gantz, sur l’antenne de la Douzième chaine, le 13 juin 2024, dans le cadre des interviews données après sa démission du gouvernement et du cabinet de guerre. (Capture d’écran, canal 12, utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Gantz a demandé au gouvernement de faire le nécessaire pour que les habitants des communautés évacuées puissent rentrer chez eux d’ici le 1er septembre 2024, pour la prochaine rentrée scolaire.

« Ces communautés doivent revivre, se remettre, les écoles doivent reprendre, les gens doivent pouvoir dormir la nuit et se réveiller le matin, comme tout le monde », a-t-il déclaré, reconnaissant que la décision – prise en partie par lui – d’évacuer les communautés du nord hors portée immédiate de la frontière libanaise était une erreur.

S’agissant de sa décision de retirer son parti de la coalition d’urgence formée suite au 7 octobre, Gantz a expliqué que son confrère de Kakhol lavan – Gadi Eizenkot -, observateur dans le cabinet de guerre, et lui-même avaient pris conscience de leur impuissance au sein du gouvernement et sentis qu’ils seraient plus utiles dans l’opposition.

Ce n’est qu’en renouvelant la confiance entre la population et ses élus qu’Israël pourra ouvrir une nouvelle voie après les destructions causées par le Hamas le 7 octobre et l’année de discorde civile sans précédent qui les avaient précédées, a affirmé Gantz.

« La confiance dans le gouvernement a été « anéantie en 2023, avec un paroxysme, le 7 octobre », a expliqué Gantz en revenant sur le projet de refonte judiciaire et les manifestations de grande ampleur qui s’y sont opposées. Nous sommes entrés [dans la coalition] malgré tout, alors que nous savions que c’était un mauvais gouvernement, justement parce que nous savions que c’était un mauvais gouvernement… Nous avons fait tout ce que nous pouvions. »

Il a indiqué que Kakhol lavan pourrait apporter son soutien au gouvernement sur les questions relatives à la guerre dans le but de diluer l’influence toujours plus prégnante de la droite extrême au sein de cette coalition, suite à son départ.

« J’ai dit à Netanyahu et au cabinet ce qu’ils devaient faire, ils savent ce qu’il en est », a-t-il ajouté.

Lorsqu’il faisait encore partie du cabinet de guerre, il a vu que la prise de décision n’était pas exempte des pressions des entités ultranationalistes, a expliqué Gantz à l’antenne de la Douzième chaîne.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz assistant à une conférence de presse à la base militaire de la Kirya, à Tel Aviv, le 28 octobre 2023. (Crédit : Abir Sultan/AFP)

Il est arrivé, a-t-il rappelé, que Netanyahu valide les priorités de la délégation israélienne pour les négociations avant de revenir dessus à la demande du ministre des Finances Bezalel Smotrich, défavorable à la conclusion d’accords avec le Hamas.

« Netanyahu est pris en tenaille entre les pressions politiques qui s’exercent sur lui. Il n’ose pas faire ce qu’il sait devoir être fait », a indiqué Gantz.

Le parti du Likud accuse Gantz d’avoir tout inventé.

« Le Premier ministre Netanyahu a, à cinq reprises, donné à la délégation de négociateurs toute latitude pour parvenir à un accord. C’est le Hamas qui, à chaque fois, a refusé, exigeant la fin de la guerre avant toute autre chose, et de notre côté, l’atteinte de nos objectifs militaires », peut-on lire dans le communiqué. « Aujourd’hui, tout le monde sait que c’est le Hamas qui fait obstruction à la libération de nos otages. »

Le chef de Kakhol lavan a aussi fustigé l’impuissance de Netanyahu à assumer la responsabilité des failles qui ont conduit aux événements du 7 octobre, et « ce qui a précédé, en 2023 ».

« A mon avis, depuis le 7 octobre, Netanyahu ne peut plus être Premier ministre de l’État d’Israël », a-t-il simplement déclaré, affirmant à la Douzième chaîne que s’il avait été Premier ministre à la place de Netanyahu, le Hamas n’aurait sans doute jamais attaqué le 7 octobre, car « Sinwar a trouvé le point faible d’Israël ».

Israël était faible à cause de ce gouvernement dit ‘totalement de droite’, a-t-il expliqué en parlant de la coalition de partis de droite et ultra-orthodoxes de Netanyahu, dont l’extrémiste Otzma Yehudit.

Dans son discours de démission, le 6 juin, Gantz a demandé à Netanyahu de convoquer des élections « le plus tôt possible, c’est-à-dire d’ici trois mois ».

« Je serai Premier ministre », a déclaré Gantz. « Je veux être Premier ministre parce que je sais ce dont Israël a besoin et où nous devons aller. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.