Hamas : Une « vraie opportunité » d’échange de prisonniers si Israël est sérieux
Rechercher

Hamas : Une « vraie opportunité » d’échange de prisonniers si Israël est sérieux

Pour le porte-parole, le gouvernement Netanyahu ne se soucie pas du bien-être du prisonnier israélo-éthiopien Mengistu, alimentant les récentes tensions raciales dans l'État juif

De gauche à droite : Oron Shaul, Hadar Goldin et Avraham Mengistu (Crédit : Flash90/The Times of Israël)
De gauche à droite : Oron Shaul, Hadar Goldin et Avraham Mengistu (Crédit : Flash90/The Times of Israël)

La branche armée du Hamas a affirmé mardi qu’il existe une « vraie opportunité » de parvenir à un accord avec Israël dans lequel l’organisation terroriste rendrait deux soldats de Tsahal et deux civils israéliens qui sont retenus captifs dans la bande de Gaza depuis cinq ans.

« Nous signalons que ce dossier pourrait tomber dans les oubliettes ou être complètement clos pour des raisons que l’ennemi connaît bien », a ajouté Abu Obeida.

Les propos du responsable du Hamas surviennent alors qu’Israël marquait le cinquième anniversaire de la guerre de 2014 à Gaza, connue en Israël sous le nom d’opération Bordure protectrice, au cours de laquelle les soldats de Tsahal Hadar Goldin et Oron Shaul furent tués et capturés par l’organisation terroriste.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin ont chacun pris la parole lors d’une cérémonie officielle, affirmant que le gouvernement fait tout son possible pour rapatrier Goldin et Shaul, ainsi que les civils Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, qui sont tous les deux allés de leur plein gré à Gaza en 2014 et 2015, leurs proches expliquant qu’ils souffrent de maladies mentales.

Abu Obeida, porte-parole des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du Hamas, fait une déclaration vidéo, le 23 juillet 2019. (Capture d’écran/Facebook)

« Je ne peux pas m’étendre ici [publiquement] sur tout ce que nous faisons, mais nous en faisons beaucoup », a dit M. Netanyahu au sujet des efforts pour ramener les soldats et les civils capturés.

Cependant, la cérémonie a été boycottée par les parents de Goldin et de Shaul, qui ont organisé une autre cérémonie commémorative avec des sympathisants sur le parking situé à l’extérieur du mont Herzl à Jérusalem, où s’est tenue la cérémonie officielle de commémoration. Les parents endeuillés ont exprimé leur frustration à l’égard de Netanyahu ces dernières semaines, affirmant qu’il « n’a rien fait » pour rapatrier leurs fils.

« Je m’incline devant le deuil et la douleur, et je reste attaché à mon devoir de Premier ministre de prendre en compte les considérations générales », a ajouté Netanyahu, laissant entendre qu’il est tenu de tenir compte des implications en matière de sécurité lors des négociations pour la libération des prisonniers.

Cependant, le Premier ministre a déclaré que son gouvernement a fait la preuve qu’il ne négligeait pas les soldats captifs, citant le retour de Zachary Baumel, disparu lors de la bataille de sultan Yacoub contre l’armée syrienne dans la Bekaa au Liban en 1982.

Non convaincu par le sérieux de Netanyahu, Tzur, le frère de Goldin, tweeta : « Laissez-moi tranquille. Cinq ans sans réel effort, et c’est ce que vous avez à dire aux citoyens d’Israël ? Confidentialité au sujet de la captivité = manque de respect et réduction au silence [la réponse] à [votre] négligence. »

S’exprimant lors de leur cérémonie de protestation devant le mont Herzl, le père de Goldin, Simcha, a déclaré qu’il avait beaucoup de respect pour le président et le chef de cabinet, mais qu’il ne pouvait pas participer au mémorial officiel « face à cet échec du Premier ministre ».

Les Goldin ont également été irrités par le fait que le bureau de Netanyahu les ait appelés la semaine dernière pour avoir une réunion urgente, ce qui leur a fait croire qu’une percée avait été faite. Lors de la réunion, on leur a demandé d’assister à une cérémonie de l’ONU pour sensibiliser les gens à la captivité de leur fils. Les parents endeuillés ont refusé et la mère de Goldin, Leah, a quitté la réunion au milieu, désemparée.

Les parents endeuillés de Hadar Goldin et d’autres membres de la famille et sympathisants se rassemblent en marge de la cérémonie commémorative de l’opération Bordure protectrice au Mont Herzl, le 23 juillet 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

S’adressant aux familles des prisonniers dans son discours de mardi, le porte-parole des Brigades du Hamas les a averties de ne pas faire confiance à Netanyahu ni à ceux qui ont servi comme ministre de la Défense, comme chef d’état-major et rabbin militaire en chef pendant la guerre en 2014.

« Vous devez d’abord réfléchir attentivement et demander à Netanyahu, Yaalon et Gantz où ils ont laissé vos fils et comment ils les ont négligés ? Vous devez demander à Rafi Peretz, le grand rabbin de l’armée de l’époque, comment il vous a induit en erreur avec des informations spécifiques au service d’objectifs politiques bon marché », a dit Abu Obeida, sans toutefois fournir d’explication.

Le responsable du Hamas a déclaré qu’Israël cherche à « justifier sa négligence » à l’égard de Goldin et Shaul en disant que « ce sont des corps et des restes ».

« Si cette hypothèse est correcte, pourquoi n’ont-ils pas pris l’initiative de réaliser le rêve de leurs familles de ramener ces cadavres, sachant que le prix qu’ils auront à payer pour les corps est modeste par rapport aux personnes vivantes ? »

Dans un effort apparent pour attiser les tensions raciales dans l’État juif, récemment exacerbées par la mort par balle d’un adolescent israélo-éthiopien non armé par un policier, le porte-parole de la brigade militaire du Hamas a affirmé qu’Israël ne s’est même pas informé du bien-être de Mengistu, d’origine éthiopienne.

« Le plus grand exemple de la procrastination et du mensonge du gouvernement et des dirigeants militaires de l’ennemi est la question de la personne disparue à Gaza, Mengistu, le juif d’origine éthiopienne. Nous affirmons que l’occupation n’a pas du tout soulevé son cas auprès des médiateurs », a déclaré Abu Obeida. « Les dirigeants de l’ennemi n’ont pas essayé de savoir si Mengistu est mort ou vivant. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...