Rechercher

Herzog accueillera des soldats et des réfugiés ukrainiens pour le Seder de Pessah

"La responsabilité mutuelle ne doit pas être qu'une aspiration abstraite", a-t-il affirmé dans un message d'accueil à la communauté juive mondiale

La table traditionnelle du « Seder » de Pessah à la résidence du président à Jérusalem en 2022. (Crédit: Autorisation)
La table traditionnelle du « Seder » de Pessah à la résidence du président à Jérusalem en 2022. (Crédit: Autorisation)

Le président Isaac Herzog et la première dame Michal Herzog organiseront pour la première fois un dîner traditionnel de Pessah à la résidence présidentielle vendredi soir.

Accompagnés de leurs trois fils, le couple sera rejoint pour le repas de fête, connu sous le nom de Seder, par des soldats seuls, de nouveaux immigrants qui ont échappé à la guerre en Ukraine et l’ambassadeur américain Tom Nides.

La table du seder sera disposée de manière traditionnelle et mettra en vedette des œuvres Judaica par des designers israéliens, selon une déclaration publiée par le bureau du président. Les Haggadot qui seront lues pendant le seder ont été achetées à Enoshop, le magasin de l’association israélienne pour la santé mentale Enosh.

Parmi les soldats seuls qui devraient assister au seder de vendredi figurent le sergent Glen Chaves, un soldat seul du Costa Rica servant dans la brigade Kfir de Tsahal, qui a fait son alyah en raison du lien spécial de son grand-père avec Israël et de la conversion de sa famille, et du caporal Iara Lerner Turchinsky, un soldat seul qui a immigré d’Argentine il y a deux ans et qui sert dans une unité canine de l’armée de l’air israélienne.

La famille Ivanova d’Ukraine rejoindra également la table présidentielle du seder. Ilena, la mère de famille, a fui Odessa avec ses deux enfants, Vadim, neuf ans, et Yevgeny, deux ans. Leur père, Aleksander, a été contraint de rester en Ukraine, les hommes en âge de servir n’ayant pas le droit de partir. La famille vit actuellement dans un logement mis à disposition par l’Agence juive pour aider les nouveaux immigrants venus d’Ukraine.

Avant Pessah, Herzog a enregistré une salutation spéciale adressée aux communautés juives du monde entier.

« Pessah marque notre transition d’un groupe d’individus en une nation, un seul peuple », a déclaré le président.

« Avec le temps qui passe, il devient de plus en plus difficile de préserver cet état d’esprit d’unité. Pourtant, avec le changement de génération, cimenter notre identité collective, renforcer notre sens du peuple et reconstruire notre unité devient d’autant plus important, voire même critique, pour notre propre avenir », a-t-il ajouté.

« En tant que président de l’État d’Israël, j’ai recherché de nouvelles façons d’approfondir les liens entre le peuple juif et le foyer national juif, ce qui est une priorité absolue », a déclaré Herzog.

« Notre vision du monde et notre politique peuvent considérablement différer, mais nous ne pouvons pas renoncer à la capacité ou à la volonté de nous rassembler autour de la table du seder comme une belle et grande famille. »

« Au niveau national, alors que nos cieux s’ouvrent, nous sommes ravis de vous accueillir à nouveau ici en Israël, votre maison loin de chez vous. »

Mercredi, Herzog a accueilli environ 200 responsables publics arabes israéliens, des chefs religieux et de la société civile et des membres des forces de sécurité pour un dîner annuel d’Iftar, le repas traditionnel pour rompre le jeûne du Ramadan.

Le président Isaac Herzog avec des diplomates étrangers lors d’un repas d’Iftar qu’il a organisé à Jérusalem, le 13 avril 2022. (Crédit : Amos Ben-Gershom / GPO)

Certains diplomates étrangers ont également assisté à l’événement à la résidence du président dans la capitale, dont l’ambassadeur des Émirats arabes unis.

« Le mois de Ramadan, le mois le plus beau et le plus émouvant du calendrier Hijri, révèle un autre aspect du beau visage de l’esprit islamique. C’est un mois d’humilité et de piété, de modération, de compassion et de charité, de foi en Dieu, de famille et de communauté », a déclaré Herzog.

« Même en tant que non-musulman, je ressens un profond sentiment d’identification et de connexion avec l’état d’esprit particulier de ce mois, que nous marquons ici ce soir », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...