IBM Haifa organise un débat en direct entre un robot et le public
Rechercher

IBM Haifa organise un débat en direct entre un robot et le public

Une fois commercialisée, cette technologie pourrait aider les entreprises et les gouvernements à recueillir des opinions et à prendre des décisions plus éclairées

Project Debater d'IBM discutant des avantages et des inconvénients de la légalisation du cannabis sur la base d'arguments recueillis auprès de la population, le 13 juin 2019. (Or Kaplan)
Project Debater d'IBM discutant des avantages et des inconvénients de la légalisation du cannabis sur la base d'arguments recueillis auprès de la population, le 13 juin 2019. (Or Kaplan)

L’équipe d’IBM en Israël a organisé un événement en direct au cours duquel un robot appelé Project Debater a pu recueillir des arguments générés par le public, les analyser, créer des argumentaires pour et contre, les présenter en discours, le tout en une heure. Il s’agit d’une première mondiale.

Dans une salle bondée dans le centre des congrès d’Expo Tel Aviv, les spectateurs ont reçu un lien où on leur demandait d’alimenter leurs arguments en faveur ou contre la légalisation du cannabis. Les arguments devaient compter entre huit et 36 mots, en anglais.

Le robot s’est ensuite mis au travail et a relevé un certain nombre de défis : il a passé au peigne fin les 1 037 arguments qui avaient été soumis et les a classés dans des champs pour ou contre. Ensuite, il a éliminé les redondances, c’est-à-dire qu’il a reconnu que les gens évoquaient la même chose en utilisant des mots différents.

Troisièmement, il a réussi à détecter automatiquement les thèmes sous-jacents du débat qui sont ressortis de tous les arguments présentés et à organiser les discours de manière cohérente. Enfin, il a réussi à identifier les points clés soulevés par le public, tant pour que contre le postulat, et à les exposer clairement dans deux discours pour et contre.

« La légalisation du cannabis créerait des entreprises que le gouvernement pourrait taxer », a déclaré le robot, un grand pilier noir avec trois lumières rondes bleues clignotantes face au public, avec une voix féminine claire et légèrement mécanique, en énonçant la thèse en faveur du cannabis. Ou encore, « le cannabis pourrait devenir une porte d’entrée aux drogues », a-t-il dit dans son discours résumant les position critiques.

Les participants ont été informés que 76 % des répondants étaient en faveur de la légalisation, alors que 24 % étaient contre.

« Nous sommes très heureux » de la façon dont s’est déroulée la démonstration du Project Debater – Speech by Crowd », a déclaré le Dr Noam Slonim, chercheur principal, Project Debater, IBM Research – Haifa, en marge de cet événement. « Ils étaient très inquiets avant l’événement que les gens n’apporteraient pas d’arguments ou que le système s’effondrerait.

« Mais tout s’est très bien passé », a-t-il ajouté, malgré le fait que le robot ait eu des problèmes. Par exemple, dit-il, le robot a mis un argument pour dans un champ contre – le fait que la légalisation de la drogue tuerait le marché noir – en entendant les mots « tuer » et « marché noir », qui sont deux choses qui semblent mauvaises.

Le discours du robot a également comporté quelques répétitions inutiles, dit-il, ressemblant à celui d’un parent qui critique la performance d’un enfant.

Mais d’un autre côté, ajoute le chercheur, le fait qu’il y ait eu des erreurs et des répétitions a non seulement prouvé que la démonstration était vraiment en direct, mais a aussi rendu le robot « plus humain ».

Dr Ranit Aharonov, responsable de Project Debater chez IBM Research – Haifa, (à gauche), avec Noam Slonim, chercheur principal, Project Debater, IBM Research – Haifa, lors de la démonstration des arguments avancés par le public pour Project Debater, à Tel Aviv, le 13 juin 2019. (Or Kaplan)

Cette technologie a été conçue au laboratoire de recherche d’IBM à Haïfa et est destinée à améliorer la prise de décision des humains face à des questions complexes.

Slonim travaille en étroite collaboration avec la chef de projet Dr Ranit Aharonov et l’équipe de recherche d’IBM sur Project Debater depuis 2012, quand il a été sélectionné par IBM pour être son prochain grand défi mondial.

Le projet, qui est salué comme une nouvelle ère pour l’interaction entre les humains et les machines, a fait l’objet de plusieurs démonstrations dans le monde entier démontrant la capacité du robot à affronter les champions du débat humain, y compris un débat en direct à San Francisco plus tôt cette année.

Mais c’était la première fois que la machine était mise à l’épreuve par des arguments recueillis auprès du public lors d’un débat en direct plutôt que tirés d’une base de données.

Le développement de la technologie est destiné à « améliorer la prise de décision humaine », en traitant l’information rapidement, a déclaré Aharonov d’IBM en marge de l’événement.

Daniel Melka, PDG et directeur général d’IBM Israël, lors d’un événement à Tel Aviv, le 13 juin 2019. (Or Kaplan)

Cette technologie pourrait avoir de nombreuses applications pratiques, a déclaré Daniel Melka, directeur général national d’IBM, également en marge de l’événement. Les PDG pourraient s’en servir pour recueillir le point de vue de leurs employés afin de les aider à prendre des décisions, les entreprises pour obtenir les commentaires des clients sur leurs produits ou services, ou les institutions gouvernementales pour obtenir et analyser les points de vue des citoyens sur divers sujets, a-t-il déclaré.

Il n’y a pas encore de calendrier pour la commercialisation d’un produit spécifique pour le débat, a-t-il dit. Mais IBM mettra bientôt le produit à la disposition des clients intéressés, qui obtiendront un lien dans lequel ils pourront télécharger leurs commentaires et ainsi aider les chercheurs d’IBM à affiner leur travail pour répondre à une variété de besoins.

« Cette technologie pourrait se transformer en un produit autour du processus de prise de décision », a ajouté Melka.

IBM est actif en Israël depuis 70 ans, et son équipe de Haïfa est le plus grand laboratoire de la division recherche d’IBM en dehors des États-Unis. Créé comme un petit centre scientifique en 1972, il est devenu un laboratoire qui dirige le développement de produits technologiques novateurs et de solutions cognitives. Ses différents projets utilisent l’intelligence artificielle, les services de données en nuage, la chaîne de blocs, l’informatique de santé, l’analyse d’images et de vidéos et les solutions de portabilité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...