Imitant les aiguilleurs, une start-up coordonne plusieurs drones en vol
Rechercher

Imitant les aiguilleurs, une start-up coordonne plusieurs drones en vol

Le logiciel d'Airwayz Drones, créé par des vétérans de l'armée de l'air israélienne, permet de diriger des centaines de drones dans le même espace aérien sans intervention humaine

Un drone volant près de la cimenterie Nesher, près de Ramle, en Israël (Crédit : Airwayz Drones Ltd)
Un drone volant près de la cimenterie Nesher, près de Ramle, en Israël (Crédit : Airwayz Drones Ltd)

La start)up israélienne Airwayz Drones Ltd, fondée par des anciens combattants de l’armée de l’air israélienne, a mis au point un logiciel capable de diriger en toute sécurité des centaines de drones dans le même espace aérien, en les coordonnant dans le ciel de manière autonome, comme le ferait une station de contrôle du trafic aérien traditionnelle.

La technologie de la société israélienne Airwayz a géré une vingtaine de drones de cinq entreprises simultanément mercredi au-dessus d’une zone non peuplée de la ville côtière de Hadera, au nord du pays. Il s’agissait de la première étape d’une initiative sur deux ans qui est présentée par l’Autorité israélienne de l’innovation et ses partenaires dans l’événement comme l’une des plus grandes expériences de drones jamais menées dans le monde.

« Il s’agit de l’une des expériences les plus progressistes au monde, dans laquelle des drones de nombreuses entreprises volent dans une zone ouverte et non contrôlée », a déclaré Daniella Partem, directrice du Centre pour la quatrième révolution industrielle de l’Autorité israélienne de l’innovation, qui est chargée de promouvoir l’écosystème technologique du pays.

L’objectif de cette expérience à grande échelle soutenue par le gouvernement est de comprendre à quoi ressemblera notre ciel à l’avenir, alors que des centaines et des milliers de drones arpenteront l’espace aérien pour répondre à divers besoins – livraisons en ligne, photographie, sécurité, agriculture, etc. Un tel trafic dans le ciel, qu’il s’agisse de petits ou de grands drones, nécessitera des orientations et une supervision. L’objectif est de définir des normes et des réglementations afin d’éviter les accidents, les blessures et les atteintes à la vie privée causés par les drones intrusifs.

La salle de contrôle d’Ayalon Highways, à partir de laquelle Airwayz a développé son logiciel de gestion autonome des drones, Haïfa, 17 mars 2021 (Crédit : Shoshanna Solomon/Times of Israel).

Les véhicules aériens sans pilote (drones) sont utilisés quotidiennement par l’armée israélienne à l’intérieur et autour de ses frontières, et Israël espère également utiliser les prouesses technologiques développées dans ce domaine pour devenir un acteur mondial dans le secteur civil, qui représente plusieurs milliards de dollars, et concurrencer la Chine et les États-Unis.

Selon ResearchandMarkets, le marché mondial des drones commerciaux devrait connaître une croissance significative d’ici 2025, sous l’effet de l’augmentation de la demande de ces outils aériens et des progrès réalisés en matière de caméras, de cartographie et d’autres logiciels.

L’industrie militaire représente la plus grande part du marché mondial des drones, les véhicules étant utilisés pour la surveillance, les opérations de sauvetage, la livraison de fournitures aux troupes, ainsi que la cartographie et la collecte d’informations sur les lieux hostiles avant une mission, indique le rapport. Mais la construction et l’agriculture sont en train de devenir deux grands domaines civils du marché des drones.

Les cofondateurs de Airwayz Drones Ltd., de gauche à droite : Eyal Zor, Shai Kurianki, Yair Yosef (Autorisation)

Le logiciel développé par la startup, créée en 2018 par Yair Yosef, Shai Kurianki et Eyal Zor, repose sur des algorithmes basés sur l’intelligence artificielle connectés au cloud qui permettent aux drones de diverses entreprises et à des modèles différents d’interagir les uns avec les autres dans un espace aérien partagé sans intervention humaine.

« Nous apportons notre expérience unique en tant qu’anciens membres de l’armée de l’air sur la façon de gérer l’espace aérien avec plusieurs véhicules en temps réel », a déclaré Zor lors d’une interview téléphonique. « Nous avons pris ce savoir-faire et créé une technologie pour imiter » la façon dont les contrôleurs aériens traditionnels gèrent l’espace aérien.

L’aviation traditionnelle est surveillée par des tours de contrôle du trafic aérien occupées par des humains qui dirigent les pilotes sur des routes prédéfinies afin d’éviter les collisions et d’organiser le flux du trafic aérien. Les drones, qui sont des véhicules sans pilote, ont besoin d’une gestion du trafic adaptée à l’absence de pilote, a déclaré Zor, et c’est ce que permet le logiciel développé par Airwayz.

Le logiciel basé sur l’IA développé par Airwayz Drones Ltd. pour coordonner le vol de plusieurs drones dans le même espace aérien, en action (Autorisation)

Pour que cela fonctionne, tous les drones qui opèrent dans un espace aérien partagé doivent utiliser la même connexion au système de gestion Airwayz, a expliqué Zor. Il appartiendra aux régulateurs de déterminer quel logiciel sera choisi pour réguler cet espace aérien spécifique. « L’ensemble de l’écosystème est en cours de développement », a déclaré Zor, notant qu’un certain nombre de concurrents, tant au niveau local qu’à l’étranger, s’efforcent d’atteindre le même résultat.

 » Notre technologie a ceci d’unique que la gestion de l’espace aérien imite le fonctionnement de l’aviation grâce à des algorithmes sophistiqués » et qu’elle fonctionne « comme le font les vrais pilotes et les vrais contrôleurs aériens », a-t-il ajouté. Le logiciel est également capable de réagir en temps réel à une variété de situations différentes.

La société, qui emploie 15 personnes à Tel Aviv, a levé plusieurs millions de dollars auprès d’investisseurs à ce jour et a reçu une subvention de l’Autorité israélienne de l’innovation.

Le projet pilote de deux ans est géré par l’Autorité israélienne de l’innovation, le ministère des Transports, l’Autorité israélienne de l’aviation, la société Ayalon Highways Co. et le bureau du Premier ministre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...