Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Iran : L’auteure d’une interview avec le père de Mahsa Amini condamnée sans audience

Nazila Maroufian, une journaliste basée à Téhéran avait été arrêtée fin octobre et détenue à la prison d'Evin à Téhéran, selon des ONG

Nazila Maroufian, une journaliste basée à Téhéran, arrêtée après avoir interviewé le père de Mahsa Amini, le 3 novembre 2022. (Crédit : Twitter)
Nazila Maroufian, une journaliste basée à Téhéran, arrêtée après avoir interviewé le père de Mahsa Amini, le 3 novembre 2022. (Crédit : Twitter)

Une journaliste iranienne qui avait été arrêtée après avoir interviewé le père de Mahsa Amini, la jeune femme dont la mort en détention a déclenché des protestations en Iran, a déclaré samedi avoir été condamnée sans audience.

Nazila Maroufian, une journaliste basée à Téhéran et originaire de la ville natale d’Amini, Saghez, dans la province du Kurdistan (nord-ouest), avait été arrêtée fin octobre et détenue à la prison d’Evin à Téhéran selon des ONG.

« Selon une décision de la 26e chambre du tribunal révolutionnaire, j’ai été condamnée à deux ans de prison, à une amende (…) et à une interdiction de quitter le pays pendant cinq ans » pour « propagande contre le régime et propagation de fausses nouvelles », a indiqué Maroufian sur Twitter.

« La peine de deux ans de prison est avec sursis pendant une durée de cinq ans », a-t-elle ajouté, en soulignant que le « verdict a été rendu sans une audience et sans défense de ma part ».

Maroufian, qui travaille pour le site d’information Ruydad 24, avait publié un entretien avec Amjad, le père de Mahsa Amini, le 19 octobre sur le site en ligne Mostaghel.

Le titre de l’interview était « Le père de Mahsa Amini: ‘ils mentent!' ». Mostaghel a depuis retiré le texte mais une version cachée témoigne du fait que le père nie la version des autorités iraniennes selon lesquelles sa fille souffrait de problèmes de santé.

La famille d’Amini affirme qu’elle a reçu un coup fatal en garde à vue.

La mort, le 16 septembre, de la jeune femme, arrêtée trois jours auparavant pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique d’Iran, a provoqué une vague de protestations dans le pays.

Les autorités qualifient généralement ces protestations « d’émeutes » encouragées par des pays et organisations hostiles à l’Iran. Elles affirment que des centaines de personnes ont été tuées pendant les protestations et des milliers d’autres arrêtées.

Selon un dernier bilan de l’ONG Iran Human Rights, basée en Norvège, les autorités iraniennes ont tué depuis le 16 septembre au moins 488 personnes lors des manifestations, dont 64 âgées de moins de 18 ans.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.