Israël arrête un ancien chef terroriste palestinien
Rechercher

Israël arrête un ancien chef terroriste palestinien

En plus de Zakaria Zubeidi, le Shin Bet a arrêté l'avocat Tarek Barghout, soupçonné d'implication dans des projets terroristes, d'après les services de sécurité israéliens

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Zakaria Zubeidi, le commandant local de l’aile militaire du Fatah, les Brigades Al-Aqsa, et d’autres hommes armés manifestent dans les rues de la ville cisjordanienne de Jenin, le 2 avril 2005. (Mohammed Ballas/AP Photo)
Zakaria Zubeidi, le commandant local de l’aile militaire du Fatah, les Brigades Al-Aqsa, et d’autres hommes armés manifestent dans les rues de la ville cisjordanienne de Jenin, le 2 avril 2005. (Mohammed Ballas/AP Photo)

Mercredi, l’armée israélienne a arrêté Zakaria Zubeidi, un ancien chef terroriste palestinien recherché depuis longtemps par Israël. Il est soupçonné d’avoir été impliqué dans des « activités terroristes graves et courantes », a déclaré le Shin Bet.

En plus de Zubeidi, l’armée israélienne a aussi arrêté l’avocat Tarek Barghout, qui défend souvent des suspects terroristes, pour des motifs similaires.

« Ce matin, dans une opération commune menée par le service de sécurité du Shin Bet, l’armée israélienne et la police israélienne, Zakaria Zubeidi et Tarek Barghout ont été arrêtés pour leur implication dans des activités graves et en cours de terrorisme », a déclaré le Shin Bet dans un communiqué.

Le service de sécurité a refusé de donner des détails sur la nature des soupçons qui pèsent sur Zubeidi et Barghout.

Les deux hommes ont été arrêtés dans la zone de Ramallah au centre de la Cisjordanie, a déclaré le Shin Bet.

Selon les médias palestiniens, les forces israéliennes ont confisqué la voiture de Barghout à Ramallah.

Lors de la deuxième Intifada, Zubeidi servait en tant que commandant de l’aile armée du Fatah pour la région de Jénine, les brigades des Martyrs d’Al-Aqsa. Il est aussi suspecté d’être l’un des architectes en chef de plusieurs attaques terroristes au début des années 2000.

Zubeidi, qui a aussi contribué à la fondation du Théâtre liberté de Jénine en 2006, a échappé à l’armée israélienne pendant des années, avant que le gouvernement israélien ne lui offre l’amnistie ainsi qu’à certains membres des brigades des Martyrs d’Al-Aqsa en 2007.

Alors qu’il était encore recherché par Israël pour ses activités terroristes, Zubeidi a entamé une relation avec une Israélienne, Tali Fahima, en 2004. Celle-ci avait ensuite déménagé chez lui à Jénine afin de servir de bouclier humain et d’empêcher Israël de mener des frappes aériennes contre lui. Elle a ensuite été arrêtée et condamnée pour avoir aidé un ennemi en temps de guerre.

En décembre 2011, le gouvernement israélien a annulé l’amnistie de Zubeidi sans explication publique. Il figurait donc depuis sur la liste des personnes recherchées par Jérusalem.

Le Palestinien a échappé à l’armée israélienne en restant en détention sous le contrôle de l’Autorité palestinienne à Ramallah. Il a été libéré par l’AP et a reçu l’autorisation de revenir à Jénine en 2017.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...