Israël en guerre - Jour 195

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Israël Chana, 30 ans : Un civil qui a « sauvé tout un quartier d’Ofakim »

Armé de son arme personnelle en tant qu'agent de sécurité, il a été tué en combattant les terroristes du Hamas à Ofakim le 7 octobre 2023, le jour de son 30e anniversaire

Israël Chana. (Crédit : Facebook)
Israël Chana. (Crédit : Facebook)

Israël Chana, un civil de 30 ans originaire d’Ofakim, a été tué alors qu’il combattait des terroristes qui tentaient de s’infiltrer dans la ville le 7 octobre.

Israël, qui travaillait comme agent de sécurité privé pour une banque, promenait son chien avec sa petite amie, Shahaf Rozolio, tôt samedi matin, le jour de son 30e anniversaire, lorsque les sirènes d’alerte aérienne se sont mises à retentir. Ils ont cherché un abri près de sa maison, mais se sont vite rendu compte que les roquettes étaient loin d’être la seule menace.

Shahaf a raconté à la Treizième chaîne les actes héroïques d’Israël ce matin-là, après qu’ils ont commencé à entendre des coups de feu à proximité, alors qu’ils se cachaient des roquettes tirées depuis Gaza.

« Tout le monde a commencé à paniquer et à se cacher. Israël et moi nous tenions dans la rue et soudain nous avons vu [les terroristes] », s’est-elle souvenue. « Israël n’a pas réfléchi, il est allé chercher son arme personnelle (…) et est parti avec une quinzaine d’autres civils à la recherche des terroristes. »

Shahaf a déclaré qu’Israël avait quitté la maison en tongs et avec seulement 15 balles dans son pistolet contre des essaims de terroristes lourdement armés.

Elle n’a plus jamais entendu parler de lui. Un jour plus tard, elle a senti qu’elle devait chercher des réponses et a quitté sa maison pour essayer de trouver une trace de lui.

« J’ai vu sa tong gisant dans une mare de sang et j’ai compris qu’il s’était passé quelque chose de grave. »

Une voisine est venue leur dire qu’elle avait vu son corps et l’avait recouvert d’une couverture, mais ils n’ont pas voulu la croire. Cinq jours plus tard, la nouvelle officielle est tombée : son corps avait été identifié et sa mort confirmée.

Shahaf raconte que la voisine leur a dit plus tard qu’elle avait vu Israël « seule contre une cellule de terroristes » et qu’il courait, se cachait et tirait sur eux, « attirant leur attention sur lui afin qu’ils ne s’infiltrent pas dans les maisons (…) il a tué un terroriste et en a grièvement blessé un autre », les empêchant ainsi d’entrer dans les maisons voisines.

Elle raconte que des gens sont venus à la shiva – semaine de deuil – et lui ont dit, ainsi qu’à sa famille, que « s’il n’avait pas été là, les choses auraient été très différentes à Ofakim, il a vraiment sauvé tout un quartier ».

Lors d’une commémoration marquant le 30e jour de sa mort, sa mère, Yishi Chana, a déclaré au journal Davar que son sentiment de perte était énorme.

« Israël était mon deuxième fils et le pilier de notre foyer », a-t-elle déclaré, ajoutant à plusieurs reprises « je n’ai pas de mots ». « C’est très dur. Je ne sais pas comment m’endormir, comment me réveiller le matin, comment vivre. Mais je dois le faire, j’ai trois autres enfants. »

Israël Chana, d’origine éthiopienne, faisait partie des militants qui demandaient le retour d’Avera Mengistu, le citoyen israélo-éthiopien retenu en captivité à Gaza depuis 2014.

Son ami, Solomon Samay, a écrit sur Facebook qu’ils se battaient pour que son histoire de bravoure soit racontée dans tout le pays.

« Israël, nos conversations me manquent, nous avions des discussions profondes sur la vie, la famille, les enfants et la maison », a écrit Samay. « Et nous avions aussi d’absurdes conversations où nous riions de toutes les blagues idiotes. Ton rire contagieux, ton sourire caractéristique et nos réunions où nous nous asseyions et passions du temps ensemble me manquent. Israël, mon cher frère, tu me manques tellement et je ne sais pas comment l’accepter, tu étais comme un petit frère pour moi. »

Shahaf a déclaré à la Douzième chaîne qu’Israël « aidait toujours les autres de tout son cœur, apportait de la joie et de la lumière partout où il allait ». « Il m’a apporté beaucoup de joie dans la vie. Nous parlions de nous marier, de fonder une famille. Il était l’homme de ma vie. Il se mettait toujours en avant. »

Le frère d’Israël, Avraham Chana, a partagé une photo des ballons qui attendaient Israël à la maison pour son anniversaire.

« J’ai du mal à trouver les mots », a-t-il écrit. « Le 7 octobre n’est pas seulement une date, c’était ton anniversaire et nous t’avions apporté des cadeaux et un gâteau (…). Mon héros, veille sur nous depuis le ciel, je t’aime mon frère. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.