Israël et les Émirats arabes unis vont signer « plus d’accords » selon Yair Lapid
Rechercher

Israël et les Émirats arabes unis vont signer « plus d’accords » selon Yair Lapid

"L'idée c'est de passer de (relations) entre gouvernements au monde des affaires et des populations", selon le nouveau chef de la diplomatie israélienne

Les journaux aux Émirats arabes unis titrent sur la visite de Yair Lapid, le 30 juin 2021. (Crédit : ministère des Affaires étrangères)
Les journaux aux Émirats arabes unis titrent sur la visite de Yair Lapid, le 30 juin 2021. (Crédit : ministère des Affaires étrangères)

Le chef de la diplomatie israélienne Yair Lapid a annoncé mercredi la prochaine signature de nouveaux accords de coopération avec les Émirats arabes unis, lors de l’inauguration du premier consulat de l’État hébreu à Dubaï dans la foulée d’une visite inédite dans ce pays du Golfe.

M. Lapid a inauguré mardi l’ambassade israélienne à Abou Dhabi, capitale des Émirats, la première de son pays dans la région, dans le cadre d’une normalisation des relations diplomatiques signée en septembre 2020. Il s’est également entretenu avec son homologue le cheikh Abdallah ben Zayed Al-Nahyane.

« Nous allons signer de nouveaux accords en juillet en Israël. Donc (les relations) vont s’étendre », a déclaré Yair Lapid lors d’une conférence de presse à Dubaï.

« L’idée c’est de passer de (relations) entre gouvernements au monde des affaires et des populations », a-t-il ajouté.

Mercredi, il s’est aussi rendu sur le site de l’Exposition universelle de Dubaï, à laquelle son pays participera entre octobre 2021 et mars 2022.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid (d) et le directeur général du ministère des Affaires étrangères Alon Ushpiz (c), écoutent Elazar Cohen, commissaire du pavillon d’Israël à l’Expo 2020 de Dubaï, alors qu’il décrit le pavillon, le 29 juin 2021. (Crédit : Shlomi Amsalem/GPO)

Le ministre israélien a également affirmé vouloir « étendre les accords d’Abraham (accords de normalisation, ndlr) à toute la région ».

« Ce n’est pas si simple qu’il n’y paraît et cela prendra du temps. Beaucoup de difficultés font obstacle mais le but d’Israël est la paix dans la région », a-t-il assuré.

Après les Émirats, Bahreïn, le Maroc et le Soudan ont également signé des accords de normalisation avec l’État hébreu l’an passé. Dans ce contexte, M. Lapid a exprimé le souhait que l’accord avec le Soudan soit finalisé.

La répression en mai de manifestations de Palestiniens par les forces israéliennes à Jérusalem-Est puis les frappes israéliennes sur Gaza avaient mis les nouveaux partenaires arabes de l’État hébreu dans l’embarras.

« Si nous pouvons aller de l’avant avec les Saoudiens, nous serions heureux de le faire », a-t-il souligné, Ryad étant l’autre grand allié des États-Unis dans le Golfe et la plus grande économie du monde arabe.

Les deux pays partagent également la même inimitié à l’encontre de l’Iran. M. Lapid s’est dit « inquiet » au sujet des négociations pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien tout en espérant qu’un « bon accord » soit trouvé.

Les Palestiniens ont dénoncé les accords de normalisation avec Israël, les qualifiant de « trahison ». La résolution du conflit israélo-palestinien était jusqu’alors considérée comme une condition sine qua non à toute normalisation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...