Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Israël fustige l’autorisation suédoise de brûler une Torah devant l’ambassade d’Israël

"Toute profanation d'objets juifs sacrés ne relève pas de la liberté, mais de l'antisémitisme" selon David Lau ; pour l'ambassadeur c'est "un acte de haine et un manque de respect"

Salwan Momika tenant un Coran alors qu'il proteste pendant la fête de l'Aïd al-Adh devant une mosquée de Stockholm, le 28 juin 2023. (Crédit : Jonathan Nackstrand/AFP)
Salwan Momika tenant un Coran alors qu'il proteste pendant la fête de l'Aïd al-Adh devant une mosquée de Stockholm, le 28 juin 2023. (Crédit : Jonathan Nackstrand/AFP)

Des responsables israéliens ont protesté vendredi auprès de la Suède après que la police locale a approuvé une demande visant à autoriser l’incinération d’une Torah devant l’ambassade d’Israël à Stockholm samedi, estimant que cette décision équivalait à un « crime de haine ».

Il y a deux semaines, la police locale a déclaré avoir reçu une demande d’un individu d’une trentaine d’années qui souhaitait brûler une Torah et une Bible devant l’ambassade d’Israël à Stockholm le 15 juillet, dans le cadre d’un « rassemblement symbolique au nom de la liberté d’expression ». Cette demande a été faite quelques semaines seulement après que des pages d’un exemplaire du Coran ont été brûlées dans la ville.

Il n’a pas été précisé si la personne avait l’intention de brûler un exemplaire de la Bible ou un rouleau de la Torah.

Le président Isaac Herzog a déclaré qu’il s’agissait d’un acte de « pure haine ».

« Je condamne sans équivoque l’autorisation accordée en Suède de brûler des livres saints. En tant que président de l’État d’Israël, j’ai condamné l’incendie du Coran, sacré pour les musulmans du monde entier, et j’ai maintenant le cœur brisé de voir que le même sort attend une Torah, le livre éternel du peuple juif », a déclaré Herzog dans un communiqué.

« Permettre la dégradation de textes sacrés n’est pas un exercice de liberté d’expression, c’est une incitation flagrante et un acte de pure haine. Le monde entier doit s’unir pour condamner clairement cet acte répugnant. »

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Eli Cohen, a également condamné ces actions et a déclaré que le ministère avait transmis à l’ambassade de Suède en Israël « la sévérité avec laquelle Israël considère l’autorisation donnée à la police de porter atteinte à des objets juifs sacrés ».

Cohen a qualifié cette décision de « crime de haine, de provocation causant un grave préjudice au peuple juif et à la tradition juive ».

« J’appelle les autorités suédoises à empêcher cet acte honteux », a-t-il déclaré.

Vendredi, l’ambassadeur d’Israël en Suède, Ziv Nevo Kulman, s’est dit consterné par le fait que Stockholm ait approuvé cette demande.

« Je condamne catégoriquement le fait de brûler des livres saints appartenant à quelque religion que ce soit, car il s’agit d’un acte de haine et d’irrespect qui n’a rien à voir avec la liberté d’expression », a-t-il écrit sur Twitter.

Le grand rabbin ashkénaze d’Israël, David Lau, a également envoyé une lettre au Premier ministre suédois, Ulf Kristersson, l’exhortant à mettre fin à la profanation.

Le grand rabbin ashkénaze d’Israël David Lau assistant à une cérémonie de la police israélienne pour le nouvel an juif au siège national de la police israélienne, à Jérusalem, le 5 septembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

« Je vous demande de faire tout ce qui est possible pour empêcher cet acte. La liberté d’expression ne justifie pas d’autoriser tout et n’importe quoi », a écrit Lau.

« Toute profanation d’objets juifs sacrés ne relève pas de la liberté, mais de l’antisémitisme », a-t-il ajouté.

Selon le site d’information Ynet, le ministre de la Diaspora, Amichaï Chikli, a également écrit récemment une lettre à Kristersson pour demander au Premier ministre suédois d’ordonner l’arrêt des brûlages.

Le ministre suédois des Affaires étrangères, Tobias Billström, a répondu à Chikli en déclarant que le gouvernement suédois n’était pas autorisé à enfreindre le droit constitutionnel de ses citoyens à la liberté d’expression, tout en soulignant les efforts de son pays dans la lutte contre l’antisémitisme.

Parallèlement, le député Moshe Gafni (Yahadout HaTorah) a appelé le ministre des Affaires étrangères Cohen pour l’exhorter à prendre des mesures supplémentaires afin d’essayer de mettre fin à « l’incendie », a rapporté le site d’information Walla.

« C’est un acte honteux et nous ne pouvons pas le permettre, j’espère, avec tout mon respect, que nous parviendrons à y mettre un terme », a-t-il déclaré.

Il y a deux semaines, la police suédoise a autorisé une personne à brûler des pages d’un exemplaire du Coran devant une mosquée de Stockholm, invoquant la liberté d’expression après qu’un tribunal a annulé l’interdiction de l’incinération du coran.

Des jeunes filles participant à un rassemblement organisé par le groupe « Muslim Women League » pour dénoncer la récente profanation du livre saint de l’islam par des militants d’extrême-droite en Suède et aux Pays-Bas, à Lahore, au Pakistan, le 29 janvier 2023. (Crédit : AP Photo/K.Chaudary)

Le gouvernement suédois a condamné la mise à feu du Coran, le qualifiant d’acte « islamophobe », après que l’Organisation de la coopération islamique (OCI), basée en Arabie saoudite, a appelé à des mesures collectives pour éviter de nouveaux brûlages de Coran.

L’organisation, qui compte 57 membres, s’est réunie à son siège de Jeddah pour réagir à l’incident au cours duquel un citoyen irakien vivant en Suède, Salwan Momika, 37 ans, a piétiné le livre saint de l’islam, rempli certaines pages de bacon et mis le feu à plusieurs autres.

« Brûler le Coran, ou tout autre texte sacré, est un acte offensant et irrespectueux et une provocation évidente. Les expressions de racisme, de xénophobie et de l’intolérance qui y sont associées n’ont pas leur place en Suède ni en Europe », a déclaré le ministère suédois des Affaires étrangères.

Dans le même temps, le ministère a ajouté que la Suède dispose d’un « droit constitutionnellement protégé à la liberté de réunion, d’expression et de manifestation ».

Des pays comme l’Irak, le Koweït, les Émirats arabes unis et le Maroc ont convoqué les ambassadeurs suédois pour protester contre le brûlage du Coran.

Salwan Momika brandissant un Coran avant de mettre le feu à quelques pages lors d’une manifestation pendant la fête de l’Aïd al-Adha, à l’extérieur d’une mosquée à Stockholm, le 28 juin 2023. (Crédit : Jonathan Nackstrand/AFP)

La police suédoise avait accordé à Momika un permis conforme aux protections de la liberté d’expression, mais les autorités ont ensuite déclaré qu’elles avaient ouvert une enquête pour « agitation contre un groupe ethnique », notant que Momika avait brûlé des pages du livre saint islamique tout près de la plus grande mosquée de Stockholm.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.