Israël propose de soulager Gaza en échange de ses captifs et des corps de ses soldats
Rechercher
Exclusif

Israël propose de soulager Gaza en échange de ses captifs et des corps de ses soldats

Le Hamas serait intéressé par l’offre d’une zone industrielle et de l’amélioration des poste-frontières, mais n’indique pas être prêt à libérer les otages

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Un camion chargé d'aide humanitaire turque entre dans la bande de Gaza par le poste-frontière de Kerem Shalom, le 4 juillet 2016. (Crédit : ministère de la Défense)
Un camion chargé d'aide humanitaire turque entre dans la bande de Gaza par le poste-frontière de Kerem Shalom, le 4 juillet 2016. (Crédit : ministère de la Défense)

Israël a informé différentes institutions internationales qu’il comptait mettre en place une série de mesures qui améliorera la situation économique de la bande de Gaza, à condition que le Hamas libère trois civils israéliens et les corps de deux soldats israéliens, a déclaré un haut responsable de la défense israélienne au Times of Israël.

Ces idées ont été transmises par des responsables internationaux à la direction du Hamas dans la bande de Gaza, qui a été intéressée par les mesures économiques.

Des sources du Hamas, le groupe terroriste palestinien qui règne sur Gaza, ont confirmé que le groupe avait parlé avec des responsables internationaux et accepté les différents projets présentés par Israël. Ils ont eu l’impression, ont déclaré les sources, que la proposition ne leur demandait que de maintenir le cessez-le-feu avec Israël.

Le Hamas détiendrait en otage trois Israéliens qui sont entrés dans la bande de Gaza de leur propre chef, Avraham Mengistu, Hisham al-Sayed, et Juma Ibrahim Abu Anima, dont la présence dans la bande de Gaza n’a pas été confirmée.

Il détient aussi les corps des soldats israéliens Oron Shaul et Hadar Goldin, qui ont été tués au combat pendant la guerre de 2014 dans la bande de Gaza.

Le haut responsable israélien a déclaré qu’il n’y aurait pas de progrès sur ces projets tant que le Hamas continuerait à détenir des citoyens israéliens et les dépouilles des soldats.

Hisham al-Sayed, qui s'est aventuré dans la bande de Gaza en avril 2015 et a ensuite disparu. Il serait détenu par le Hamas depuis. (Crédit : radio militaire)
Hisham al-Sayed, qui s’est aventuré dans la bande de Gaza en avril 2015 et a ensuite disparu. Il serait détenu par le Hamas depuis. (Crédit : radio militaire)

Le Hamas demande depuis longtemps que, avant même de commencer des négociations sur un échange de prisonniers, Israël libère d’abord les centaines de Palestiniens qui ont été arrêtés après avoir été libérés une première fois dans le cadre de l’accord Shalit de 2011.

Les mesures qu’Israël prévoit de prendre pour améliorer la situation générale de la bande de Gaza, telles qu’elles ont été transmises au Hamas par des responsables internationaux, permettraient notamment de mettre en place une zone industrielle proche de al frontière entre Israël et la bande de Gaza.

La sécurité du complexe serait supervisée par Israël. L’idée a également été présentée aux différents pays qui donnent de l’argent à Gaza pour tenter de les convaincre de contribuer au projet.

Israël cherche aussi à permettre l’entrée des travailleurs palestiniens en Israël via le poste-frontière piéton d’Erez, situé dans le nord du territoire. Ces deux projets permettraient à des milliers de Gazaouis qui réussiraient les vérifications de sécurité de travailler.

Israël cherche également à résoudre la crise de l’électricité qui frappe Gaza. Dimanche, une délégation turque est entrée dans le territoire pour participer à la résolution de la crise. De même, des efforts sont faits pour résoudre le problème de l’assèchement rapide des réserves d’eau potable de la bande de Gaza.

De plus, Israël soutient la proposition égyptienne de mettre en place une zone de libre échange dans le nord de la péninsule du Sinaï égyptienne, en faisant l’hypothèse qu’un tel projet améliorerait la situation économique non seulement dans la bande de Gaza, mais aussi dans le nord du Sinaï.

Le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les Territoires, le général de division Yoav Mordechai, en 2015. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)
Le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les Territoires, le général de division Yoav Mordechai, en 2015. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

Le responsable israélien qui organise ces différents projets est le général de division Yoav Mordechai, Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires (COGAT), qui est en contact avec des organisations internationales, dont les Nations unies, et des représentants des états arabes et musulmans qui souhaiteraient participer à la réhabilitation du territoire palestinien.

Mordechai est également en lien avec l’envoyé spécial du Qatar dans la bande de Gaza, Muhammad al-Amadi, et s’est récemment rendu dans certains pays arabes, selon nos sources. Un autre projet serait envisagé, pour lequel des mesures préparatoires ont déjà été prises. Il s’agirait d’étendre les activités du poste-frontière commercial de Kerem Shalom et du poste-frontière piéton d’Erez, qui a récemment été utilisé pour transférer aussi des marchandises.

D’autre part, ces deux derniers mois, Le Caire a également augmenté les heures d’ouverture du poste-frontière de Rafah, dans le sud de Gaza. Ceci coïncide avec un réchauffement des relations entre l’Egypte et le Hamas, notamment avec la direction de la branche militaire du groupe. Marwan Issa, qui est considéré comme le dirigeant de la branche militaire, était en Egypte la semaine dernière pour discuter avec le dirigeant des renseignements égyptien, ont annoncé des médias égyptiens.

Israël envisage depuis longtemps de prendre des mesures spectaculaires pour améliorer la situation économique de la bande de Gaza, de crainte qu’une nouvelle guerre ne puisse éclater en raison de la hausse des tensions dans le territoire palestinien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...