Jérusalem: Découverte d’un sceau du « gouverneur de la ville », vieux de 2 700 ans
Rechercher

Jérusalem: Découverte d’un sceau du « gouverneur de la ville », vieux de 2 700 ans

Trouvé dans les fouilles actuellement menées sur la place du mur Occidental, ce minuscule morceau d'argile porte en hébreu ancien les mots : "Au gouverneur de la ville"

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

Le docteur Shlomit Weksler-Bdolah, directrice des fouilles sur la place du mur Occidental pour l'Autorité israélienne des antiquités, avec l'empreinte rare du Premier temple publiée par son équipe au mois de décembre 2017 (Crédit : Yoli Shwartz, Autorité israélienne des Antiquités)
Le docteur Shlomit Weksler-Bdolah, directrice des fouilles sur la place du mur Occidental pour l'Autorité israélienne des antiquités, avec l'empreinte rare du Premier temple publiée par son équipe au mois de décembre 2017 (Crédit : Yoli Shwartz, Autorité israélienne des Antiquités)

Le passé et le présent se sont heurtés la semaine dernière lorsqu’une empreinte de cachet extrêmement rare découverte sur la place du mur Occidental de Jérusalem et arborant l’inscription « Au gouverneur de la ville » a été présentée au maire de Jérusalem Nir Barkat.

Selon l’archéologue du site, le docteur Shlomit Weksler-Bdolah, ‘ »c’est la première fois qu’une telle empreinte est découverte lors d’une fouille autorisée. Elle soutient le récit biblique de l’existence d’un gouverneur de la ville de Jérusalem il y a 2 700 ans ».

Lors de la présentation, Barkat a expliqué que « c’est très bouleversant de recevoir des salutations venant de la période du Premier temple de Jérusalem. Cela montre qu’il y a 2 700 ans déjà, Jérusalem, la capitale d’Israël, était une ville forte et centrale ».

La présentation de l’empreinte de cachet portant l’inscription « Au gouverneur de la ville » au maire de Jérusalem Nir Barkat au mois de décembre 2017. De droite à gauche : le docteur Shlomit Weksler-Bdolah, archéologue au sein de l’Autorité israélienne des antiquités, Nir Barkat, maire de Jérusalem, le docteur Yuval Baruch, chef de la région de Jérusalem à l’Autorité israélienne des Antiquités et Herzl Ben Ari, manager général de la compagnie du développement du quartier juif (Crédit : Yoli Schwartz, Autorité israélienne des Antiquités)

Cette empreinte de cachet minuscule en argile – ou étiquette – a été trouvée alors que les chercheurs examinaient les poussières issues d’une structure du Premier temple, à 100 mètres vers le nord-ouest du mur Occidental, sur un site que l’Autorité israélienne des antiquités fouille depuis 2005.

Les fouilles ont offert un aperçu des périodes du Second temple et romaine de Jérusalem, ainsi qu’une structure massive de quatre pièces datant de l’Age de fer avec une collection éclectique de six autres sceaux dont les origines semblent indiquer un centre de vie cosmopolite et prospère de l’Age de fer.

« L’empreinte de cachet est rattachée à un transport important et a servi en quelque sorte de logo – ou de souvenir minuscule – envoyé au gouverneur de la ville », a fait savoir Weksler-Bdolah dans un communiqué émanant de l’Autorité des antiquités.

Les fouilles de l’Autorité israélienne des antiquités sur la place du mur Occidental à Jérusalem, où l’empreinte de cachet du Premier temple, portant l’inscription « au gouverneur de la ville » a été découverte et publiée au mois de décembre 2017 (Crédit : Shlomit Weksler-Bdolah)

Le site, qui fait face à la place du mur Occidental, a été désigné dans le passé comme le futur lieu où se dresserait le Beit HaLiba de la Fondation du patrimoine du mur Occidental jusqu’à ce que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ne suspende le musée controversé « pour des raisons liées à la sécurité » au vu de la « signification remarquable » des trouvailles faites sur le site d’excavations, selon le docteur Yuval Baruch, archéologue du district de Jérusalem à l’Autorité israélienne des antiquités, et qu’une décision soit prise de conserver « la structure de cette période du Premier temple exposée dans les fouilles du mur Occidental en l’ouvrant aux visiteurs ».

L’empreinte en argile a été découverte dans la poussière après que les conservateurs de l’Autorité israélienne des antiquités ont gratté la surface des murs de la construction de la période du Premier temple pour injecter des matériaux de préservation. La poussière tombée d’entre les pierres anciennes a été emmenée aux laboratoires de l’Autorité pour y être passée au crible.

Aux laboratoires de l’Autorité, qui se trouvent au parc technologique Har Hotzvim de Jérusalem, Cohen a remarqué l’empreinte de cachet il y a environ un an. Ce minuscule morceau d’argile (13 x 15 mm et 2–3 mm d’épaisseur) portait une image et une inscription. Sur la partie haute de l’empreinte, deux personnages portant des vêtements à rayures se font face. Entre eux se trouve ce qui pourrait être une lune, selon le chef des fouilles Weksler-Bdolah.

Au cours de l’année passée, l’empreinte a été étudiée par le professeur à l’université Hébraïque Tallay Ornan et le professeur à l’université de Tel Aviv Benjamin Sass. Selon leur analyse, « au-dessus d’une double ligne, se trouvent deux hommes debout, qui font face l’un à l’autre comme dans un miroir. Leurs têtes sont dépeintes comme de larges points et manquent de tous les détails. Les mains vers l’extérieur sont baissées et celles tournées vers l’intérieur sont levées. Les deux personnages portent des vêtements à rayures jusqu’aux genoux ».

A 100 mètres du mur Occidental de Jérusalem, l’empreinte datant de la période du Premier temple, publiée en décembre 2017, porte une inscription : « Au gouverneur de la ville » (Crédit : Clara Amit, Autorité israélienne des Antiquités)

En bas du morceau d’argile est écrit en hébreu : « Au gouverneur (Sar) de la ville ». Weksler-Bdolah explique que le gouverneur devait probablement assumer un travail proche de celui du maire d’aujourd’hui. Il y a deux références à des gouverneurs de Jérusalem dans la bible hébraïque : Dans Rois 2, Josué est cité comme gouverneur de la ville à l’époque d’Ezéchiel et dans Chroniques 2, Maaséja est mentionné comme gouverneur de la ville à la période de Josué.

« La Bible mentionne deux gouverneurs de Jérusalem et cette découverte révèle donc qu’une telle position était effectivement tenue par quelqu’un dans la ville il y a environ 2700 ans », ajoute Weksler-Bdolah.

La découverte initiale de la structure du Premier temple a été une surprise pour Weksler-Bdolah, qui n’avait jusque-là mis à jour que des trouvailles des ères romaine et du Second Temple. Toutefois, alors que l’équipe fouillait en avançant davantage vers le nord après qu’un bâtiment de la police a été supprimé, « tout à coup, nous avons constaté qu’il n’y avait plus de roche en place. Elle avait disparu ».

Dans un entretien accordé en l’an 2010, elle avait évoqué la poursuite des fouilles et « la minute à laquelle nous avons enlevé les installations en plâtre [qui se trouvaient sous le bâtiment de la police] du 8ème siècle, datant des débuts de l’Islam… immédiatement, en 20 centimètres – ‘un panier de poussière’, en langage archéologique – nous sommes passés du 8e siècle de l’ère commune au 8e siècle avant l’ère commune ».

Son équipe a alors découvert une structure de quatre pièces qui faisait face au mont du Temple, bâtie sur les pentes de la colline supérieure qui, selon les vestiges trouvés dans la construction et sur ses sols, datait du 7ème siècle avant l’ère commune.

Les fouilles de l’Autorité israélienne des antiquités au mur Occidental de Jérusalem où a été découverte l’empreinte de cachet portant l’inscription « Au gouverneur de la ville » qui a été publiée au mois de décembre 2017 (Crédit :Shlomit Weksler-Bdolah)

Selon l’article de 2010, la structure, qui a été détruite dans un effondrement, est « typique des constructions des Israélites et aussi de Judée. Il y avait une large pièce et trois pièces longues qui lui étaient perpendiculaires. La pièce la plus grande était divisée par des murs en trois sections, trois pièces plus petites ».

Weksler-Bdolah pense qu’en raison de sa situation et du groupe éclectique d’artefacts trouvés sur les lieux – d’Egypte et d’Assyrie – la construction « a probablement servi de centre d’administration. Les gens qui donnaient des ordres devaient signer des documents ici. L’endroit peut avoir également été ouvert aux riches, aux personnalités les plus importantes, parce que sa localisation est vraiment importante ».

La dernière découverte récente accrédite cette hypothèse. « La trouvaille de l’empreinte avec ce titre de haut-rang, en plus du large assemblage de sceaux trouvés dans la structure dans le passé, viennent soutenir la possibilité que ce lieu – basé sur les pentes de l’ouest de la colline occidentale du vieux Jérusalem, à environ 100 mètres du mont du Temple – était habité par des responsables de haut-rang au cours de la période du Premier temple », a expliqué Weksler-Bdolah cette semaine.

Le docteur Shlomit Weksler-Bdolah, directrice des fouilles sur la place du mur Occidental pour l’Autorité israélienne des antiquités, avec l’empreinte rare du Premier temple publiée par son équipe au mois de décembre 2017 (Crédit : Yoli Shwartz, Autorité israélienne des Antiquités)

L’empreinte de cachet a été présentée au maire Barkat durant une visite au centre Davidson situé à proximité du mur Occidental la semaine dernière. Aux termes des recherches scientifiques, l’empreinte sera présentée lors d’une exposition temporaire au bureau du maire.

« Jérusalem est l’une des plus anciennes capitales du monde, et a été continuellement occupée par des Juifs depuis plus de 3 000 ans. Aujourd’hui, nous avons le privilège de rencontrer l’une des longues chaînes de personnes et de chefs qui ont construit et développé la ville. Nous sommes reconnaissants de vivre dans une ville dotée d’un passé aussi magnifique, et nous nous trouvons dans l’obligation de garantir sa force pour les générations à venir, ce que nous faisons déjà continuellement », a dit Barkat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...