Jeudi noir en Israël : 3 attentats terroristes palestiniens dans la même journée
Rechercher

Jeudi noir en Israël : 3 attentats terroristes palestiniens dans la même journée

Dans la même journée, une attaque à la voiture-bélier et une fusillade en Cisjordanie , une attaque au couteau dans la Vieille Ville de Jérusalem

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les forces de sécurité israéliennes et des experts médico-légaux inspectent le lieu d'un attentat terroriste à l'extérieur de l'avant-poste de l'implantation Givat Asaf, au nord-est de Ramallah, le 13 décembre 2018. (Ahmad Gharabli/AFP)
Les forces de sécurité israéliennes et des experts médico-légaux inspectent le lieu d'un attentat terroriste à l'extérieur de l'avant-poste de l'implantation Givat Asaf, au nord-est de Ramallah, le 13 décembre 2018. (Ahmad Gharabli/AFP)

Un Palestinien a tenté de foncer avec sa voiture dans un groupe de soldats israéliens à l’extérieur de la ville de Ramallah, en Cisjordanie, jeudi, avant que les soldats n’ouvrent le feu, le tuant, dans la troisième attaque de ce jeudi noir.

Mais une quatrième attaque a été rapportée peu après, également à la voiture-bélier, dans le centre de la Cisjordanie, près de la jonction Kochav Yaakov, selon l’armée. Tsahal a ensuite précisé qu’il s’agissait en fait d’un accident de voiture et non d’une attaque à la voiture-bélier, comme cela avait été signalé initialement.

L’âge du chauffeur palestinien, 60 ans, qui a été abattu par les forces israéliennes, amène les responsables de la défense à conclure qu’il n’essayait pas de commettre un attentat terroriste.

Selon l’armée, l’incident s’est produit le long de l’autoroute près de l’implantation de Kochav Yaakov près de Ramallah, la même zone où un Palestinien a tenté de percuter un groupe de soldats avant de se faire tuer par balle.

Dans l’attaque près de Ramallah, un soldat a été légèrement blessé. On ne sait pas encore si ces blessures ont été causées par la voiture-bélier.

Selon Tsahal, le chauffeur a tenté de foncer avec sa voiture sur les militaires à l’extérieur de la ville d’El-Bireh, près de Ramallah, en Cisjordanie centrale, alors que ceux-ci participaient aux efforts en cours pour retrouver les terroristes d’un attentat meurtrier plus tôt dans la journée.

« Les forces de sécurité sur place ont ouvert le feu, neutralisant le terroriste », a déclaré Tsahal dans un communiqué.

Selon des responsables palestiniens, l’homme est mort de ses blessures.

L’attaque à la voiture-bélier a eu lieu quelques heures après que deux terroristes ont ouvert le feu sur un groupe de soldats et de civils debout à un arrêt de bus devant l’avant-poste de Givat Assaf voisin, tuant deux soldats et blessant gravement un autre militaire et un civil, avant de prendre la fuite.

Selon les médias palestiniens, le véhicule utilisé pour l’attaque à main armée a été abandonné à proximité et les deux suspects – le conducteur et le tireur – ont continué à pied. L’armée israélienne a indiqué qu’ils avaient fui en direction de Ramallah.

Les responsables de la défense israélienne ont conclu qu’une cellule du Hamas était responsable de l’attaque terroriste à l’extérieur de l’avant-poste de Givat Assaf, selon les médias israéliens.

Des soldats, des responsables médicaux et des policiers israéliens inspectent les lieux d’un attentat terroriste près de Givat Assaf, en Cisjordanie centrale, le 13 décembre 2018. (Hadas Parush/Flash90)

Deux des victimes, des soldats d’une vingtaine d’années, ont été déclarés morts sur les lieux.

Tsahal a publié l’identité de l’un des deux soldats tués. Il s’agit de Yuval Mor Yosef, 20 ans.

Ses funérailles auront lieu vendredi matin au cimetière militaire d’Ashkelon, dans le sud de la ville d’où est originaire Mor Yosef.

Le soldat blessé, âgé de 21 ans, était dans un état critique avec une blessure par balle à la tête, selon l’hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem.

« Son état est très grave. Son pronostic vital est engagé », a déclaré un porte-parole de Hadassah.

La femme civile a été grièvement blessée par balle au bassin et emmenée à l’unité de traumatologie du Shaare Zedek Medical Center à Jérusalem pour y être soignée, a indiqué l’hôpital.

Les médecins ont indiqué que son état s’était stabilisé après avoir reçu des transfusions sanguines et qu’elle avait été amenée en chirurgie pour traiter les dommages causés par cette balle.

La censure militaire a d’abord empêché la publication du fait que trois des victimes étaient des militaires jusqu’à ce que leurs familles puissent en être informées.

Les militaires gardaient l’arrêt d’autobus au moment de la fusillade.

Les soldats israéliens ont mené de vastes opérations dans toute la région pour retrouver les terroristes, en établissant des postes de contrôle et des barrages routiers, notamment aux entrées de Ramallah et d’el-Bireh.

Des bataillons d’infanterie supplémentaires ont été envoyés en Cisjordanie pour protéger les routes et les implantations et pour procéder à de nouvelles perquisitions et arrestations, a fait savoir l’armée.

La Cisjordanie a connu une augmentation significative du nombre d’attaques contre des civils et des soldats israéliens ces dernières semaines, après des mois de calme relatif dans la région, ce qui fait craindre une nouvelle flambée potentielle de violence généralisée et grave dans cette région.

Tôt jeudi, un Palestinien a poignardé deux agents de la police des frontières dans la Vieille Ville de Jérusalem avant l’aube, les blessant légèrement tous les deux. Dans la lutte avec le terroriste, les policiers l’ont tué par balle, a déclaré la police.

Les militaires ont imputé la multiplication des attentats à la fois aux efforts en cours des groupes terroristes, au phénomène de “mimétisme” et à un certain nombre de dates importantes à venir cette semaine, notamment l’anniversaire de la fondation du Hamas.

La scène de l’attentat terroriste à l’extérieur de l’implantation d’Ofra, en Cisjordanie, le 9 décembre 2018. (Magen David Adom)

L’attentat à l’arrêt de bus de Givat Assaf a eu lieu à environ deux kilomètres d’Ofra, où dimanche un certain nombre de terroristes conduisant une voiture blanche ont ouvert le feu sur un groupe de personnes debout à l’arrêt de bus de l’implantation, blessant 7 d’entre eux, dont une femme enceinte de 7 mois qui a subi de graves lésions et dont le bébé a péri des suites de cette agression.

Il n’était pas immédiatement clair si les deux attaques avaient été menées par le même groupe – selon l’armée, seuls quelques-uns des auteurs de la fusillade de dimanche ont été appréhendés – ou s’il s’agissait d’une attaque par « mimétisme », selon le porte-parole de Tsahal, le Lieutenant-Colonel Jonathan Conricus.

L’organisation terroriste du Hamas s’est félicitée de l’attentat de jeudi, mais n’en a pas revendiqué la responsabilité.

« L’héroïque opération Silwad est une réponse aux crimes et au comportement de l’occupation sioniste en Cisjordanie occupée », a écrit Abdelaltif al-Qanou, un porte-parole de l’organisation terroristes, sur Twitter. « Les jeunes et les hommes de Cisjordanie resteront rebelles contre l’occupation et continueront à s’y opposer jusqu’à ce qu’elle soit supprimée ».

Mercredi soir, l’armée israélienne a arrêté un certain nombre de suspects qui auraient perpétré l’attentat de dimanche soir et tué par balle un tiers d’entre eux, dont les responsables de la sécurité ont dit qu’ils avaient tenté d’attaquer les soldats israéliens pendant une tentative de fuite. Jeudi, l’armée a déclaré que la recherche des autres terroriste était en cours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...