Jordanie : un Israélien condamné à 4 mois de prison pour « entrée illégale »
Rechercher

Jordanie : un Israélien condamné à 4 mois de prison pour « entrée illégale »

La peine de Konstantin Kotov, 35 ans, a été assortie d'une amende de 1 000 dinars jordaniens

Le terminal  Yitzhak Rabin au poste-frontière de Wadi Araba entre Israël et la Jordanie (Crédit : CC BY 2.5, Wikipedia, NYC2TLV)
Le terminal Yitzhak Rabin au poste-frontière de Wadi Araba entre Israël et la Jordanie (Crédit : CC BY 2.5, Wikipedia, NYC2TLV)

La Cour de sûreté de l’Etat jordanienne a condamné lundi un Israélien arrêté en octobre dernier à quatre mois de prison ferme pour « entrée illégale » dans le royaume et « possession de drogue ».

Konstantin Kotov, 35 ans, a été condamné à quatre mois de prison ferme et à verser une amende de 1 000 dinars jordaniens (environ 1 270 euros), selon un correspondant de l’AFP présent dans la salle d’audience de la cour de sûreté, un tribunal militaire.

M. Kotov avait été arrêté le 29 octobre lors de sa tentative d’entrer clandestinement dans le royaume et son procès avait démarré en décembre.

D’après une source judiciaire, « le verdict arrêté lors de son arrestation fin octobre était d’un an, mais il a été réduit à quatre mois », en tenant compte de sa situation de père de famille.

L’entrée illégale en Jordanie est passible de trois mois à un an de prison et la possession de drogue est punie d’une peine de trois mois à trois ans d’incarcération.

Les entrées illégales sont rares entre Israël et la Jordanie, deux pays voisins liés depuis 1994 par un accord de paix.

Depuis plusieurs mois, les relations entre la Jordanie et Israël se sont crispées en raison de désaccords notamment sur le conflit israélo-palestinien.

Le roi Abdallah II de Jordanie a qualifié à plusieurs reprises ces relations de « froides, de plus en plus froides ».

La Jordanie avait rappelé fin octobre son ambassadeur à Tel-Aviv pour protester contre la détention sans inculpation en Israël de deux jeunes Jordaniens, qui ont toutefois été libérés quelques jours plus tard.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...