Kohavi jure de répondre à toute attaque après un tir de roquette depuis le Liban
Rechercher

Kohavi jure de répondre à toute attaque après un tir de roquette depuis le Liban

Le chef de Tsahal déclare qu'Israël ne tolérera aucune violation de sa souveraineté et accuse le Hezbollah de jouer un "rôle important" dans la crise économique libanaise

Le chef d'État-major israélien Aviv Kohavi  lors d'une conférence de presse, le 16 mai 2021. (Capture d'écran)
Le chef d'État-major israélien Aviv Kohavi lors d'une conférence de presse, le 16 mai 2021. (Capture d'écran)

Le chef de l’armée israélienne Aviv Kohavi a averti mardi le Liban qu’Israël répondra à tout tir de roquette en provenance du pays, après que des terroristes ont tiré des projectiles vers le territoire israélien pendant la nuit de lundi à mardi.

« Le Liban est en train de s’effondrer. Le Hezbollah joue un rôle important dans cet effondrement. Cependant, nous n’avons pas l’intention de permettre des tirs comme ceux qui ont eu lieu tôt ce matin en direction des communautés du nord », a déclaré mardi M. Kohavi lors d’une conférence de Tsahal dans le nord.

Il a ajouté : « Nous répondrons et attaquerons, ouvertement ou secrètement, à toute violation de notre souveraineté depuis le Liban. »

L’avertissement de Kohavi fait suite à des promesses similaires du Premier ministre Naftali Bennett et du ministre de la Défense Benny Gantz qu’Israël répondra à toute violation de sa souveraineté depuis le Liban. Tous deux ont également noté la situation au Liban, qui est confronté à ce que la Banque mondiale dit être l’une des pires crises financières du monde depuis les années 1850.

En réponse aux tirs de roquettes, qui ont déclenché les sirènes d’alerte dans la région de la Galilée occidentale, l’armée a déclaré avoir tiré des obus d’artillerie sur la source des roquettes.

Une des roquettes a été interceptée par le système de défense antimissile Dôme de Fer, tandis que la seconde est tombée dans une zone ouverte près de la côte, a déclaré Tsahal. Il n’y a pas eu de rapports faisant état de blessés ou de dégâts, et l’armée a dit qu’elle n’avait pas d’instructions spéciales pour les résidents de la région.

Illustration : Des soldats israéliens sont assis dans une tente à côté de leur pièce d’artillerie mobile près de la frontière avec le Liban, dans le nord d’Israël, le 26 août 2020. (Crédit: AP/Ariel Schalit)

L’attaque matinale est survenue environ quatre heures après que les médias d’État syriens ont déclaré que l’aviation israélienne avait lancé un certain nombre de missiles sur des cibles près de la ville syrienne d’Alep.

L’armée israélienne pense que les roquettes visant le nord d’Israël ont été tirées par un groupe palestinien dans le sud du Liban, et non par le groupe terroriste libanais Hezbollah. Cependant, le Hezbollah maintient un contrôle étroit sur le sud du Liban, ce qui rend improbable qu’une telle attaque soit menée depuis cette zone sans son approbation tacite au moins.

L’armée libanaise a annoncé mardi avoir localisé trois lance-roquettes Grad, dont l’un était armé, dans la ville de Qlaileh, au sud de Tyr.

Plusieurs groupes terroristes palestiniens opèrent dans le sud du Liban, ainsi que le Hezbollah, qui est soutenu par l’Iran et étroitement allié au régime syrien d’Assad.

Israël a fréquemment frappé des cibles et des combattants du Hezbollah en Syrie afin d’empêcher la milice terroriste d’y ouvrir un second front contre Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...