La Banque d’Israël modifie sa politique de prêt immobilier
Rechercher

La Banque d’Israël modifie sa politique de prêt immobilier

Pour tenter de relancer un marché frappé par la pandémie, les Israéliens auront dorénavant le droit d'assumer les deux-tiers d'un prêt immobilier avec un taux d'intérêt variable

Des bureaux des banques Discount et Hapoalim dans le centre de Tel Aviv. (Miriam Alster / FLASH90)
Des bureaux des banques Discount et Hapoalim dans le centre de Tel Aviv. (Miriam Alster / FLASH90)

La Banque d’Israël a annoncé, lundi, un changement spectaculaire dans sa politique concernant les prêts immobiliers, disant qu’elle reviendra sur les limites qui sont actuellement placées sur les taux d’intérêt variables.

Aujourd’hui, la Banque d’Israël n’autorise le remboursement que d’un tiers d’un prêt immobilier selon un taux d’intérêt variable qui est lié au taux de base. Les deux tiers, au moins, doivent être pour leur part souscrits à un taux fixe.

Avec ce nouveau changement, ce rapport sera inversé et les Israéliens pourront prendre les deux tiers de leur prêt avec un taux d’intérêt variable.

« Au vu de la situation qui prévaut actuellement sur le marché, nous pensons que c’est une bonne chose de supprimer les restrictions sur le taux de base dans l’ensemble du prêt en facilitant donc les choses pour ceux qui ont eu recours à un prêt », a déclaré Yair Avidan, superviseur de la banque d’Israël, dans un communiqué.

Disant que cette initiative permettra à ceux qui souscrivent à une hypothèque d’avoir plus d’options, Avidan a insisté sur le fait que ces restrictions assouplies « maintiennent l’équilibre nécessaire entre tous ceux qui prennent un prêt et le système bancaire ».

En Israël, le paiement initial habituel sur une hypothèque est de 40 % et un appartement coûte, en moyenne, près de 1,5 million de shekels.

Au début de l’année, la Banque d’Israël avait fait savoir que dans le contexte des répercussions économiques de la pandémie de coronavirus, tous les Israéliens ayant eu recours à un prêt immobilier ou à un prêt seraient en mesure de différer les remboursements jusqu’à la fin de l’année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...