Rechercher

La collection d’une survivante de la Shoah témoigne d’une triste histoire

Née à Budapest en 1925, Lilly Toth a perdu toute sa famille ; ses livres miniatures sont exposés depuis le 15 mai à la Bibliothèque publique juive de Montréal

Lily Toth, à gauche, sur une photo non datée avec ses parents avant leur mort en 1944. (Crédit: Courtoisie de Toth/ via JTA)
Lily Toth, à gauche, sur une photo non datée avec ses parents avant leur mort en 1944. (Crédit: Courtoisie de Toth/ via JTA)

MONTRÉAL (JTA) – Lilly Toth, qui a vécu jusqu’à ses 96 ans, n’a jamais reçu d’éducation tout à fait formelle. Née à Budapest en 1925, cette enfant, qui s’est dite « gâtée », s’est souvent mal comportée et a souvent été suspendue de l’école.

Mais au lieu d’aller à l’université à la fin de son adolescence, cette survivante de la Shoah a littéralement couru pour sauver sa vie : elle s’est cachée chez des voisins, a survécu à une tentative d’exécution sur les rives du Danube, puis a travaillé pour l’organisation fasciste qui a tenté de la tuer.

Malgré ces énormes bouleversements et ces pertes considérables, Toth a réussi à amasser quelque chose de très petit et de très précieux : une collection de 1 119 livres miniatures qui témoignaient de sa résilience et de son ouverture sur le monde.

La collection de Toth, qu’elle a léguée à la Bibliothèque publique juive de Montréal avant sa mort en mai dernier – et que la bibliothèque met à l’honneur dans une exposition qui a débuté le 15 mai – est très diversifiée. On y trouve des livres de cuisine, des partitions musicales, des livres sur le thème du sport, des nouveautés connues sous le nom de « minis grand public » en raison de leur omniprésence, ainsi que de la littérature pour enfants, dont « Pierre Lapin », publié pour la première fois entre 1902 et 1909. Shakespeare figure en bonne place dans deux séries presque complètes de 24 volumes publiées entre 1890 et 1930.

« Je n’ai jamais rien vu de tel auparavant et je travaille ici depuis 26 ans », a déclaré Eddie Paul, directeur principal des services de bibliothèque et d’apprentissage de la Jewish Public Library.

Il s’agit également de l’une des plus belles collections de livres miniatures au Canada, et probablement de livres miniatures hongrois en Amérique du Nord, d’après la conservatrice de l’exposition, l’historienne Kristen Howard.

Un livre de la série de volumes miniatures de Shakespeare de Toth. (Crédit : Collection Toth 15.C.11-17/ via JTA)

Les premiers livres miniatures datent d’environ 2 000 ans avant notre ère, a indiqué Howard. Pour être qualifié de miniature, un livre doit être relié et mesurer moins de 7,62 centimètres de long et de large. Les livres mesurant jusqu’à 10,16 centimètres sont considérés comme des « macrominiatures », tandis que les « microminiatures » sont inférieures à 2,54 centimètres et les « ultra-microminiatures » sont inférieures à 0,635 centimètres. La collection de Toth englobe toutes ces catégories, dont beaucoup sont si petites qu’elles ne peuvent être lues qu’à la loupe. Pour les collectionneurs, l’attrait des miniatures va bien au-delà de leur aspect mignon.

« Les livres miniatures sont fascinants », a déclaré Howard. « En plus d’être pittoresques, ils sont faciles à transporter. Si vous en avez un qui est très précieux, tel un livre religieux, vous pouvez le garder à portée de main et en sécurité dans une poche ou un sac à main. Il y a aussi quelque chose de vraiment spécial à pouvoir porter dans ses mains toutes les paroles de Dieu ou les œuvres de Shakespeare. »

La collection de Toth comprend également un dictionnaire anglais-yiddish du début du XXe siècle, imprimé en Allemagne, qui contient 1 200 mots, des exemples de conversations et des lexiques dans un livre de la taille d’une paume. Comme Howard l’a découvert, les lexiques sont curieusement tous liés à la nourriture.

« Ils sont regroupés par plat », a-t-elle expliqué. « Les entrées, les plats de consistance, les desserts et les boissons. C’est un bon aperçu de la façon dont le dictionnaire était destiné à être utilisé. Vous pourriez emporter le dictionnaire avec vous au restaurant et commander efficacement. »

Une version miniature du « Notre Père » publiée en 1952 par le groupe allemand Waldmann & Pfitzner. Faisant moins de 5mm, ce volume est le plus petit de la collection Toth et est techniquement une ultra-microminiature, la classification pour les livres de moins de 1/4 de pouce (6 mm) dans toutes les dimensions. (Crédit : Collection Toth 10.A.25/via JTA)

Élevée dans un foyer laïc, Toth chérissait les livres juifs et chrétiens, certains datant de plusieurs siècles. Sa collection inclut notamment des bibles, une haggadah hébraïco-hongroise ornée de Pessah et d’un volume ultra-microminiature du « Notre Père » en sept langues. Un livre de prières hébreu-anglais abrégé, destiné aux Juifs servant dans les forces armées américaines, a été créé en 1917 par le National Jewish Welfare Board, quelques jours après la déclaration de guerre des États-Unis à l’Allemagne.

Si la collection contient des livres en anglais, en hébreu, en français, en espagnol, en allemand et en russe, une part importante est constituée de littérature et de poésie hongroises – un clin d’œil aux racines de Toth.

« Au milieu du XXe siècle, les collectionneurs de livres miniatures considéraient les minis-hongrois comme étant parmi les plus beaux et les plus prisés au monde », a déclaré Howard. « L’une des raisons est qu’ils étaient multilingues, ce qui permettait à des personnes de divers endroits de les lire, au lieu de simplement les admirer. »

Howard pense que Toth était probablement attirée par les minis hongrois parce qu’ils représentaient un lien avec son passé et un moyen de préserver son identité.

« Lilly est restée en contact avec sa famille et ses amis en Hongrie tout au long de son séjour au Canada », a déclaré Howard. « Ces livres étaient une clef de voûte majeure de sa culture. »

Pour Paul, la riche collection de Lilly Toth en dit long sur l’érudition et le raffinement de sa famille.

La Haggadah hongroise de la collection de Lily Toth est de Károly Pap (1897-1945), un écrivain hongrois, et compilée par Ernő Naményi (1888-1957), le fondateur de l’Association religieuse Isaiah à Budapest. (Crédit : Collection Toth 3.A.33/via JTA)

« Ses parents étaient mondains », a-t-il expliqué. « Ils étaient originaires de l’Empire austro-hongrois, c’était leur tradition. Lilly a probablement été exposée à la musique, à l’art, ainsi qu’à divers types de culture et de manifestations de beauté. »

Paul a également émis l’hypothèse que la Shoah avait certainement du inspirer sa collection.

« La Shoah a motivé les gens à créer et à collectionner de belles choses et à les préserver pour que d’autres puissent en profiter », a déclaré Paul.

Toth a enregistré son histoire orale en 1994 pour le Musée de la Shoah de Montréal et le US Holocaust Memorial Museum.

« Nous connaissons l’histoire de Lilly uniquement parce qu’elle l’a partagée avec nous », a déclaré Eszter Andor, coordinatrice de l’histoire orale et des commémorations du musée de Montréal. « Chaque témoignage est précieux, et nous sommes tellement reconnaissants envers tous les survivants qui ont partagé leurs histoires et envers ceux qui continuent de le faire. »

Toth est née à Budapest, enfant unique de Viktor et Carla Gluck. Après l’invasion de la Hongrie par l’Allemagne en 1944, le mouvement fasciste des Croix fléchées s’est uni aux nazis et a pris la tête du gouvernement hongrois. Viktor Gluck a été envoyé dans une unité de travail forcé avant d’être fusillé en Autriche. Sa mère, sa tante et son oncle ont été arrêtés par les Croix fléchées et fusillés près de Győr, non loin de la frontière autrichienne. Toth s’est cachée chez des voisins jusqu’à ce qu’ils soient trahis et dans l’obligation de fuir.

« Elle a été emmenée avec une amie sur les rives du Danube où elles ont été attachées ensemble », a déclaré Paul. Son amie a été tuée par balle. « Lily a réussi à se défaire de ses liens et a nagé un kilomètre dans le fleuve glacé. »

Un policier hongrois l’a secourue et, apprenant qu’elle était Juive, l’a remise à des soldats allemands qui l’ont amenée dans un hôpital juif pour qu’elle se rétablisse. Toth a survécu aux déportations massives de Juifs hongrois qui ont commencé le 15 mai 1944 ; elle a survécu au reste de la guerre en travaillant sous une fausse identité comme femme de ménage dans un bâtiment de la Croix fléchée.

Ce livre miniature trilingue énumère les médaillés d’or individuels et par équipe au nom de la Hongrie aux Jeux olympiques entre 1896 et 1972, avec des photos de certains des athlètes les plus célèbres du pays. (Crédit : Collection Toth 10.C.6/ via JTA)

Après la révolution hongroise de 1956, Toth s’est installée au Canada pour se rapprocher de sa famille à Montréal. Peu de temps après, elle a commencé à collectionner ses précieux livres miniatures, qu’elle exposait sur des étagères fabriquées sur mesure dans sa chambre.

« La révolution hongroise a été la deuxième grande rupture dans la vie de Lilly », a déclaré Howard. « Il est logique qu’après ces expériences très traumatisantes, on soit attiré par la collecte de quelque chose de si facile à transporter. »

Andor a expliqué : « Si l’on pense à l’histoire du peuple juif, au nombre de fois où nous avons dû fuir à la dernière minute, il est intéressant qu’une survivante de la Shoah collectionne des livres qu’il est si facile de mettre dans sa poche avant de fuir. »

Un an avant sa mort, Paul et un collègue ont rendu visite à Toth pour voir la collection dont la Jewish Public Library allait hériter.

« Lilly était une femme remarquable », a témoigné Paul. « Elle était très discrète sur la rétrospection de sa vie et sur son héritage. Pour elle, c’était comme si tout le monde avait des collections comme celle-ci ; ce n’avait rien d’extraordinaire. J’ai eu le sentiment que, comme Lilly n’a jamais eu d’enfants, ces livres étaient, en un sens, ses enfants symboliques. »

Andor a été émue par la détermination de Toth à reconstruire sa vie après avoir perdu ses parents et vécu un tel traumatisme.

« La résilience est un thème commun à de nombreuses histoires de survivants », a-t-elle déclaré. « Ils n’ont pas seulement survécu, ils ont reconstruit leur vie. Il est très important que la prochaine génération ne voie pas seulement la destruction, mais aussi la reconstruction. »

Le 15 mai, la Bibliothèque publique juive de Montréal a présenté l’exposition de la collection de livres miniatures Lilly Toth en collaboration avec le Musée de la Shoah de Montréal, rendant hommage à la vie et à l’héritage de Toth. Une version en ligne de l’exposition est disponible ici.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...