Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

La construction du port temporaire à Gaza prendra jusqu’à 60 jours, selon le Pentagone

Le président américain Joe Biden a ordonné jeudi à l'armée de construire un port temporaire à Gaza afin d'acheminer davantage d'aide humanitaire

Le navire "Open Arms" amarré dans le port chypriote de Larnaca, sur une photo publiée par l'ONG humanitaire espagnole Proactiva Open Arms le 9 mars 2024, avant son départ prévu pour Gaza. (Crédit : PROACTIVA OPEN ARMS / AFP)
Le navire "Open Arms" amarré dans le port chypriote de Larnaca, sur une photo publiée par l'ONG humanitaire espagnole Proactiva Open Arms le 9 mars 2024, avant son départ prévu pour Gaza. (Crédit : PROACTIVA OPEN ARMS / AFP)

L’établissement par les États-Unis d’un port temporaire pour les livraisons d’aide à Gaza prendra jusqu’à 60 jours et impliquera probablement plus de 1 000 soldats, a annoncé vendredi le Pentagone.

Dans son discours sur l’état de l’Union jeudi, le président américain Joe Biden a ordonné à l’armée de construire un port temporaire à Gaza afin d’acheminer davantage d’aide humanitaire dans le territoire palestinien en guerre.

Les États-Unis vont « établir une jetée temporaire au large qui permettra aux navires de marchandises de transférer à de plus petits bateaux des cargaisons pour les transporter et les décharger le long d’une chaussée temporaire afin d’acheminer l’aide humanitaire à Gaza », a déclaré à la presse le porte-parole du Pentagone Pat Ryder.

« Il faudra plus de 1 000 soldats américains » pour installer ce port et « jusqu’à 60 jours pour déployer et construire la chaussée et la jetée », a ajouté M. Ryder.

Il « pourrait fournir plus de deux millions de repas par jour aux citoyens de Gaza », a-t-il déclaré, ajoutant « qu’il n’y aura pas de soldats américains sur le terrain à Gaza » dans le cadre de cette opération, pour laquelle Washington « travaillera avec des partenaires régionaux ».

S’exprimant samedi soir, le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a indiqué qu’Israël « coordonnait la mise en place » de cette jetée. « Nous distribuerons les livraisons, à travers les organisations internationales, à la population qui en a besoin et continuerons dans le même temps à combattre et démanteler les capacités du Hamas », a-t-il déclaré.

L’insuffisance de l’aide par voie terrestre a conduit les États-Unis à se joindre à d’autres pays pour larguer des colis par les airs.

Un avion militaire américain a largué vendredi plus de 11 500 repas sur Gaza dans le cadre de la quatrième opération conjointe entre les États-Unis et la Jordanie ce mois-ci, a annoncé le Pentagone.

Lors d’un largage, cinq personnes ont été tuées et dix autres blessés par la chute de colis d’aide humanitaire, a-t-on appris de source hospitalière.

Un responsable américain de la défense a déclaré à l’AFP que « les États-Unis n’étaient pas à l’origine des décès survenus lors de notre largage à Gaza », tandis qu’une source militaire jordanienne a indiqué qu’aucun des quatre avions du royaume ayant participé à l’opération n’était impliqué. Les États-Unis ont commencé le 2 mars à larguer de l’aide humanitaire sur Gaza.

La quantité d’aide acheminée par camion à Gaza a chuté en cinq mois de guerre, et les habitants sont confrontés à de graves pénuries de nourriture, d’eau et de médicaments.

Vendredi, l’Union européenne et les États-Unis, proches partenaires d’Israël, ont annoncé l’ouverture prochaine d’un corridor maritime entre Chypre et la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.