Rechercher

La Cour suprême rejette l’appel contre la construction d’un quartier juif à Hébron

La décision est considérée comme le dernier obstacle juridique à l’expansion des implantations juives dans la ville de Cisjordanie

Cette capture d’écran de la vidéo diffusée par Peace Now, le 21 octobre 2021, montre la construction de nouvelles unités de peuplement dans la ville de Hébron, en Cisjordanie. (Crédit : Capture d’écran/Twitter)
Cette capture d’écran de la vidéo diffusée par Peace Now, le 21 octobre 2021, montre la construction de nouvelles unités de peuplement dans la ville de Hébron, en Cisjordanie. (Crédit : Capture d’écran/Twitter)

La Cour suprême a rejeté, jeudi, un appel contre la création d’un nouveau quartier juif dans la vieille ville de Hébron.

Dénommé quartier Ézéchias, le nouveau quartier devrait comprendre 31 unités résidentielles, dont un immeuble d’appartements de six étages. La construction a commencé l’année dernière.

La décision de la Cour est probablement le dernier obstacle juridique à l’expansion de l’implantation juive à Hébron, la plus grande ville de Cisjordanie.

L’appel, présenté par l’organisme de surveillance des implantations La Paix maintenant et la municipalité de Hébron, a fait valoir que le permis de construction ne respectait pas le plan d’occupation des sols de la vieille ville, qui limite la construction à des bâtiments de deux étages d’une hauteur maximale de neuf mètres.

Le bâtiment prévu dans le nouveau quartier, haut de six étages, devrait culminer à 24 mètres.

L’appel a également excipé que les plans de construction dans la région exigeaient que les nouveaux projets soient examinés par rapport à leur impact sur les propriétés existantes, ce que ce projet n’aurait pas fait.

En outre, la municipalité de Hébron – qui fait partie de l’Autorité palestinienne – a fait valoir qu’elle avait le pouvoir d’approuver ou rejeter les plans de construction de la ville, à l’exclusion du Conseil suprême de planification, qui fait partie de l’unité militaire chargée d’assurer la liaison avec les Palestiniens.

Les juges de la Cour suprême Yosef Elron, Alex Stein et Shaul Shohat ont rejeté cet argument, jugeant que l’approbation du projet par le Conseil de planification était tout-à-fait valide. L’État avait affirmé que la municipalité de Hébron refusait systématiquement d’approuver les projets de construction soumis par les Juifs, raison pour laquelle le Conseil de planification était intervenu.

La décision de la Cour a également relevé que le Conseil d’urbanisme avait examiné les réclamations concernant certains bâtiments de la région et conclu qu’aucun d’entre eux n’était ancien ou susceptible de mesures de protection et conservation.

Les juges ont en outre décidé que l’ONG La Paix maintenant et la municipalité d’Hébron paieraient chacune 10 000 shekels à l’État et à l’implantation juive d’Hébron.

« La colonie kahaniste à Hébron est le visage le plus laid de l’occupation israélienne de la Cisjordanie. La construction d’une nouvelle colonie au cœur d’Hébron constitue un grand dommage pour Israël et contredit complètement les principes fondateurs du gouvernement », a déclaré La Paix maintenant dans un communiqué à la suite de la décision.

« Maintenant que la Cour a décidé de ne pas intervenir, une action déterminée menée par le gouvernement est nécessaire afin d’arrêter immédiatement les travaux de construction dévastateurs, avant que cela ne soit un fait accompli . »

Des passants, près de maisons appartenant à des résidents juifs dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, le 12 novembre 2018. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

La construction du nouveau quartier a été autorisée par le gouvernement il y a plus de quatre ans, avec plus de 6 millions de dollars alloués.

Selon La Paix maintenant, il s’agit là du premier projet d’expansion d’envergure de la communauté juive de Hébron en l’espace de vingt ans.

La décision de la Cour pourrait créer un précédent pour l’autorisation d’un autre quartier juif de Hébron, selon le quotidien Haaretz.

Les habitants de Hébron ont déclaré que le nouveau quartier exacerberait les tensions dans la région.

« Cela va accroître la violence, es restrictions qui s’imposent à nous, Palestiniens. Cela va changer l’identité de notre propre ville [et la transformer] en une ville israélienne et hébraïque », avait déclaré à l’AFP Issa Amro, militant opposé aux implantations et habitant d’Hébron, dans un article publié en octobre.

Un millier de résidents d’implantations environ vivent à Hébron sous forte protection militaire, au milieu de plus de 200 000 Palestiniens.

Hébron abrite le Tombeau des Patriarches, également connu sous le nom de mosquée Ibrahimi, sanctuaire vénéré par les Juifs et les Musulmans.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...