Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

La directrice-générale d’une start-up fondée en Israël accusée de fraude

Ilit Raz, directrice d'une firme de recrutement basée sur l'intelligence artificielle, Joonko; a démissionné ; des employés ont été convoqués à des audiences pré-licenciement

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

La fondatrice et directrice-générale de Joonko Ilit Raz. (Autorisation)
La fondatrice et directrice-générale de Joonko Ilit Raz. (Autorisation)

Joonko, start-up fondée en Israël qui a développé une plateforme de recrutement à l’aide d’un logiciel basé sur l’intelligence artificielle, avec pour objectif d’apporter de la diversité sur le lieu de travail, aurait trompé les investisseurs, selon une enquête qui a révélé que sa fondatrice et directrice-générale avait eu une « conduite frauduleuse ».

Selon des investigations approfondies qui ont été menées par le conseil d’administration de la firme et certains investisseurs, Ilit Raz, fondatrice et directrice-générale de la start-up et ressortissante israélienne, aurait eu « une conduite inacceptable, contraire à l’éthique et frauduleuse, portant préjudice à l’entreprise et à ses actionnaires ».

En réponse à ces accusations, Raz a « volontairement » présenté sa démission et elle a quitté la firme, a fait savoir son conseil d’administration dans un communiqué. De plus, de hauts-responsables de Joonko auraient, eux aussi, quitté la start-up ces derniers jours et une grande partie de ses employés ont été convoqués pour une audience pré-licenciement, selon des informations transmises par les médias israéliens.

« La réelle ampleur de la situation fait encore l’objet d’une enquête et les prochaines initiatives qui seront à prendre sont actuellement en train d’être déterminées », a noté le communiqué.

Le conseil d’administration de la start-up a fait savoir que des investigations avaient été lancées pour réexaminer les performances de la directrice-générale suite à des « inexactitudes dans le rapport financier de l’entreprise. »

« De manière plus spécifique, le conseil d’administration et d’autres hauts-responsables de la compagnie ont perdu confiance dans la capacité de la directrice-générale à mener à bien plusieurs requêtes de développement d’une fonction financière dans le cadre de la maturation de la firme et de ses activités », a déclaré le conseil d’administration de Joonko.

Raz avait fondé Joonko en 2016, disant qu’en tant que femme travaillant dans le secteur technologique, elle avait été personnellement témoin des obstacles majeurs entravant l’embauche d’employés de talent sous-représentés, et qu’elle avait cherché à exploiter l’intelligence artificielle pour aider à introduire de la diversité sur le lieu de travail.

Portant le nom de l’alpiniste japonaise Junko Tabei qui était devenue la première femme à parvenir au sommet de l’Everest en 1975, Joonko a développé un logiciel qui se base sur l’intelligence artificielle et qui repère les candidats qualifiés pour les envoyer vers des postes adaptés dans les entreprises avec lesquelles la firme a établi un partenariat. La compagnie obtient ce résultat en construisant un large réseau de candidats dont le dossier a été validé, qui travaillent dans tous les secteurs, en mettant l’accent sur des employés potentiels issus des communautés sous-représentées.

Grâce à la plateforme technologique de Joonko, les sociétés et les entreprises peuvent accéder au réseau pour recruter des candidats pour différents postes, surveiller leurs statistiques afin d’améliorer leur stratégie et envoyer des lettres de refus personnalisées aux candidats qui n’ont pas été retenus, en guise « d’adieu gracieux » leur offrant de nouvelles opportunités (avec une offre de se joindre au réseau Joonko et d’être « jumelé » avec des postes pertinents). Joonko intègre ensuite les meilleurs candidats dans son pool de talents.

Albrey Brown, administratrice générale de la start-up aux États-Unis et vice-présidente de sa stratégie, avait confié au Times of Israel, au mois de novembre, que Joonko était partenaire de 130 entreprises, dont Nike, American Express, Adidas, PayPal et Crocs. Elle avait ajouté que chaque mois, environ 170 000 candidats postulaient à des emplois.

Au mois de septembre dernier, Joonko avait annoncé un tour de financement de série B de 25 millions de dollars mené par Insight Partners, avec le soutien de Target Global, une société basée à Berlin, et des investisseurs existants, Kapor Capital et Vertex Ventures Israel. Ce tour de table avait porté à 38 millions de dollars le montant total des fonds levés par la start-up.

« Insight ne tolèrera aucune mauvaise conduite, aucune fraude ou activité illégale que ce soit au sein de notre entreprise ou au sein des autres firmes de notre portefeuille et nos investisseurs attendent que nous prenions très au sérieux ce genre de problématique », a fait savoir la firme de capital-risque dans une déclaration.

Avec son siège qui se trouve à New York, Joonko a un centre de recherche et de développement en Israël et employait 36 personnes au mois de novembre 2022.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.