La Jordanie se dit incapable d’accueillir une nouvelle vague de réfugiés
Rechercher

La Jordanie se dit incapable d’accueillir une nouvelle vague de réfugiés

Amman évalue à près de 1,3 million le nombre de réfugiés syriens, ce qui, selon les autorités a coûté plus de 8,5 milliards d'euros au royaume

Les réfugiés syriens, bloqués entre les frontières jordaniennes et syriennes, qui attendent pour traverser en Jordanie, au passage de la frontière de Hadalat, à l'est de la capitale jordanienne Amman, le 14 janvier 2016 (Crédit : AFP / KHALIL Mazraani)
Les réfugiés syriens, bloqués entre les frontières jordaniennes et syriennes, qui attendent pour traverser en Jordanie, au passage de la frontière de Hadalat, à l'est de la capitale jordanienne Amman, le 14 janvier 2016 (Crédit : AFP / KHALIL Mazraani)

La Jordanie a averti dimanche qu’elle ne sera pas en mesure d’accueillir une nouvelle vague de réfugiés syriens, au moment où le régime de Damas fait planer la menace d’une offensive contre les insurgés dans le sud de la Syrie, frontalier du royaume.

« Le grand nombre de Syriens que nous accueillons, et ce que cela implique en termes de ressources financières et d’infrastructures, ne nous permet pas de recevoir une nouvelle vague de réfugiés », a affirmé à l’AFP la ministre d’Etat en charge des médias, Joumana Ghneimat.

Quelque 650 000 réfugiés syriens ont été enregistrés auprès des Nations unies en Jordanie depuis le déclenchement de la guerre dans leur pays en 2011, un conflit qui a fait plus de 350 000 morts et jeté sur les routes des millions de personnes.

Amman évalue leur nombre à près de 1,3 million, ce qui selon les autorités a coûté plus de 10 milliards de dollars (8,5 milliards d’euros) au royaume.

« La Jordanie n’a pas et n’abandonnera pas son rôle humanitaire et son engagement aux chartes internationales mais le pays est incapable d’absorber une nouvelle vague de réfugiés », a ajouté la ministre, également porte-parole du gouvernement.

« Toutes les parties (impliquées dans le conflit) devraient coopérer pour faire face à toute nouvelle vague de déplacement en Syrie », a-t-elle ajouté.

Ses propos interviennent alors que les forces gouvernementales syriennes se disent prêtes à lancer une offensive terrestre dans le sud de la Syrie, frontalier de la Jordanie.

Après avoir sécurisé la capitale Damas, l’armée se concentre sur le sud du pays où les rebelles contrôlent toujours la majorité des provinces de Deraa et de Soueida.

Cette région stratégique est située non loin du plateau du Golan syrien.

Plus de 12 000 Syriens ont fui la province de Deraa ces derniers jours et selon les Nations unies, les opérations du régime mettent en danger plus de 750 000 civils dans la région.

Samedi, les forces du régime syrien ont gagné du terrain face aux rebelles dans la province de Deraa après plusieurs jours de bombardements.

« La Jordanie travaille en contact étroit avec Washington et Moscou pour maintenir un accord de désescalade dans le sud de la Syrie », a poursuivi la ministre, en référence un accord scellé en juillet 2017 par la Russie, les Etats-Unis et le royaume dans le sud du pays afin de réduire les hostilités.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...