Rechercher

La justice française demande aux opérateurs le blocage de deux sites négationnistes

Remettant en cause la Shoah et l’existence des chambres à gaz et animés par le militant néo-nazi Vincent Reynouard, les sites ont été visés par un signalement de la Dilcrah

Vincent Reynouard (Crédit : Capture d'écran/YouTube)
Vincent Reynouard (Crédit : Capture d'écran/YouTube)

Le tribunal judiciaire de Paris a ordonné aux principaux fournisseurs d’accès français à Internet (Orange, SFR, Free, Bouygues, Colt et Sprintlink France) de bloquer deux sites négationnistes, animés par le militant négationniste et néo-nazi Vincent Reynouard.

Remettant en cause la Shoah et l’existence des chambres à gaz, les sites ont été visés par un signalement de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah), a rapporté Next INpact.

L’assignation remonte aux 20 et 22 décembre dernier, et le blocage devait intervenir dans les quinze jours après la réception de la décision de justice par les opérateurs.

Au 1er février, les sites visés étaient toujours accessibles et référencés par Google. S’ils continueront à exister, ils devront être rendus inaccessibles depuis la France, et ce sans limite de temps.

La loi Gayssot, votée en 1990, rend le négationnisme interdit en France.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...